Détresse, humiliation, incertitude

Gideon Levy : les Israéliens, voyez-vous maintenant ce qui motive la résistance palestinienne ?

https://www.haaretz.com/opinion/.premium-israelis-that-s-how-it-is-when-you-re-hurting...

haaretz1

Lentement mais sûrement, l'option d'une opposition violente fait surface. La combinaison de la détresse économique, de la peur, de l'humiliation, de l'incertitude et d'un manque de leadership fait naître des voix dans les studios de radiodiffusion et sur les médias sociaux qui n'ont probablement jamais été entendues en Israël avec une telle intensité. 

Pour la première fois depuis des années, il y a de la rage. Pour la première fois en Israël, la menace d'une opposition violente existe. Le sonorisateur Eyal Altraz a déjà menacé de déclencher une guerre mondiale et de "brûler le pays" si "l'argent ne va pas sur le compte bancaire". Et Zvika Buzaglo, qui dirige un théâtre pour enfants, a menacé : "Je suis capable de tuer ou de faire n'importe quoi. Je ferai tout ce que je dois faire pour que mon fils ne dise pas "j'ai faim"".

Ce sont les voix de quelques-uns, mais elles deviennent de plus en plus fortes et se répandent rapidement, et elles sont explosives. Presque tout le monde comprend ces gens enragés. La détresse économique face à un leadership éloigné du public, qui perd son orientation et qui est gaspilleur et arrogant ne peut que susciter la rage.

Bientôt, il y aura aussi ceux qui comprendront ceux qui menacent l'opposition violente et qui la justifieront.

S'il y a la faim, il y aura de la violence. Si le désespoir s'étend, une opposition aussi désagréable suivra. Les Israéliens qui sont obéissants, complaisants et apathiques à la souffrance des autres pourraient subir une transformation.

Il est vrai qu'un soulèvement populaire est encore une perspective lointaine, mais les premiers signes sont déjà visibles. Et si elle éclate, elle sera violente. Il n'y a pas d'autre type de rébellion.

Le désespoir, la faim, le chômage, l'humiliation, la privation de droits et une gouvernance tyrannique et arrogante engendrent une résistance qui devient violente. Les Israéliens sont susceptibles d'apprendre cela de près et par expérience personnelle. Il est dommage qu'ils n'aient jamais eu l'équité, l'honnêteté et le sens de la justice pour le comprendre, même lorsqu'il s'agit d'autres personnes.

Tout ce qui suscite actuellement en Israël une rage publique à potentiel violent - chômage temporaire, insécurité financière, violation des droits, dégoût des dirigeants et manque d'espoir - est considéré comme superflu chez cette autre nation vivant sous la domination du gouvernement et de l'armée israéliens.

La détresse des Israéliens, aussi profonde et douloureuse soit-elle, s'apparente aux problèmes des riches par rapport à la réalité de la vie des Palestiniens. La détresse en Israël est également beaucoup plus éphémère, mais elle a tout de même réussi à semer les graines d'une opposition violente.

Quiconque comprend ce que ressent un directeur de théâtre pour enfants qui menace de tuer son fils s'il a faim doit aussi comprendre un Palestinien qui n'a pas les moyens de faire vivre ses enfants parce que l'occupation le prive de son gagne-pain et qui menace de terrorisme le régime qui en est responsable.

Peut-être que quelque chose de bon peut sortir de la pandémie actuelle de coronavirus. Peut-être est-ce en fait COVID-19 qui peut aussi permettre de comprendre ce qui alimente la rage du peuple palestinien et son besoin désespéré et justifié de recourir à une opposition violente. C'est comme ça quand ça fait mal. Quand les Juifs souffrent et quand les Palestiniens souffrent. Il n'y a pas de différence.

Quiconque comprend ce que ressent un directeur de théâtre pour enfants qui menace de tuer si son fils a faim doit aussi comprendre un Palestinien qui n'a aucun moyen de faire vivre ses enfants parce que l'occupation le prive de son gagne-pain et qui menace de terrorisme le régime qui en est responsable.

Quiconque ne peut rester insensible au monologue émotionnel d'un sonorisateur désespéré qui menace de brûler le pays si l'argent ne va pas sur son compte bancaire, ne peut s'empêcher de comprendre ce que ressent un jeune Palestinien désespéré qui n'a pas d'argent sur son compte bancaire. Il s'agit d'une troisième ou quatrième génération désespérée qui se tourne vers le terrorisme en dernier recours. Elle n'a pas et n'aura pas d'autre issue et n'en a jamais eu.

Le sonorisateur et le directeur de théâtre, qui sont bien sûr beaucoup plus chanceux, ne sont pas prêts à garder le silence et à se rendre. Ils se rebellent. Ils se battent. Ils menacent d'utiliser ce que des gens désespérés ont à leur disposition. Ils n'abandonnent pas et ne se rendent pas à ceux qui abusent d'eux dans leur arrogance. Il est difficile de ne pas avoir une grande estime pour eux. 

La comparaison, bien sûr, fait une injustice à la vérité, mais même avec toutes les différences entre les deux situations de détresse - la situation israélienne temporaire et la situation palestinienne presque éternelle - cela n'enlève rien à la nécessité de comprendre ce qui motive l'opposition.

Altraz et Buzaglo vous ont-ils touché au cœur ? Alors pourquoi pas les habitants d'un camp de réfugiés piégés de l'autre côté de la barrière frontalière, non loin de chez vous ?

Si vous pouvez comprendre les Israéliens qui se sentent poussés à la violence ces jours-ci, vous devez comprendre les Palestiniens aussi.

Gideon Levy, 9 juillet


Jérusalem, 14 juillet

Israel: Police use water cannons as clashes break out at anti-Netanyahu protest in Jerusalem © Ruptly

https://www.youtube.com/watch?v=Bw6sL4dcALc

Israël

"Comme les Français ont pris la Bastille, les manifestants prendront la rue Balfour, où se trouve la résidence officielle du Premier ministre", soulèvement populaire contre la politique de Benyamin Netanyahou Tous les détails avec Pierre Klochendler en direct de Jérusalem Israël © i24NEWS en Français

https://www.facebook.com/i24newsFR/videos/1465372480319101/

Le CRIF va-t-il dénoncer ce déchainement d'antisémitisme en la "capitale" d'Eretz Israel ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.