Attendez les gars !

ATTENDEZ LES GARS, ON ARRÊTE TOUT ! ON N'A PAS DÉCLARÉ LA MANIFESTATION EN PRÉFECTURE !

attendezlesgars

Source : Eve Beaupuits

https://paris.demosphere.net/rv/73129

Jeudi 5 décembre 2019 à 14h

Lieu :Place d'Italie

Place d'Italie
Métro Place d'Italie

carte

55 rdv pour ce lieu

27 parties : 1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Manifestation à Paris

Contre le projet de réforme des retraites

Grève illimitée - reconductible

Trajet / parcours : départ à 14h de la Place d'Italie
Destination et trajet à préciser

Cette page, sur Démosphère, sera mise à jour régulièrement avec les tracts d'appel et les information pratiques pour la manifestation du 5 décembre.

Rendez-vous particuliers:

  • Rassemblement - village des pompiers
  • 9h00: Assemblée interprofessionnelle à St-Denis, 9-11 rue Génin
  • 10h00: Assemblée interprofessionnelle à Aubervilliers, 92 av. Victor Hugo
  • 10h30: Rassemblement puis départ en car depuis la mairie de Bezons
  • Bientôt, ici, sur Démosphère, d'autres rendez-vous particuliers.

1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Jeudi 5 décembre :

Toutes et tous en grève et dans l'action !

CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL, UNEF

Les organisations syndicales et de jeunesse s'engagent à construire un plan d'action contre le projet de réforme de retraites par points et pour gagner un renforcement, une amélioration du système actuel de retraites solidaire et intergénérationnel.

L'émergence et la construction de luttes dans les différents secteurs professionnels, montrent la nécessité d'apporter des réponses aux salarié-es en termes d'emploi, de salaires, d'égalité entre les femmes et les hommes, de conditions de travail... Autant de sujets qui sont étroitement liés aux questions de la retraite et que l'actuel projet de réforme gouvernemental aggravera.

Les organisations vont initier et impulser des assemblées générales sur les lieux de travail et d'études, des débats publics sur tout le territoire, des interpellations des élu-es locaux et nationaux, des initiatives de sensibilisation de toute la population pour échanger sur la réforme et sur les modalités d'actions et de riposte collective.

Les organisations syndicales et de jeunesse (CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL, UNEF) appellent l'ensemble des salarié-es du secteur privé comme du secteur public, des retraité-es, des privé-es d'emploi, des jeunes, a une 1ère journée de grève interprofessionnelle le jeudi 5 décembre 2019.

50d83e88443af2d139678c19001bde87.jpg

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/73129
Source : http://ufsecgt.fr/spip.php?article7333
Source : https://www.facebook.com/SolidairesAction/pos…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Jeudi 5 décembre 2019

Toutes et tous en grève !

CGT Ile-de-France

Depuis des mois, nous alertons et mobilisons les salariés sur les dangers du projet gouverne- mental sur les retraites (Delevoye) ! En effet, les mesures envisagées remettent en cause notre système de retraite solidaire pour aller vers un système de retraite individualiste (par points), ce qui obligera les salariés à s'épuiser au travail avant de pouvoir partir (64-67 ans ?) et pour une grande partie des retraités vivre dans la précarité.

Pourtant certaines organisations syndicales font des propositions pour améliorer le système, alors que le gouvernement cherche à diviser en opposant les actifs et retraités, les travailleurs des régimes spéciaux ou régime général…

L'attitude du pouvoir est inacceptable, irresponsable ! Le gouvernement doit entendre les exigences qui s'expriment dans le pays, les entreprises où les moyens existent pour financer des mesures de progrès social !

Tous ensemble, dès le jeudi 5 décembre, soyons mobilisés, débattons et organisons la grève…Dans de très nombreuses entreprises, professions, l'action, la grève s'organisent (Santé, RATP, SNCF, Sécurité Sociale, Métallurgie, Commerce, Éducation Nationale, Finances, Chimie….).

La mobilisation du 5 décembre s'annonce exceptionnelle !

Dans chaque entreprise, organisons des assemblées générales pour décider des suites, de la reconduction dès le 6 décembre !

Soyons nombreux à la manifestation unitaire interprofessionnelle (CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, UNEF, UNL)

Manifestation unitaire Jeudi 5 décembre
14h00 - Place d'Italie à Paris

Travailler plus longtemps pour gagner moins à la retraite ?

C'est non !

Le système par points, un système injuste !

Il est destiné à faire des économies sur le dos des salariés en accélérant la baisse de leurs pensions et en reculant l'âge de la retraite pleine et entière. La mise en place de nouvelles décotes recule l'âge réel de la retraite à 64 ans voire 65 ans. Les déclarations de Macron sur l'augmentation de la durée de cotisation ne changent rien. C'est de l'enfumage : Augmenter la durée des cotisations ou reculer l'âge de départ : C'est toujours travailler plus longtemps !

Un système par points au service de la finance, au détriment des retraités

Le régime universel par points, c'est la disparition des 42 régimes de bases et complémentaires existants qui prennent en compte toutes les spécificités professionnelles et réparent les inégalités ou les contraintes parti- culières des différents métiers. C'est, surtout, la suppression des dispositifs de départs anticipés liés à la pénibilité pour de nombreux travailleurs. Ce système de retraite s'inscrit dans un projet de société construit sur le modèle libéral : il met en place un mécanisme purement gestionnaire et comptable de la retraite. Les points acquis pendant la vie professionnelle ne garantiront pas un niveau de pension suffisant.

Le montant de la retraite, cet inconnu …

La valeur du point au moment de la retraite sera tributaire de la conjoncture économique ou démographique. Sera-t-elle décidée à Bercy ou à Bruxelles ?

Les pensions ne seront plus déterminées en référence aux salaires mais dépendront de la situation économique du pays.

En cas de récession économique ou d'explosion du nombre de départs à la retraite, le point baissera et la pension sera plus faible. En Allemagne ou en Suède où un tel système existe, le montant des retraites a baissé fortement et rapidement.

Pour un véritable système de retraite solidaire. La CGT porte des propositions :

  • Des droits garantissant dans tous les secteurs professionnels la possibilité d'un départ à 60 ans,
  • Une pension d'au moins 75 % du revenu net d'activité (pour une carrière complète) sans que celle-ci ne puisse être inférieure au
  • La réindexation des retraites sur le salaire annuel moyen et non sur l'inflation, facteur de décrochage de pouvoir d'achat entre les actifs et les retraités ?
  • La reconnaissance de la pénibilité au travail cette dernière ne devant pas être une fatalité. La prise en compte pour les jeunes des années d'études, de formation et de recherche du 1er
  • Augmentation des 3.5 % de salaire en plus, c'est 6.5 milliards d'euros pour financer les retraites.

8662919aeb5c2ec9395fc919ef39021f.png

93dcd575aaad8ee03743f9c311385cbe.jpg

afdee6166dd60761f83411570173f4f4.png2e14d78a39b593122cbceec905b26eef.png

Source : http://urif.cgt.fr/jeudi-5-decembre-2019-tout…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Appel de l'Assemblée des assemblées - Gilets jaunes

ADA Gilets jaunes

L'ADA réunie à Montpellier ce jour [3/11] estime, après une année de mobilisation acharnée, que la situation est à un tournant.

L'heure est à la convergence avec le monde du travail et son maillage de milliers de syndicalistes qui comme nous, n'acceptent pas.

Il faut un rassemblement du peuple français dans toutes ses composantes : paysans, retraités, jeunes, artistes, personnes en situation de handicap, petits artisans, ouvriers, chômeurs, précaires, travailleurs du public comme du privé….

Nous avons cette occasion à saisir, à partir du 5 décembre, date à laquelle des centaines de milliers de travailleurs seront en grève et en assemblées générales pour la reconduire jusqu'à la satisfaction de nos revendications.

L'ADA de Montpellier appelle les Gilets Jaunes à être au cœur de ce mouvement, avec leurs propres revendications et aspirations, sur leurs lieux de travail ou sur leurs ronds-points, avec leurs Gilets bien visibles !

La défaite du gouvernement sur sa réforme des retraites ouvrirait la voie à d'autres victoires pour notre camp.

Tous dans la rue à partir du 5 décembre, en grève ou sur le rond-point ou en action de blocage!.

c17951db4540569b045333292579758a.png

Source : message reçu sur Prep.Coord.Nat le 3 novembre 15h


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Pour stopper le projet Macron-Delevoye sur les retraites :

Tous mobilisés !

Appel Ile-de-France - CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, et UNL

Toutes les luttes en cours, notamment dans les urgences, chez les sapeurs-pompiers, dans les finances publiques..., démontrent le rejet massif des contre-réformes du gouvernement par les personnels et leur volonté par-là même de défendre les services publics.

Les Unions Régionales Ile-de-France (URIF) CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, et UNL constatent que les salariés du public et du privé, prenant connaissance du contenu du projet Macron-Delevoye de retraite par points, réalisent qu'ils seront perdants.

D'ores et déjà, des grèves et manifestations importantes à l'appel des organisations syndicales ont eu lieu : grève à plus de 90% des agents de la RATP vendredi 13 septembre, manifestation de 20 000 avocats, infirmiers libéraux et pilotes de ligne lundi 16 septembre à Paris, grève massive à EDF jeudi 19 septembre contre le projet Hercule qui vise à privatiser l'entreprise, à démanteler le statut des agents et à impacter en conséquence leur régime de retraite.

Les URIF soutiennent toutes les actions, grèves et manifestations à venir, notamment la manifestation des 9 organisations syndicales de retraités, mardi 8 octobre prochain, qui exigent notamment la suppression de la hausse de la CSG et la revalorisation de toutes les pensions.

Elles soulignent également la mise en demeure adressée par l'intersyndicale des fédérations de l'énergie au gouvernement et à la direction d'EDF pour retirer définitivement le projet Hercule, sans quoi des appels à la grève seront engagés à partir du jeudi 10 octobre.

Dans cette situation, et informées de l'appel à la grève illimitée des syndicats de la RATP et des transports à compter du 5 décembre prochain, pour le rejet du projet de réforme de retraite du gouvernement, elles soutiennent cette mobilisation pour que le gouvernement entende le refus de sa réforme et retire son projet.

En conséquence, les URIF appellent à tenir ensemble, et dès maintenant, dans tous les secteurs du public comme du privé, des réunions et des assemblées générales, pour renforcer les mobilisations et préparer la grève, à partir des revendications de chacun, pour exiger :

  • Maintien de tous les régimes de retraite existants !
  • Retrait du projet Macron-Delevoye sur les retraites !
  • Pour un départ à la retraite à 60 ans à taux plein !

2d2e4813c7337018c9d7d9cecb7a83c2.jpg

Source : https://syndicollectif.fr/ile-de-france-et-pa…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Grève à la RATP

« En décembre : illimité ! »

Appel intersyndical RATP

L'UNSA-RATP, la CFE CGC RATP, SUD RATP, SOLIDAIRES RATP et FO RATP rejettent le projet de réforme de retraite du gouvernement.

La très forte mobilisation du 13 septembre confirme l'attachement de tous les salariés de l'exploitation, de la maintenance, du tertiaire à leur régime de retraite et au contrat social passé avec L'État lors de leur embauche.

Les salariés se sont réunis massivement au siège de la RATP, dans le calme, mais avec une réelle détermination affichée.

L'ampleur du mouvement a conduit le Ministre Monsieur DJEBARRI à venir échanger sereinement avec les salariés.

Cependant ses réponses n'ont pas apporté les garanties que les personnels, sous Statut ou contractuels, attendent, bien au contraire.

Les salariés et les organisations syndicales UNSA-RATP, CFE CGC RATP, SUD RATP, FO RATP et SOLIDAIRES RATP s'organisent d'ores et déjà pour un mouvement Illimité à partir du 5 décembre 2019.

Devant la gravité de la situation, le gouvernement doit utiliser ce temps pour prendre les dispositions nécessaires afin de respecter le contrat social, avec le maintien de nos garanties statutaires, qui lie les salariés à l'entreprise et l'Etat.

Nous ne braderons, ni n'abandonnerons ces exigences.

Source : https://twitter.com/SUDRATP_GPSR/status/11750…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Retraites, emplois, salaires, conditions de travail…

En grève dès le 5 décembre, agissons pour le progrès social !

Comité Confédéral National de la CGT

Partout en France, les luttes en cours contestent les choix politiques du gouvernement, des directions d'entreprises et du patronat. Augmentations salariales, amélioration des conditions de travail, diminution du temps de travail, maintien et développement de l'emploi, défense des services publics, égalité femmes/hommes, reconquête de l'industrie et de notre protection sociale constituent les principales revendications.

Le gouvernement mène une politique au service exclusif des riches et de la finance. Sa politique vise la remise en cause des conquis sociaux et des solidarités. Il met en opposition travailleurs/travailleuses et privé-e-s d'emploi, actifs/actives et retraitée-s, ouvriers/ouvrières ou employé-e-s et cadres, salarié-e-s du public et du privé, celles et ceux qui sont aujourd'hui dans le monde du travail et celles et ceux qui y seront demain…

Le gouvernement tente aussi de faire diversion en instrumentalisant la question de l'immigration, envisageant l'instauration d'une « immigration choisie » et de « quotas d'immigration »… Des thèmes qu'il empreinte sans retenue à l'extrême-droite en pleine polémique lancée sur la question du port du voile et de l'Islam.

Malgré un rapport du défenseur des droits qui révèle l'ampleur de la discrimination dans les entreprises et administrations, le pouvoir politique conjugue répression syndicale et atteinte au droit de manifester. Il rend possible, voir incite à des situations de discrimination et de répression syndicale dans les entreprises et les administrations. Il porte atteinte à la démocratie sociale et refuse de répondre aux aspirations exprimées par le monde du travail.

Le CCN de la CGT appelle l'ensemble des travailleurs/travailleuses, des privé-e-s d'emplois, des retraité-e-s et la jeunesse à se mobiliser partout en France, par la grève, la mobilisation et la participation aux manifestations, le 5 décembre prochain.

D'ici le 5 décembre, le CCN de la CGT appelle à poursuivre la construction de l'action par la tenue d'Assemblées Générales dans les entreprises, les services publics et les administrations, pour que les salarié-e-s et agent-e-s décident, sur la base de leurs revendications et dans l'unité, des modalités des actions, de la grève, de sa reconduction pour un mouvement qui s'inscrit dans la durée afin de gagner le progrès social.

Le 6 décembre, une intersyndicale nationale se tiendra, les syndicats sont invités à organiser des Assemblées Générales unitaires afin de décider collectivement des suites de la mobilisation.

Le 7 décembre, le CCN invite à participer massivement à la manifestation nationale contre le chômage, la précarité et pour une reconquête de la sécurité sociale protégeant des risques de la vie. Il invite aussi aux initiatives locales qui seront organisées sur le territoire.

La convergence des mobilisations sociales est une nécessité pour gagner sur les revendications. Elle doit se faire avec toutes les organisations syndicales qui portent cette même aspiration ainsi qu'avec l'ensemble des forces politiques de progrès, le monde associatif et les mouvements citoyens, à l'instar de l'appel à la convergence des Gilets Jaunes dans leur déclaration du 3 novembre dernier.

Les ingrédients sont réunis pour réussir un grand 5 décembre, ce qui donnera le ton des suites de la mobilisation.

Les mobilisations et grèves du 5 décembre porteront l'exigence du rejet « en bloc » du projet gouvernemental de réforme des retraites qui impactera fortement, durablement et négativement le niveau des pensions de toutes et tous, que l'on soit issu du secteur public ou du secteur privé.

La CGT se bat pour une autre réforme des retraites et porte un ensemble de revendications, notamment : un départ à taux plein à 60 ans, une prise en compte des pénibilités, des années d'études et de précarité, une augmentation générale des pensions…

Si la loi contraint le secteur public et les services publics à la pose de préavis de grèves et/ou de déclarations préalables, il n'en est rien pour les salarié-e-s du secteur privé qui peuvent librement cesser le travail, s'organiser et participer aux manifestations.

Ce combat est celui de toutes et tous, car ce projet de réforme est l'incarnation d'un choix de société où les solidarités laissent la place au « chacun pour soi », où l'insécurité sociale l'emporterait sur notre sécurité sociale.

Source : http://www.fnme-cgt.fr/index.php/page/nos-act…
Source : https://www.cgtparis.fr/2019/11/07/5-decembre…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

A partir du 5 décembre,

imposons un autre avenir

pour nos retraites, changeons le système

Solidaires

Déclaration du Comité National de Solidaires des 2 et 3 octobre 2019

Sous un faux prétexte de simplifications, ce gouvernement tente de mettre en place la réforme des retraites avec un système à points. Il a pour objectif de nous faire travailler plus longtemps et de diminuer le montant des pensions. Nous ne sommes pas dupes du nouveau « grand débat » qui vise à monter les professions et les régimes les uns contre les autres pour, au final, tirer la totalité vers le bas. C'est ce message que nous allons porter au plus grand nombre dans les semaines qui viennent dans nos entreprises, nos services et auprès de la population.

Oui, les régimes actuels doivent être améliorés et c'est possible, et ceci doit se faire sans aucun recul de nos droits. C'est la question de la répartition des richesses qui est centrale, à l'heure où les distributions de dividendes et les exonérations de cotisation sociale battent encore des records. Pourquoi plafonner le pourcentage des richesses consacré aux retraites plutôt que plafonner les profits, les salaires des dirigeant-es ou vraiment lutter contre la fraude fiscale et les paradis fiscaux ?

Solidaires revendique l'amélioration des régimes existants et l'abrogation des réformes régressives. Nous voulons pour toutes et tous un départ à taux plein à 60 ans et un départ anticipé pour l'ensemble des métiers pénibles à étendre, avec le maintien des droits professionnels. Nous voulons un taux de remplacement à 75% sur les derniers salaires. Aucune retraite ne doit être inférieure au SMIC. Nous ne voulons pas perdre notre vie à la gagner. Nous ne voulons pas d'une croissance économique qui profite aux grandes entreprises et aux riches tout en détruisant les conditions de travail et de vie des populations, les ressources, la biodiversité et le climat.

Retraites, salaires, protection sociale, conditions de travail, égalité femmes hommes, services publics ou climat, nous savons que nous pouvons faire céder ce gouvernement si nous nous mobilisons massivement et avec détermination. Nous devons nous servir des expériences de nos luttes passées pour construire cette mobilisation. Nous proposerons notamment d'organiser une grande journée de manifestation un week-end marquant ce début de mobilisation et ces convergences.

Nous pensons que c'est la grève reconductible qui nous fera gagner. Nous n'opposons pas cette perspective avec les mobilisations sectorielles et qui contribuent à gagner sur les revendications et faire monter ce rapport de force interprofessionnel.

Nous pensons que c'est l'unité et la convergence sur des bases collectives qui nous permettront de gagner, de créer un tous et toutes ensemble porteur d'espoir et d'un autre avenir, pour le monde du travail, pour la population et pour la planète.

L'Union syndicale Solidaires rejoint l'appel à la grève du 5 décembre initié par nos syndicats Solidaires groupe RATP et SUD Rail, pour la construire et l'étendre à l'ensemble de nos secteurs et territoires et de mettre en débat auprès des travailleuses et travailleurs sa reconduction le 6 et les jours qui suivront.

Nous proposerons le plus largement possible aux forces qui se battent pour la justice, sociale, fiscale ou écologiste de construire une mobilisation large dans laquelle nous porterons les un-es et les autres nos revendications.

Grève le 5 décembre et les jours qui suivront
Préparons-nous à rassembler nos colères

927ca46e35d63458a746912a263faef9.jpg

9ad43624c412bda76656bfff2eab632a.jpg

Source : https://solidaires.org/Retraites-ni-plan-A-ni…
Source : https://solidaires.org/A-partir-du-5-decembre…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Non au projet de retraite universelle par points !

Appel intersyndical éducation

SNES, CGT Éduc'action, FO SNFOLC, SUD éducation, SNCL, SNETAP, SNUEP, SNALC, SNEP, SIES, SNETAA

Les conséquences du projet sont claires

  • travailler plus longtemps
  • baisse drastique de nos pensions
  • renforcement des inégalités femmes - hommes

Se mobiliser, c'est maintenant !

Contre le projet Macron-Delevoye, régression majeure, en assemblées générales, en heure d'information syndicale, toutes et tous

Préparons et réussissons ensemble la grève interprofessionnelle du 5 décembre et décidons collectivement des suites à donner.

Le projet de retraite universelle par points : inacceptable

Rien ne permet de garantir la valeur du point et le montant de la pension de retraite dans un système à points. Même sans prendre en compte les primes, 75 % de la rémunération indiciaire des 6 derniers mois est une garantie plus solide. Avec un nombre de retraités en augmentation, le blocage à 14 % de la part de PIB consacrée aux retraites est prévu pour faire baisser les pensions et faire reculer l'âge de départ en retraite. Tous les salariés et agents publics seront renvoyés à de l'épargne-retraite individuelle ou collective pour compléter une trop faible retraite.

Il faudrait travailler plus longtemps

L'âge légal de départ resterait à 62 ans. Mais, le montant de la pension serait si faible qu'il dissuaderait de partir à cet âge. Le projet du ministre Delevoye de juillet impose 64 ans (âge pivot) pour une retraite à taux plein calculée selon de nouvelles modalités. Cet âge pivot sans décote passerait à 65 ans pour la génération 1975 et à 66 ans pour la génération 1987. Il serait possible de partir plus tôt mais avec une décote. Le gouvernement met en avant la possibilité d'augmenter sa pension en continuant à travailler après 64 ans, mais il s'agit d'un leurre : ces années supplémentaires ne suffiront pas à rattraper le montant des pensions actuelles, même déjà dégradées par les réformes antérieures. Par ailleurs, l'espérance de vie en bonne santé en France est actuellement de 63 ans pour les hommes, 64 ans pour les femmes (source : Eurostat). Le Président de la République, lors du débat sur les retraites à Rodez le 3 octobre, a indiqué qu'il fallait, pour les métiers de l'éducation, travailler davantage, amputer la durée des vacances et pouvoir finir sa carrière sur des postes dans les rectorats ! Il est illusoire d'imaginer que les corps de personnels administratifs deviennent des débouchés de fin de carrières pour tous.

Nos pensions baisseraient

Pour les fonctionnaires, la pension ne serait plus calculée sur les six derniers mois d'activité et les 75 % du dernier traitement mais sur l'ensemble de la carrière, primes comprises. Ce système tire mécaniquement les pensions vers le bas, puisqu'il prend en compte et les débuts de carrière peu rémunérés et les primes, qui dans le second degré représentent en moyenne moins de 10 % du salaire. Il faut ajouter à ces faibles rémunérations l'allongement de la durée des études qui conduit à une entrée tardive dans la carrière. La grande majorité des collègues perdrait avec la réforme entre 300 et 800 € bruts par mois par rapport au système actuel.

Les inégalités femmes - hommes seraient renforcées

La réforme dégraderait le montant de la pension de toutes les femmes tant dans le régime général que pour les fonctionnaires. La pension issue de la réforme refléterait tous les salaires en temps partiel et l'absence de rémunération de toutes les interruptions de carrière. Dans le second degré aussi, les femmes prennent davantage de congés ponctuels, de temps partiels. Or le projet de réforme met fin à la compensation des temps partiels ou des interruptions de carrière qui suivent une naissance. Les femmes ont moins de primes, font moins d'heures supplémentaires, touchent moins d'IMP : leur pension de retraite en baisserait d'autant. Les bonifications pour enfants nés avant 2004 seraient remplacées par une majoration unique de 5 % par enfant partageable entre les parents. Les droits supplémentaires accordés aux parents de trois enfants et plus seraient supprimés.

2b675e21634a0ea03e24f111ae0f091b.jpg9c759690f24d71f9039c0aa94c2dfe7a.jpg

Source : https://www.sudeducation.org/NON-projet-de-re…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Appel de l'AG éducation du 24 septembre

Éducation IDF

L'AG Éducation IDF inter-degrés appelle les personnels de l'Éducation nationale

  • à rejoindre la grève pour le retrait du projet de réforme des retraites à partir du jeudi 5 décembre, lancée par les organisations syndicales de la RATP et déjà certaines de la SNCF
  • à faire de cette date le point de départ d'un mouvement d'ensemble et d'une grève reconductible ou illimitée
  • à construire d'ici là des AG interprofessionnelles locales (ville, bassin, département…) qui permettront de préparer dès à présent cette mobilisation
  • à interpeller nos organisations syndicales pour qu'elles contribuent de façon intersyndicale et interprofessionnelle au succès de ce mouvement de grève
  • à porter ces mandats à la Coordination nationale des AG et collectifs contre les réformes Blanquer, qui se tiendrait à Toulouse. Nous confirmerons les dates au plus vite.

L'AG interprofessionnelle qui s'est tenue dans la foulée a repris notre décision d'appeler à la grève contre la réforme des retraites à partir du 5 décembre. Elle appelle à une nouvelle AG interpro le mardi 15 octobre à 18h, à laquelle les personnels de l'Éducation sont appelés à participer.

Source : message reçu sur ag.interpro.interluttes le 25 septembre 00h


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Nous appelons les organisations CGT de la capitale à

« Construire tous ensemble la grève interprofessionnelle. »

CGT Paris

Appel de la CE de l'ud CGT de Paris.
Aux Syndicats, aux Unions Syndicales, aux Unions locales.

Cher.e.s Camarades,

la CE de l'UD appelle l'ensemble des organisations parisiennes de la CGT à s'inscrire dans une démarche la plus efficace possible de construction interprofessionnelle du rapport de forces.

Nous avons face à nous un patronat et un gouvernement qui utilisent tous les moyens pour tenter de discipliner et de dépouiller les salarié.e.s, les retraité.e.s, les privé.e.s d'emploi, les jeunes.

Pour cela, ils utilisent la manipulation, le mensonge, la division, la diversion. Et puis, ils nous répriment dans les entreprises et dans les administrations, en menaçant, en sanctionnant, en licenciant. Quant à l'Etat, il utilise la police pour réprimer dans le sang et la justice pour condamner lourdement.

Pour dépouiller le monde du travail, ils font pression sur les salaires et pensions, sur les prestations et allocations, sur l'emploi, sur le droit du travail, imposent une fiscalité injuste, alors que le gouvernement continue de faire des cadeaux au patronat et aux riches. Ce sont aussi nos biens publics les plus précieux qui sont dans le collimateur : la sécurité sociale et les services publics.

Notre société est en crise. Cette crise est économique et sociale. Elle est aussi politique, car les idées de progrès social et d'égalité sont contestées au nom de la compétition internationale, tandis que l'idée même de démocratie est sacrifiée sur l'autel du libre marché.

Le monde du travail répond par des luttes syndicales fortes sur plusieurs « créneaux » : celle des travailleurs sans papier, les grèves à la RATP, dans les hôtels, dans les finances publiques, les mobilisations dans les hôpitaux, dans l'énergie, dans l'éducation nationale, etc.

De plus, des mouvements semblent fortement ancrés sur plusieurs thématiques : l'écologie, le féminisme, et bien sûr les exigences des gilets jaunes (justices sociale et fiscale, démocratie). Ce sont des ferments puissants de mobilisation.

Construire le rapport de forces suppose de :

  • soigner notre vie syndicale CGT, en rendant le plus possible chaque camarade en situation d'agir, en convaincant autour de soi, en proposant de lutter là où on se trouve,
  • être clair tant sur nos revendications que sur la contestation des projets de recul social,
  • proposer aux organisations et mouvements qui partagent notre constat et notre envie de lutter de nous rencontrer pour faire cause commune, à tous les niveaux,
  • articuler les mobilisations professionnelles avec la montée en puissance d'un vaste mouvement interprofessionnel.

Notre bataille sur les retraites est un combat essentiel qu'il nous faut mener tous ensemble avec la plus grande énergie. Nous devons aussi nous mobiliser pour le référendum ADP qui constitue une opportunité importante de porter un coup d'arrêt aux politiques de privatisations et au gouvernement.

Pour gagner, il faudra faire nombre : en diffusant nos informations, en signant des pétitions, en assemblée générale, en manifestation, et surtout en grève ! Agir dans cette perspective suppose de mener les campagnes « retraites » et « ADP » dans la durée avec méthode et détermination. C'est à notre portée.

Le 5 décembre est une étape décisive dans la construction de la mobilisation interprofessionnelle, avec l'hypothèse forte d'une puissante grève démarrant dans les transports. Nous devons consacrer les semaines qui viennent à bâtir le grand mouvement interprofessionnel dont nous avons tous besoin. Ce grand mouvement a besoin d'être impulsé, coordonné ; il nécessite un partage d'informations permanent entre ses acteurs. Pour cela, à Paris, un outil interprofessionnel existe : l'Union des syndicats CGT de Paris (UD de Paris).

Nous ne sommes pas dans l'expectative, mais dans le militantisme CGT quotidien qui vise l'émancipation par la mise en mouvement du plus grand nombre. Faisons-le tous ensemble !

Nous appelons les organisations CGT de la capitale à « Construire tous ensemble la grève interprofessionnelle. »

Source : https://twitter.com/La_NVO/status/11923476109…
Source : https://www.cgtparis.fr/2019/10/17/nous-appel…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Mobilisation des actifs et des retraités à partir du 5 décembre

Oui ! Les retraités sont concernés ! Ils refusent la retraite à points !

Appel Intersyndical retraités

« Chacun cotise selon ses moyens, chacun reçoit selon ses besoins ». Nous tenons à ce principe juste qui a guidé le Conseil National de la Résistance pour mettre en place un système de retraite solidaire, qui réduit les inégalités au travail, qui attribue une pension en prolongement du meilleur salaire. Si les réformes successives ont aggravé sensiblement la situation, nous nous battons pour l'amélioration du système actuel et contre sa destruction.

« Un euro cotisé donne les mêmes droits ». Nous nous opposons à ce principe, qui entraine les retraités actuels et futurs vers une paupérisation certaine et qui accentue à la retraite les inégalités de la vie active.

Réduire les inégalités

Le système actuel réduit les inégalités, il calcule la pension en ne prenant en compte que les meilleurs salaires, le dernier touché pendant 6 mois pour les fonctionnaires, les 10 (avant la « réforme » de 1993 qui a augmenté à 25) meilleures années pour le privé.

Le système à points reproduit les inégalités, la pension dépend de l'ensemble de la carrière. Cela tire la pension vers le bas et pénalise davantage celles et ceux qui ont galéré en début de carrière et en subissant des petits boulots mal payés, des interruptions de carrière, du temps partiel...). Les femmes, déjà pénalisées dans le système actuel, le seront encore davantage.

Comme le dit E. Macron, le monde se partage en deux, entre « ceux qui ont réussi » (et ont beaucoup de points et une belle retraite) et « ceux qui ne sont rien » (et ont une retraite de m...).

Garantie du niveau de pension

Le système actuel permet de connaître le montant de la pension. Que ce soit dans les régimes du privé comme ceux du public, les règles de liquidation permettent à chaque retraité de connaître longtemps à l'avance le montant de ses droits. Il suffit de connaître deux éléments, le salaire pris en compte et la durée validée de cotisations par rapport à celle exigée (37,5 ans, augmentée par les « réformes » à 41,5 ans et programmée à 43 ans). Pour une durée complète, la pension s'élève à environ 75 % du salaire pris en compte.

Le système à points ne garantit rien, il fige le taux de cotisation et ne s'engage absolument pas sur le montant de la pension. Il faudrait cotiser environ 11,11 € pour acheter un point et lors du départ, le nombre de points déterminera le montant de la pension en fonction de la valeur du point, fixée en 2025 à 0,495 € en cas de départ à 62 ans, 0,5225 € à 63 ans, 0,55 € à 64 ans, 0,5775 € à 65 ans et 0,605 € à 66 ans. C'est illisible, et ces valeurs changeraient chaque année, de façon à équilibrer les comptes. De combien seraient-elles dans 10 ou 30 ans ?

Solidarité et justice

Le système actuel est solidaire. La cotisation est une partie de salaire socialisée, elle est redistribuée en donnant plus à celles et ceux qui ont moins (élimination des mauvaises années, chômage, maternité, maladie, éducation des enfants, invalidité, départ précoce en retraite, réversion,...).

Ces droits font partie du système, ils représentent près d'un tiers de la masse des pensions.

Le système à points redonne en retraite en proportion ce que l'on a réussi à cotiser pendant toute la vie active. Il vise à renvoyer à l'individu au détriment du collectif. Certes, certaines (pas toutes) des solidarités énumérées ci-contre feront l'objet d'attribution de points, mais selon les possibilités du budget de l'État, toujours en recherche d'économies.

Les retraitées et retraités sont directement concernés par la réforme à points

E. Macron et son gouvernement pensent que les retraité-e-s ne réfléchissent pas, les croient sur parole, ils nous rabâchent que la « réforme » des retraites ne nous concerne pas.

C'est faux, au moins pour trois raisons.

1) Le gouvernement annonce clairement que le système de retraite, en léger déficit actuellement, devra être à l'équilibre au 1 er janvier 2025, jour de l'application de sa retraite à points.

Comment réaliser l'équilibre ?

  • Pas en augmentant les cotisations que la « réforme » fige et que le gouvernement ne cesse de diminuer.
  • Reste une pression sur les pensions actuelles, des revalorisations inférieures à l'inflation voire une nouvelle période de gel lorsque les élections municipales seront passées.

2) L'objectif principal de la retraite à points est la maîtrise des dépenses, la « réforme » bloquerait la part des dépenses de pension dans les richesses créées.

La même part de pensions pour davantage de personnes en retraite, c'est une plus petite part pour chacun, une baisse des pensions par rapport au niveau de vie des actifs. Actuellement, la pension moyenne est égale à 64,4 % du salaire moyen, en 2050 elle diminuerait à 50,9 %.

3) La revalorisation des pensions et des réversions serait limitée par la « reforme ». Le rapport Delevoye préconise une revalorisation selon l'inflation et la fin des règles actuelles d'attribution des pensions de réversion. Son mode de calcul unique serait défavorable à une partie des retraités. La réversion ne pourrait pas être touchée avant 62 ans !

-

  • Parce que nous tenons aux principes de réduction des inégalités, de garantie du montant de la pension, de solidarité et de justice.
  • Parce que les personnes actuellement en retraite sont directement concernées par la « réforme » des retraites.
  • Parce que nous revendiquons l'indexation des pensions sur l'évolution des salaires.

Nous appelons tout le monde à se mobiliser à partir du 5 décembre, à convaincre ses amis et voisins qu'il faut se mobiliser pour refuser la régression sociale et l'explosion des inégalités, pour imposer l'augmentation des pensions et le progrès social.

d9727664007e9aaaef9b6584d9c22cdb.jpg3d1cdfedeb504a2675dd445cdb004fcb.jpg

Source : https://solidaires.org/Mobilisation-des-actif…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

5 décembre : la grève à l'ordre du jour !

CGT Chimie

La réforme des retraites Delevoye est une rupture historique avec le système actuel :

  • Elle instaure un système à cotisations définies (par points), qui fait dépendre le montant de la retraite, non pas de droits acquis au cours de la carrière comme aujourd'hui, mais d'une valeur de point arbitrairement fixé au moment du départ.
  • Elle touche surtout les espérances de vie plus faibles que la moyenne car c'est cette moyenne qui sert de base de calcul pour chaque retraite.
  • Elle plafonne à 14 % la part de financement des retraites dans le PIB, alors que le pourcentage des retraités augmente dans la population.
  • Elle met fin aux solidarités entre les générations, et au sein d'une même génération (maternité, handicap, licenciements, etc.).

La réforme Delevoye implique des baisses de pensions généralisées, particulièrement pour les femmes. Contrairement aux bobards relayés par les médias, il n'y a pas les « gagnants » et les perdants : la réforme ne fait que des perdants !

Face à l'offensive, certaines professions qui ont lutté pour obtenir des régimes spéciaux, auraient tendance à préserver un statu quo corporatiste.

Mais aucun régime spécial n'arrive à la cheville du projet cgt en matière de retraites !

Un projet CGT qui est largement finançable, l'argent existe !

Nous imaginons-nous en capacité, tous ensemble, de gagner ce projet CGT des retraites ?

Le gouvernement propose des « concertations » pour aménager à la marge les détails de sa réforme. Les représentants syndicaux, y compris CGT, de certaines professions se rendent à ces concertations : le saviezvous ?

La FNIC-CGT considère au contraire que l'heure n'est plus au dialogue social, mais à la confrontation.

Apeuré par notre possible réaction, Macron veut repousser la mise en place de la réforme après les municipales : non ! Il doit dire maintenant qu'il abandonne cette nouvelle régression !

Il ne faut pas attendre. Nous devons imposer notre propre agenda ! C'est maintenant, avant les élections, que nous devons gagner cette bataille.

Certains appels font du 5 décembre une date de possible démarrage d'une grande lutte pour rejeter en bloc la réforme Delevoye.

Chaque profession doit s'engager à se mobiliser en interprofessionnel, donc pas pour défendre son pré carré.

La FNIC-CGT, ses syndicats s'engage également dans le combat à partir du 5 décembre en appelant à la grève.

Dans nos champs professionnels, tous nos syndicats travaillent à interpeler les salariés sur cet enjeu.

Les syndicats de la branche Pétrole envisagent la possibilité d'une grève reconductible à partir du 5 décembre.

Que chacun se détermine face à ce qui constitue le dernier round pour sauver notre Sécurité sociale.

Toutes affaires cessantes, que chaque salarié se pose la question du 5 décembre !

« S 'indigner ne suffit pas, il faut s'engager »
Alors tous ensemble, en interprofessionnel, engageons nous dans la bataille à partir du 5 décembre.

49a69136742e64d81d1a7381414b880b.jpg

Source : https://tendanceclaire.org/breve.php?id=36737


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Pour nos retraites, toutes et tous ensemble en grève dès le 5 décembre !

Construisons la grève interprofessionnelle !

SUD éducation

Motion d'actualité du Conseil fédéral de SUD éducation des 26 et 27 septembre 2019

Après la réussite de la grève du 13 septembre à la RATP et l'appel de l'intersyndicale à une grève illimitée à partir du 5 décembre, cette date serait un point de départ pour une grève reconductible dans certains secteurs. Plusieurs organisations syndicales ont d'ores et déjà déposé un préavis de grève reconductible à partir de cette date. Dès maintenant et sans faire l'impasse sur des dates de mobilisation en novembre, SUD éducation appelle les personnels à se mettre en grève le 5 décembre et à mettre en débat dans les assemblées générales sa reconduction, dans l'objectif de construire un vaste mouvement interprofessionnel.

Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement Macron-Philippe mène son entreprise de destruction à un rythme soutenu. Dans l'éducation les réformes se sont succédées dans tous les degrés. Cette rentrée voit les réformes des lycées s'appliquer dans un ministère marqué par la grève inédite du Bac 2019. La loi Blanquer, dont SUD éducation revendique toujours l'abrogation, commence également à être appliquée. En dehors de l'Éducation nationale, le gouvernement n'est pas en reste.
Notamment, la loi « de Transformation de la Fonction Publique » du 6 août 2019 entraîne le remplacement des CT et des CHSCT par un organe unique, le "Comité social d'administration", la diminution du rôle des CAP, le développement de la contractualisation (notamment avec les "CDD de chantier").
Il convient de rester extrêmement vigilant car les conséquences de ces réformes n'ont pas fini de se faire sentir et dès les premiers jours de la rentrée les personnels en ont constaté les effets néfastes.

Dans ce contexte, SUD éducation continuera de soutenir et d'œuvrer à l'amplification des mobilisations des personnels contre ces réformes et de communiquer sur leurs effets. Notons que le ministre a reculé sur les EPSF suite à la mobilisation dans le premier degré.

Combattre le projet de réforme des retraites, porter notre projet de société

Les retraites constituent un enjeu interprofessionnel qui concerne l'ensemble de la population. Nous pouvons espérer construire une mobilisation qui dépasse les carcans catégoriels bien qu'il faudra la construire dans les secteurs en partant des situations sectorielles. À ce titre, les personnels de l'Éducation nationale vont payer un lourd tribut si cette réforme passe.
Les retraites touchent à de nombreuses questions qui nécessitent de mettre en avant notre projet de société. Dans ce cadre, nous porterons notamment dans nos interventions :

  • la lutte contre la précarité : les carrières hachées et les bas salaires touchant des retraites largement amputées
  • la lutte contre le sexisme : les femmes ont de nombreuses discontinuités dans leur carrière à cause de la précarité et de l'inégalité, dont la charge de l'éducation, qui repose d'abord sur elles. Leurs salaires sont en général plus bas. Comme la pension sera calculée sur toute la carrière, elles subiront une baisse de pension par rapport à la situation actuelle (qui la calcule sur le salaire ou les meilleurs années). À cela s'ajoute l'inquiétude sur les pensions de réversion alors que celles-ci permettent aujourd'hui de limiter l'écart de pension entre hommes et femmes.
  • la solidarité intergénérationnelle contre le projet de société du gouvernement.

Après la réussite de la grève du 13 septembre à la RATP et l'appel de l'intersyndicale à une grève illimitée à partir du 5 décembre, cette date serait un point de départ pour une grève reconductible dans certains secteurs. Plusieurs organisations syndicales ont d'ores et déjà déposé un préavis de grève reconductible à partir de cette date.

Dès maintenant et sans faire l'impasse sur des dates de mobilisation en novembre, SUD éducation appelle les personnels à se mettre en grève le 5 décembre et à mettre en débat dans les assemblées générales sa reconduction, dans l'objectif de construire un vaste mouvement interprofessionnel.

Pour cela, SUD éducation entend :

  • construire la mobilisation par des campagnes d'information, de sensibilisation
  • réunir les forces syndicales et plus largement le mouvement social (associations, collectifs, gilets jaunes, etc.) pour gagner, tout en construisant une mobilisation unitaire partant des situations sectorielles
  • rassembler une intersyndicale la plus large possible dans son secteur. Dans la perspective du 5 décembre, l'action intersyndicale ne doit pas qu'être "de papier" mais se déployer sur le terrain, par des heures d'information syndicale, des tournées syndicales communes.

Il s'agit de faire échec au projet du gouvernement et d'obtenir pour toutes et tous :

  • un taux de remplacement à 75 % des dix meilleures années ou du dernier indice,
  • une durée de cotisation de 37 ans et demi,
  • pas de pension inférieure au smic,
  • l'égalité entre les hommes et les femmes au travail comme dans la retraite,
  • départ à 60 ans, à 55 ans pour les métiers pénibles, pas de recul sur les droits acquis.

De plus, l'Union syndicale Solidaires est engagée actuellement dans la campagne contre la privatisation d'ADP (Aéroports de Paris). La fédération SUD éducation s'impliquera dans cette campagne dans son secteur.

Enfin, la fédération SUD éducation soutient les grèves climat du vendredi (depuis mars 2019) et les mobilisations en faveur de la justice sociale et climatique en déposant des préavis de grève et en appelant à participer aux manifestations. SUD éducation revendique le droit de la jeunesse à faire grève et à manifester en France ! Partout dans le monde les étudiant-e-s, lycéen-ne-s et habitant-e-s se mobilisent pour des changements politiques majeurs, pourtant la France s'est illustrée en réprimant violemment les marches mondiales pour le climat. Cela s'ajoute aux nombreuses exactions policières, aux entraves au droit de manifester et aux condamnations de manifestant-e-s que nous dénonçons avec fermeté.

053ecb660282566794e224c9b1d9d021.jpgd726db534934260a3fe7713b9ba0c2f5.jpg

Source : https://www.sudeducation.org/Pour-nos-retrait…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Contre-réforme des retraites

FO Transports et logistique

Communiqué du 24 septembre

Le Bureau Exécutif de la Fédération Nationale des Transports et de la Logistique Force Ouvrière UNCP réuni ce jour, prend position sur le rapport Delevoye concernant le projet de contre-réforme des retraites.

Pour le Bureau Exécutif Fédéral, ce projet de Retraite Universelle par points est un recul sans précédent concernant l'ensemble des travailleurs de ce pays, du privé comme du public.

Cela est inacceptable !

Pour la Fédération Nationale des Transports et de la Logistique Force Ouvrière UNCP, ce projet de Retraite Universelle par points est dans les faits un projet de Retraite Unitaire par points

Cela aura pour conséquence, au-delà de la fin des régimes spéciaux, la fin des congés de fin d'activité ainsi que la fin des régimes complémentaires Agirc-Arrco qui, comme les régimes bénéficiaires, verront leurs « réserves » absorbées dans le budget de l'Etat.

Ce qui est aussi inacceptable pour la FNTL FO/UNCP c'est bien évidement le régime par points qui verra sa valeur décidée chaque année par nos gouvernements. Et contrairement aux annonces ayant comme exemple les pays nordiques, les retraités n'en sortent pas gagnants, bien au contraire !

En conséquence, le Bureau Exécutif Fédéral décide à l'unanimité d'appeler à une grève illimitée à partir du 5 décembre 0h00. Ceci pour l'ensemble des secteurs de la Fédération : TRM / TU / RATP / LOS / Déchets / TRV / Déménagement / TdF / Sanitaire...

http://www.fo-transports.com/s/cc_images/teaserbox_13292522.jpg?t=1569391320

Source: http://www.fo-transports.com/s/cc_images/teas…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Appel fédéral pour une mobilisation la plus large possible

CGT Commerce et Services

La commission exécutive fédérale, réunie le 17 octobre 2019 à Perpignan, a débattu de la situation économique et sociale de notre pays.

Sous couvert de compétitivité, de performance, de réduction des coûts de production, le gouvernement, au travers de lois voulues par le patronat, a attaqué de plein fouet les droits des travailleurs.

Les coups portés aux travailleurs par le capitalisme ne font qu'amplifier la multitude de plans sociaux dans les secteurs du commerce et des services.

C'est une situation sans précédent : ce sont plus de 10 000 emplois supprimés chez Carrefour, Auchan, Casino, sans oublier Castorama, Conforama, etc. Ces grands groupes ont un point commun, ils ont tous reçu des aides publiques, par le biais du CICE, des exonérations diverses, mais aussi de niches fiscales et ont reversé plusieurs milliards de dividendes à leurs actionnaires après avoir détruit des milliers d'emplois.

Avec la complicité du gouvernement, ils essaient d'ouvrir les grandes surfaces le dimanche, sans salarié, avec pour seul but de s'enrichir et de généraliser le travail le dimanche dans le secteur du commerce ;

les travailleurs des secteurs du commerce et des services subissent depuis plusieurs années une dégradation de leurs conditions de travail et de leur pouvoir d'achat.

La réforme des retraites par point voulue par le gouvernement libéral des riches ne fera qu'aggraver la situation des travailleurs de nos secteurs, dont une majorité sont des femmes à temps partiel. Cela voudra dire travailler toute une vie dans la précarité et être un.e retraité.e pauvre !!!

Il est urgent que la situation change, que l'argent public versé à ces grands groupes soit rendu pour financer nos services publics, notre protection sociale, notre système des retraites...

Face au patronat et à ce gouvernement de riches, qui veulent en finir avec notre modèle social, la Fédération CGT Commerce et Services exige :

  • Le remboursement de toutes les aides publiques versées aux entreprises qui ont détruit l'emploi afin de financer nos services publics.
  • Un nouveau code du travail qui protège les travailleurs.
  • Le retrait du projet Delevoye de retraite par point.
  • La retraite à 60 ans à taux plein.
  • Le maintien des 42 régimes spéciaux.
  • La réduction du temps de travail à 32h et un salaire à 1 800€.

La Fédération CGT Commerce et Services appelle tous les salariés à participer massivement à des journées de grève interprofessionnelle pendant le mois de novembre et à bloquer toutes activités dans nos secteurs à partir du 5 décembre 2019 jusqu'au retrait du projet du gouvernement et du patronat.

En guerre contre la régression sociale !

Fédération CGT Commerce, Distribution & Services
http://www.commerce.cgt.fr

7aeaf463adaa9efdd958da7abb48c613.jpg

Source : https://www.commerce.cgt.fr/actualites/luttes…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Retraite

La FNME CGT appelle à la grève nationale reconductible dès le 5 décembre !

FNME CGT

Pour la CGT, c'est simple : 75% de taux de remplacement, départ à 60 ans et anticipé pour les travaux pénibles.

La FNME CGT réaffirme son opposition à tout projet de réforme des retraites qui mettrait fin à la retraite par répartition avec la création d'un système universel de retraite par points ayant pour conséquence d'individualiser les droits en lieu et place des garanties collectives.

Le gouvernement veut faire croire que le nouveau système maintiendra, en toute transparence, le niveau de pension et l'âge de départ. Il n'en est rien. Pour rappel, en Suède, le système de retraite à points, institué au milieu des années 1990, a fait baisser les retraites pour 92 % des femmes et 75 % des hommes.

La perspective de régime unique conduirait à la disparition des régimes des fonctionnaires et des 42 régimes spéciaux.

La FNME CGT est également opposée à toute réforme des régimes spéciaux des personnels des Industries Électriques Gazières, celui des Mineurs et celui des travailleurs de l'énergie atomique.

Le régime spécial des retraites des IEG est une partie intégrante du Statut National qui ne coûte rien aux contribuables, Au contraire, il contribue chaque année à la solidarité nationale !
La FNME CGT veut conserver les spécificités du régime y compris sur la pénibilité et les droits acquis pour les femmes.

Si le régime spécial des IEG n'est pas négociable, il peut être largement amélioré, notamment sur :

  • Le retour à 75% du dernier bulletin de salaire;
  • La revalorisation des minimums de pension;
  • Des moyens pour régler rapidement les requêtes des anciens combattants d'Afrique du Nord;
  • Des moyens pour régler les problèmes des inactifs qui n'ont pas accès aux nouvelles technologies.

La FNME CGT a demandé au Secrétaire d'État en charge de la réforme des retraites de recevoir les mineurs dont le maintien du régime spécial est une exigence forte de la corporation minière.

Pour les salariés de l'énergie atomique, comme pour la Fonction Publique et les IEG, la CGT revendique le retour à un taux de remplacement de 75% du dernier salaire, un âge de départ à 60 ans et un départ anticipé pour les travaux pénibles.

Au-delà de la problématique des retraites, la situation est très préoccupante dans les entreprises du secteur énergétique avec :

  • La privatisation d'ENGIE, résultant de la loi PACTE, relative à la croissance et la transformation des entreprises (comme pour ADP et la FDJ);
  • La casse d'EDF, avec le "projet Hercule";
  • Les fermetures envisagées des centrales au charbon;
  • Les fermetures envisagées des centrales nucléaires à partir de 2020 pour FESSENHEIM (à suivre : 24 réacteurs pour atteindre une baisse de production du nucléaire à 50% du mix énergétique);
  • Les licenciements actuels chez Neptune Energy ; etc.,
  • L'arrêt du projet ASTRID et la baisse des moyens dévolus à la recherche fondamentale dans le secteur de l'énergie atomique.

Pour améliorer cette situation, du courage politique s'impose et pour y arriver, la FNME CGT porte un programme progressiste pour le Service Public de l'énergie.

Pour toutes ces raisons, la FNME CGT appelle les travailleurs et les retraités à participer à la grève nationale reconductible, dès le 5 décembre.

Lors de cette journée, la FNME CGT invite les travailleurs et les retraités à rejoindre les manifestations, les rassemblements et toutes autres formes d'actions qui seront organisées dans les départements pour conduire au blocage de l'économie du pays.

Pour reconduire la grève dans la durée et impulser des actions sur l'outil de travail partout dans les territoires, la FNME CGT propose aux travailleurs et retraités de participer à toutes les réunions syndicales proposées dans et en dehors des entreprises

18356be9d49a7c996b96daae1c6b12e2.jpg507bf6a51ded23e04c31fea2a9ac0882.jpg

Source : http://www.fnme-cgt.fr/index.php/page/nos-act…
Source : http://www.fnme-cgt.fr/index.php/communiques/…
Source : https://syndicollectif.fr/les-energeticiens-p…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

A partir du 5 décembre,

c'est rassemblés dans la grève qu'on va gagner !

Solidaires RATP

Le succès de la mobilisation, par la grève, des salarié(e)s de la RATP le 13 Septembre, les manifestations du 21 septembre et les grèves du 24 septembre montrent que la mauvaise réforme des retraites présentée par le gouvernement touche l'ensemble des salariés et est majoritairement refusée dans l'ensemble des secteurs. Que l'on soit avec un régime spécial ou du régime général, l'ensemble des travailleurs ont tout à perdre avec un régime universel à points qui n'entrainera qu'une paupérisation des retraité(e)s et le développement de retraites complémentaires par capitalisation.

Face à la détermination affichée du gouvernement, la fédération SUD-Rail et Solidaires RATP actent, ensemble, une stratégie de convergence qui nous mènera à la victoire. Rassemblés lors de leur 8ème congrès, l'ensemble des structures qui constituent la fédération SUD-Rail a décidé de se joindre à l'appel intersyndical à la grève reconductible de la RATP à partir du 5 décembre !

Par conséquent, SUD-Rail et Solidaires RATP appellent l'ensemble des confédérations syndicales, des syndicats professionnels, des composantes du mouvement social (associations, gilets jaunes…) mais également toutes celles et ceux (étudiants, retraités…) prêts à assumer la lutte sur les retraites à construire une mobilisation la plus large possible, gagnante, unitaire et illimitée à partir du 5 Décembre 2019.

Les salarié(e)s du public comme du privé sont en attente d'une action portée par la base et soutenue par les différentes structures qui constituent le mouvement social. Le projet d'une autre réforme des retraites que nous portons est celui du progrès social, il est légitime et réalisable à condition d'y apporter des financements basés sur une autre répartition des richesses.

fd4c3c5fb8e7527d22a30fc09aadf94e.jpg

Source : https://solidaires.org/A-partir-du-5-decembre…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Communiqué aux cheminots

CGT, UNSA, SUD Rail

Pour nos retraites pour nos conditions de travail et nos emplois
En grève à partir du 5 decembre !

Les Organisations Syndicales Représentatives, réunies en interfédérale le jeudi 14 novembre 2019, ont partagé la nécessité d'organiser une riposte face aux nombreuses attaques lancées contre les salariés du ferroviaire.

Elles appellent les cheminots à se mobiliser massivement à partir du 5 décembre.

Dans l'unité, exigeons du gouvernement l'abandon de son projet sur les retraites et la prise en compte de nos revendications au niveau de la branche et de la SNCF.

Nos retraites sont attaquées !

Le projet de retraites par points du gouvernement Macron s'attaque aux retraites de l'ensemble des salariés : les régimes spéciaux comme le régime général sont ciblés. Au-delà des menaces sur le moment auquel nous pourrions partir en retraite, tout-e-s les salarié-e-s subiraient une baisse très importante du montant de leur pension ! Les différentes simulations réalisées sur la base du rapport Delevoye prévoient en effet des baisses de pensions de 200, 400, 600€ par mois selon les situations !

Ce n'est pas admissible !

C'est sans compter sur la baisse prévisible du montant du point de retraite, en imposant une « règle d'or » qui limite la part des pensions à 14% du PIB. Avec la forte progression à venir du nombre de retraités, les pensions des retraités seraient encore diminuées !

Un cadre social totalement remis en cause !

Avec la mise en œuvre au 1 er janvier 2020 de la Loi « nouveau pacte ferroviaire », la direction SNCF souhaite remettre en cause l'essentiel de notre contrat social, aussi bien avec l'éclatement en Sociétés Anonymes que dans le cadre de la négociation de la convention collective : rémunération, métiers, protection sociale, emploi, externalisation, facilités de circulation, fin du Statut, avenir des lignes et du Fret, etc., l'État a décidé de ne rien nous épargner.

C'est le moment d'imposer d'autres choix ! La colère sociale est montée d'un cran supplémentaire ces derniers mois. Le nouveau Président de la SNCF doit répondre, en urgence, aux revendications.

Les fédérations syndicales CGT, UNSA, SUD-Rail ont déposé un préavis de grève reconductible par périodes de 24 heures, à compter du 5 décembre 2019. Elles appellent les cheminots à s'inscrire massivement dans la grève et à participer aux assemblées générales pour débattre du niveau de mobilisation, des négociations et des suites à donner.

Elles s'organisent pour donner des éléments d'appréciation nationaux.

9182215a5c62c9948265fb563d1bceba.jpg

Source : https://solidaires.org/Rail-Communique-unitai…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Grève à partir du 5 décembre 2019 :

engagé.e.s pour gagner !

CGT cheminots

La situation dans l'entreprise SNCF est explosive du fait des choix stratégiques mis en oeuvre ces dernières années et exacerbés par la réforme du 27 juin 2018.
Sur fond d'une énième réforme des retraites, la tension au sein de l'entreprise est palpable, les colères s'expriment de plus en plus sur les sujets du quotidien (sécurité, conditions de travail, salaire…).
C'est pourquoi la Fédération CGT appelle les cheminots à cesser le travail.

Les cheminots ont de moins en moins les moyens de faire du bon travail, ne sont pas reconnus au niveau de leur implication (niveau des salaires, déroulement de carrière, accès à la formation…) pour assurer une bonne qualité de service public.

La Fédération CGT des cheminots conteste ces choix qui remettent en cause l'avenir de l'entreprise, de nos métiers, du service public Fret et Voyageurs ainsi que de pans entiers du réseau ferroviaire.

Ces dernières semaines, les cheminots de plusieurs filières se sont mobilisés sous différentes formes pour exprimer de la colère et exiger des moyens pour bien travailler.

Au regard de cette situation, la Fédération CGT des cheminots revendique des changements d'orientation (relance du Fret, trains de nuit, auto-couchettes, ouvertures de lignes, gares, guichets…), des déblocages significatifs de moyens pour permettre aux cheminots une production ferroviaire de qualité (hausse des recrutements au Statut, réinternalisation de charges de travail, réhumanisation des gares et des trains…), l'inscription de garanties nouvelles et de haut niveau dans la future CCN de branche (grille de branche, sécurité de l'emploi…) ainsi que des réponses concrètes aux revendications des cheminots actifs et retraités.

Retraites, un enjeu interprofessionnel

La réforme des retraites voulue par le Gouvernement touche l'ensemble des salariés. L'objectif n'a jamais été de remettre plus d'équité dans le système, mais bien d'imposer à tous de travailler plus longtemps avec, à l'arrivée à la retraite, le versement d'une pension plus basse. Quant à la suppression des régimes spéciaux, elle n'a pour visée que d'abaisser les droits de tous.

La Fédération CGT des cheminots exige le maintien du régime spécial de retraite des cheminots et la pérennisation de son financement.

Elle propose l'élargissement du régime spécial à l'ensemble de la branche ferroviaire.

La Fédération CGT appelle l'ensemble des cheminots actifs, de tous collèges et de tous métiers, à s'inscrire massivement dans la grève à partir du 5 décembre 2019.

Un préavis de grève reconductible par période de 24h sera déposé à partir du mercredi 4 décembre 2019 à 19h00.

Axes revendicatifs portés par la CGT, UNSA et Sud-rail dans le cadre de la DCI unitaire déposée le 18 novembre 2019Retraites :

  • Maintien du régime spécial des cheminots, du taux de cotisation supplémentaire dit « T2 », des droits spécifiques des cheminots actuels et futurs embauchés ;

Emploi :

  • Arrêt des suppressions d'effectifs ;
  • Négociation nationale sur les créations d'emplois, puis déclinaison interentreprises dans les territoires, sur :
    • Les besoins relatifs à la sécurité, à une production de qualité et à l'amélioration des conditions de travail ;
    • Les besoins nécessaires à la réinternalisation de charges de travail sous-traitées ;
    • La régularisation des emplois précaires et une reconversion pérenne des agents en EIM ;
    • Les conditions d'utilisation des alternants et leurs perspectives d'embauches.
  • Création d'instances interentreprises de proximité pour le suivi de ces sujets.

Rémunération :

  • Augmentation générale de la valeur du point (ou du salaire de base pour les contractuels) de 5,2 % pour compenser l'inflation des 5 dernières années, à titre de mesure immédiate ;
  • Ouverture de négociations sur toutes les primes de travail ;
  • Augmentation de l'Indemnité de Résidence 1 (région parisienne et autres) de 150 € pour tenir compte de la forte hausse du coût de la vie en région parisienne, notamment des loyers ;
  • Revalorisation des EVS ;
  • Revalorisation des pensions de retraite.

Restructurations :

  • Arrêt des restructurations en attente d'un nouveau projet de développement du service public ;
  • Abandon de l'organisation par activité, de l'externalisation, et du lean management ;
  • Garantie de formations « métiers » communes, de déroulement de carrière, de passerelles entre entreprises du GPF pour garantir le maintien d'une sécurité de l'emploi pour tous les cheminots statutaires ou contractuels ;
  • Garantie de non concurrence interne avec les filiales, présentation systématique de SNCF aux appels d'offres, partage des charges de travail entre EF nationales sur les trains transfrontaliers ;
  • Allègement de la charge de travail des DPX et recentrage sur l'organisation de la production.

Avenir des métiers :

  • Maintien de la proximité des organisations de travail en territoire (UP traction, U0 train, ateliers du matériel, services administratifs ou transverses, services en gare, centres d'appels, équipes et astreintes Equipement…) pour favoriser la réactivité de la production et préserver l'aménagement du territoire ;
  • Remise en place de Directions métiers interentreprises fortes ayant pouvoir de prescription ;
  • Arrêt de la casse de l'ensemble des métiers : ajout de tâches aux agents de conduite, suppression des contrôleurs à bord des trains ou de leurs compétences sécurité, deshumanisation des gares, casse des RCAD, polyvalence forcée et maintenance modulaire du Matériel, déploiement des CCR, massification des travaux, perte de compétences à l'Equipement par les transferts de charges sur la sous-traitance, baisse des effectifs SUGE et dégradation de leurs conditions d'utilisation, menace sur l'avenir des APF et les services transverses, etc…

Service public :

  • Proposition d'un plan de relance du fret ferroviaire au Gouvernement, négocié avec les organisations syndicales, incluant les évolutions législatives, un plan d'investissement dans les infrastructures et le matériel, un plan commercial et le développement de l'emploi ; arrêt de la déréglementation et du dumping social dans le groupe ;
  • Maintien, entretien et développement du réseau ferroviaire ;
  • Plan d'investissement pour résorber les causes des retards des trains dits « malades » sur l'ensemble du réseau national ;
  • Plan de relance des trains d'équilibre du territoire (TET), dont les trains de nuit et TAC.

Protection sociale :

  • Elargissement du volet prévoyance du régime spécial à l'ensemble de la branche ferroviaire ;
  • Accès à la médecine de soins SNCF et à l'Action Sociale SNCF pour l'ensemble de la branche financé par les entreprises ferroviaires (EF) et ouverture aux retraités ;
  • Extension des facilités de circulation pour tous les cheminots actifs, retraités ou ayants droit de la branche ;
  • Rematérialisation des feuilles de pensions et permanences CPR en proximité.

Représentation des cheminots :

  • Organisation de négociations réelles avant et pendant les conflits ;
  • Création d'instances de proximité, d'instances transverses par métier et maintien de commissions composées de représentants du personnel et de la Direction pour débattre des promotions, des accès aux postes, et des dossiers disciplinaires ;
  • Reconnaissance de la capacité d'intervention inter-métiers et inter-entreprises des représentants syndicaux (secrétaires de syndicat, DSC, etc.).

caa5bd0dc5d8bacef489a268a4052a15.jpg07c16c5650ec89e18c0a13b39e5dbcae.jpg

Source : http://cgtlyd.reference-syndicale.fr/2019/11/…
Source : https://twitter.com/cgtcheminots/status/11964…
Source : https://twitter.com/cgtcheminots/status/11928…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

En avant vers la grève jusqu'au retrait !

FO Cheminots

Le Comité Confédéral National Force Ouvrière, « parlement » de FO, s'est réuni ces 25 et 26 septembre.

Dans sa résolution sur les retraites, adoptée à l'unanimité des 103 Unions Départementales et des 26 Fédérations Professionnelles, le CCN a affirmé :

« FO est prête à aller à la grève. FO soumet la proposition de rejoindre, par un appel interprofessionnel, la grève unie des syndicats de la RATP et des Transports à compter du 05 décembre prochain pour empêcher et mettre en échec le projet Macron/Delevoye.

Pour cela FO entend œuvrer à l'unité la plus large et demande à ses syndicats d'organiser réunions et assemblées générales pour préparer la grève ».

La fédération FO Cheminots se félicite de cette décision claire et courageuse.

La fédération FO Cheminots demande à l'ensemble de ses syndicats de tout mettre en œuvre (heures d'information syndicale, assemblées générales, tournées,...) pour construire la grève. Elle demande à ses syndicats de travailler partout à construire l'unité la plus large.

Construisons la « Tous Ensemble » sur des revendications claires :

  • Contre les retraites par points, pour le maintien des 42 régimes existants !
  • A partir du 5 décembre grève illimitée jusqu'au retrait du projet Macron/Delevoye !
  • Nos retraites valent bien une Grève Générale !
  • A partir du 05 décembre, bloquons le Pays !

Résister, revendiquer, reconquérir !

2f0b6aea4e310ad4df8998cb855bdddb.jpg

Source : https://tendanceclaire.org/breve.php?id=36303
Source: https://fo-cheminots.fr/


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Tous les secteurs doivent s'unir et converger

Solidaires Jeunesse et Sports

Vendredi 20 septembre, une intersyndicale de la RATP a annoncé se mettre en grève illimitée à partir du 05 décembre 2019 pour défendre le système de retraite et contrer le projet de dégradation sociale du Gouvernement.

L'annonce d'une grève illimitée apparaît comme des plus opportunes face à l'urgence sociale qui s'exprime depuis plusieurs mois. De plus, ces dernières années ont démontré que les grèves périodiques amènent à des résultats peu satisfaisants.

Cet appel, à la grève illimitée, lancé de nombreuses semaines en amont doit permettre d'informer et de construire une mobilisation historique.

Tous les secteurs doivent s'unir et converger pour faire reculer ce gouvernement.

C'est avec cet objectif, que nous, Solidaires Jeunesse et Sports rejoignons l'appel à une grève illimitée à partir du 05 décembre 2019 !

Pour une justice sociale, une solidarité intergénérationnelle et l'égalité femmes-hommes.

Solidaires JS

Source : https://solidaires.org/Appel-du-05-12


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Tous en Grève pour un décembre noir !

L'Automne des Luttes

Le climat de cette rentrée est en ébullition, les retraites, le pouvoir d'achat, les conditions de travail, les services publics hospitaliers, les écoles, les transports, le climat…

Tous les ingrédients sont là, la grogne est maintenant générale, tous les corps et métiers n'en peuvent plus, la grande majorité du peuple souhaite un autre modèle d'organisation économique et sociale, un nouveau projet de société durable respectueux de l'Humain et de son environnement.

La colère monte !

À l'appel de la base des agents RATP et dans la perspective de la construction du Tous Ensemble face à Macron ! Il va falloir se préparer à entrer dans une grève illimitée.

Fini ! les grèves saute-moutons, les grèves perlées et les marches syndicales République/Nation sans perspective ni concrétisation !

Et qui ne servent à rien !

Sinon à nous manipuler nous infantiliser et surtout nous épuiser et confisquer nos colères pour arranger le pouvoir avec la complicité des professionnels du syndicalisme.

Ces parodies de grève ne servent qu'à dépoussiérer les drapeaux syndicaux et décrasser les moteurs des camionnettes à mojitos, ou le camion de merguez à Martinez !

Fini ! de tirer la chasse d'eau sur nos revendications après avoir canalisé nos colères !

Ne nous laissons plus berner par le boys band syndical qui tente de négocier des points et des virgules.

La grève appartient aux grévistes à ceux qui perdent de l'argent ! Et pas à ceux qui de derrière leur bureau élaborent des stratégies de grèves sciemment perdantes !

Nous ne sommes plus dupes.....

Le vrai rapport de force est dans la grève massive et intersectorielle mais pas n'importe laquelle ni n'importe comment et la seule stratégie qui vaille c'est :
LA GRÈVE GÉNÉRALE, TOUS ENSEMBLE EN MÊME TEMPS ET JUSQU'À LA VICTOIRE !!!!!

Fédérons nos colères ! Convergeons nos luttes !

tous ensemble unis , Travailleurs(ses), Précaires, Retraités, Chômeurs(ses), Usagers, Citoyens(nes), Sans papier, Quartiers, Ruraux, Paysans, Indépendants(es), Entrepreneurs(es), Fonctionnaires, Consommateurs, Cadres, Artistes, Public/Privé........ Gilets Jaunes, Gilets Noirs, Gilets Verts, Violets, ...Arc en ciel !

La BASE est réveillée et consciente de toutes les trahisons des politiques, de la bureaucratie syndicale....
Nous nous battrons pour l'avenir de nos marmots et même s'ils ne veulent pas, nous on sera là !!!

Pour la grève générale illimitée à partir du 05 décembre !

#5DécembreTousEnGrève

pétition : https://www.mesopinions.com/petition/droits-h…

resized-4b1c861d1d790d3c147a5b4315de1d36.jpg

Source : https://www.facebook.com/events/5134975225448…
Source : message reçu le 25 septembre 16h


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Appel aux salariés du Val-de-Marne

Pour le retrait du projet Macron-Delevoye, tous en grève dès le 5 décembre !

94: CGT, FO, SOLIDAIRES, la FSU et l'UNEF

Après les fortes mobilisations et grèves massives des agents RATP le 13 septembre, des agents des finances le 16 septembre, des électriciens et gaziers le 19 septembre, des policiers le 2 octobre, des retraités le 8 octobre puis enfin des pompiers le 15 octobre dernier, tout démontre l'attachement des salariés à défendre leurs systèmes de retraites par répartition et à rejeter le projet MACRON DELEVOYE d'un système de retraite unique par points.

Les UD CGT, FO, SOLIDAIRES, la FSU et l'UNEF du VAL-DE-MARNE s'opposent au projet de régime unique de retraite par points voulu par le gouvernement qui a pour conséquences de réduire les pensions, de repousser l'âge de départ à la retraite et de développer le recours à la capitalisation. Elles en revendiquent le retrait immédiat. Personne ne serait épargné par cette contre-réforme qui vise à supprimer toutes les garanties collectives conquises depuis 1945 inscrites dans les 42 régimes de retraites.

Forts du mécontentement grandissant, et de l'appel unitaire à la grève illimitée des syndicats RATP et transports début décembre, les UD CGT, FO, SOLIDAIRES, la FSU et l'UNEF du VAL-DE-MARNE appellent, en conséquence, les salariés du privé comme du public, à se mettre en grève à compter du 5 décembre prochain pour empêcher et mettre en échec le projet Macron/Delevoye.

  • Non à la retraite par points,
  • Non au régime unique et à la fusion des régimes,
  • Maintien des 42 régimes de retraite et amélioration des régimes existants tant pour les poly-pensionnés que pour les carrières longues que pour la pénibilité,
  • Suppression immédiate de l'allongement à 43 ans de la durée de cotisation avec possibilité d'une retraite à 60 ans à taux plein, liquidation de sa pension sur les 10 meilleures années pour le privé et des 6 derniers mois d'indice pour les fonctionnaires,
  • Cotisations des entreprises pour les jeunes primo demandeurs d'emploi en formation, stage ou apprentissage, reconnaissance des années d'études supérieures,
  • Indexation des pensions sur l'évolution des salaires,
  • Annulation de la hausse de la CSG pour tous les retraités,
  • Aucune pension inférieure 1 450 euros nets (80% du salaire médian 1 900€ bruts) ,
  • Retrait du projet de réforme Macron/Delevoye qui n'est ni amendable ni négociable.

De l'argent il y en a …

De l'argent il y en a au regard des dividendes des entreprises du CAC40 (record attendu de près de 52 milliards euros en 2019), de la fraude patronale aux cotisations sociales et au travail dissimulé, de l'évasion fiscale, de la poursuite du CICE (20 milliards), auxquels s'ajoutent 22 milliards d'exonérations de cotisations patronales. Ces dernières sont payées par les impôts des salariés et creusent intentionnellement un déficit de la Sécurité Sociale, déficit artificiel qui sert de prétexte à toutes les contre-réformes.

Pas de réduction des droits sociaux

Ce n'est pas aux salariés de subir la réduction de leurs droits sociaux et de leur retraite déjà amputée par les précédentes contre-réformes. Aussi les UD CGT, FO, SOLIDAIRES, la FSU et l'UNEF du VAL-DE-MARNE rejettent tout projet de ce gouvernement de reculer encore l'âge de départ à la retraite (âge pivot ou âge d'équilibre) et/ou d'allonger la durée d'activité et/ou d'inciter à partir plus tard. Elles défendent le principe de solidarité intergénérationnelle et donc combattent aussi l'idée de reporter sur les futures générations les conséquences de ce projet de contre-réforme.
Elles soutiennent et favoriseront toute mobilisation et action dans ce sens et s'engagent avec leurs Confédérations, Unions, Fédérations respectives à construire le rapport de force qui s'impose comme elles se félicitent du dernier communiqué commun du 16 octobre « toutes et tous en grève et dans l'action le 5 décembre« .

La grève reconductible pour gagner le retrait

Au regard des enjeux et de la gravité de l'attaque portée sur les retraites, seul un mouvement interprofessionnel fort et unitaire avec blocage de l'économie sera en mesure de faire reculer le gouvernement et abandonner le projet DELEVOYE ; la question de la grève reconductible pour gagner le retrait est notre arme syndicale dont les salariés et fonctionnaires peuvent s'emparer.

Pour le retrait du projet Macron - Delevoye,

les UD CGT, FO, SOLIDAIRES, la FSU et l'UNEF du VAL-DE-MARNE

appellent les salariés et étudiants à s'engager massivement dans la grève à compter du 5 décembre et à tenir des assemblées générales pour reconduire le mouvement.

9c3c2a80993993d11ad2656d51181c2e.jpg6b6bd21d4f20d8daecbf7316b086b69f.jpg

Source : http://solidaires94.overblog.com/2019/11/5-de…
Source : http://snudifo94.fr/2019/11/appel-unitaire-de…
Source : https://www.facebook.com/94Cgt/posts/94392351…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Appel de l'assemblée générale du Val d'Oise

CGT 95, FO 95, Sud Éducation 95, Solidaires 95, GRS 95, PG 95, PCF 95, FI 95, EELV 95, NPA 95, Attac, Stylos Rouges

AG réunie le 6 novembre 2019, pour construire une grève massive et reconductible de toutes et de tous

Dès le 5 décembre 2019 jusqu'à la satisfaction de nos revendications

en premier lieu l'abandon de la réforme des retraites

110 militants, syndicalistes, associatifs, politiques, gilets jaunes, citoyen.nes du département se sont réunis le 6 novembre 2019 pour discuter de la situation sociale et particulièrement du projet de réforme destructeur des retraites,

Lors des échanges, chacun a exprimé qu'il se disposait à tout mettre en œuvre pour faire échec au projet Macron/Delevoye,

Au regard des enjeux et de la gravité de l'attaque portée sur les retraites et sur nos droits, seul un mouvement unitaire interprofessionnel et citoyen sera en mesure de faire reculer le gouvernement et le MEDEF ;

POUR permettre de conquérir des droits nouveaux sur la retraite, l'emploi, les conditions de travail, les salaires ;

POUR stopper les sabotages de nos services publics menés par le gouvernement et les rétablir : Hôpitaux, Pompiers, Transports (SNCF, RATP, transports en commun), Énergie (électricité, carburants, gaz), Eau, Éducation, Sécurité Sociale, La Poste, Finances Publiques ;

POUR mettre en œuvre la vraie transition écologique : vivre avec la nature et non contre elle ;

Pour retrouver notre dignité
Pour reprendre notre destin en main et ne plus subir

La grève reconductible est l'arme dont peuvent s'emparer les salarié.es du public et du privé !

Afin d'assurer le succès de la mobilisation et la grève du 5 décembre, les groupes de citoyen.nes, organisations syndicales, associatives, politiques signataires appellent

  • À organiser des assemblées générales et actions revendicatives sur l'ensemble du département pour impulser l'action la plus large possible le 5 décembre 2019 et d'en faire le début d'une grande lutte gagnante
  • À organiser des assemblée de salariés grévistes dans les entreprises et services publics du 95, pour proposer la reconduction de la grève jusqu'à satisfaction
  • À organiser des initiatives d'informations et de luttes avec les citoyens et salariés
    Venez nombreux au meeting du Lundi 2 Décembre
    dès 18h, à la Maison des Syndicats, 26 rue Francis Combe, 95000 CERGY

Organisations signataires du Val d'Oise

Source : http://www.frontsyndical-classe.org/2019/11/v…
Source : https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/1…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Grève à partir du 5 décembre

Pour le retrait total de la réforme Macron/Delevoye !

Intersyndicale éducation 93

Les organisations syndicales de l'enseignement SNUipp-FSU, SNES-FSU, SNEP-FSU, SNASUB-FSU, CGT Educ'action, SNUDI FO, SNFOLC FO, SNETAA FO, SPASEEN FO, Sud Education, CNT Education du 93 dénoncent la politique de régression sociale menée par le gouvernement et le président Macron contre l'ensemble des droits des travailleurs. Nous le voyons bien dans l'éducation nationale et la fonction publique, les réformes successives de ces dernières années ont dégradé considérablement nos conditions de travail. Celles-ci remettent en cause le bon fonctionnement de nos écoles, établissements et administrations, remettent en cause nos droits de fonctionnaire d'Etat.

Une baisse des retraites des enseignants allant jusqu'à 40% !

Le projet de réforme des retraites Macron/Delevoye, conduisant à mettre en place un régime unique par points, constitue, dans ce cadre, une attaque d'envergure contre notre protection sociale collective.
Contrairement d'ailleurs à ce qu'affirme la propagande gouvernementale, celui-ci n'a pas pour vocation de rendre le système plus juste ou plus simple.

  • Parce qu'avec le système de retraite par points, tout le monde sera perdant,
  • Parce qu'il s'agit de réduire le niveau des pensions et les droits de tous les salariés,
  • Parce que l'allongement des durées d'activité et le recul de l'âge de départ en retraite seront de fait inéluctables,


l'intersyndicale éducation du 93 s'oppose avec détermination à la retraite par points et refusent catégoriquement la fusion des régimes dans un régime universel. Nous voulons garder notre régime qui s'inscrit dans le code des pensions ! Le projet Macron Delevoye permettrait au gouvernement de baisser chaque année le montant des retraites en diminuant la valeur du point, mettrait fin au calcul de la retraite basée sur 75% du traitement des 6 derniers mois de carrière et entraînerait une baisse des retraites des enseignants allant jusqu'à 40%.

Le gouvernement craint une très forte mobilisation comme en 1995 et la brèche qu'ouvrirait une première victoire.

C'est pourquoi, l'intersyndicale éducation de la Seine-Saint-Denis considère que la grève et le blocage de l'économie sont le seul moyen de faire reculer le gouvernement et d'obtenir le retrait de la réforme.
Sans faiblesse et avec détermination, elle s'inscrit dans l'appel des organisations syndicales nationales à rejoindre de manière interprofessionnelle la grève unie des syndicats de la RATP et des transports à partir du 5 décembre ; appel qui a été repris, depuis, dans de nombreux secteurs professionnels et départements.

Les syndicats SNUipp-FSU, SNES-FSU, SNEP-FSU, SNASUB-FSU, CGT Educ'action, SNUDI FO, SNFOLC FO, SNETAA FO, SPASEEN FO, Sud Education, CNT Education de Seine-Saint-Denis appellent tous les salariés, à préparer dans l'unité, les conditions de la grève à partir du 5 décembre.

Ils engagent toutes leurs structures syndicales locales, dans les écoles, les circonscriptions, les établissements et les administrations à tenir des assemblées générales, des réunions de mobilisation, des tournées afin que, avec les collègues, nous décidions, tous ensemble, la grève et sa reconduction, pour défendre les revendications sur la réforme des retraites :

  • Abandon du projet de réforme de retraite universelle par point de Macron/Delevoye
  • Maintien des régimes spéciaux et de notre code des pensions
  • Retour à la retraite à 60 ans à taux plein et sans décote, retour au calcul des retraites sur les 10 meilleures années pour le secteur privé et maintien des 6 derniers mois dans le secteur public ;
  • Pas de pension en dessous du SMIC pour l'ensemble des retraités et pensionnés !

Faire reculer Macron et son gouvernement sur les retraites, c'est créer les conditions de la reconquête de nos droits ! Nous revendiquons également :

  • Retrait de la loi « école de la confiance »
  • Retrait de la loi de la transformation de la Fonction Publique
  • Retrait de la réforme des lycées, du bac et de parcoursup
  • Non à un statut de supérieur hiérarchique du directeur d'école
  • Pour la création de tous les postes nécessaires et la titularisation dans la Fonction Publique des personnels précaires
  • Pour une augmentation générale des salaires par l'augmentation du point d'indice et pour des mesures de rattrapage des pertes subies et abrogation du jour de carence
  • Pour l'arrêt des réformes incessantes et des injonctions contradictoires qui dégradent nos conditions de travail et peuvent conduire à des drames tels que nous l'avons connu à Pantin !

Tous en grève à partir du 5 décembre !
Réunissons-nous en Assemblée Générale !
Tous en manifestation à Paris !

e283e4227817dc04cf11d2d9adeb86ff.jpge8c479715e08d7f9bf4ab1fd0cf2e217.jpg

Source : https://www.sudeducation93.org/Appel-de-l-int…


1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27

Le 5 décembre :

pour les retraites et pour tout ce que nous avons sur le cœur

Lutte ouvrière

Préparons le 5 décembre !

Les syndicats de la RATP, secteur très fortement mobilisé le 13 septembre, ont appelé à une grève « reconductible » à partir du 5 décembre. À leur suite, des syndicats de cheminots et de routiers, la CGT, FO, FSU, Solidaires se sont ralliés à cette date pour une grève contre la réforme visant à la destruction pure et simple des retraites par répartition que le gouvernement est en train d'organiser.

Les directions syndicales n'appellent qu'à une journée, mais elles « s'engagent à construire un plan d'action » déclarent-elles. Ce qui est certain, c'est que pour faire retirer le projet gouvernemental, il faudra une grève d'ensemble, efficace, déterminée, consciente qu'elle ne devrait prendre fin que lorsque satisfaction aura été obtenue.

Les travailleurs doivent saisir l'opportunité de cette journée du 5 décembre pour se faire entendre et se préparer moralement, financièrement même, à la suite qu'il faudrait lui donner.

Source : https://lo-argenteuil.blogspot.com/2019/10/le…

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.