Un aperçu de la vie de Haïtham Khatib à Bil'in (Palestine occupée)

8 minutes 40 qui touchent notre humanité. Un homme, un peuple debout et digne.

One life, one twomorrow  - Une vie, un lendemain

Security Check Required © Haitham

https://www.facebook.com/haytham.alkhateeb/videos/10221065530800908/

haithamkhatib
 Haïtham Khatib (Facebook)

 Youtube  - Vidéo-reportages

9 mars 2013 - Israël brise la procession du mariage – organisée par la population pour contester les lois israéliennes sur la citoyenneté ﹣ aux points de contrôle (checkpoints) de l'armée d'occupation.

"Love in the Time of Israeli Apartheid|" Action. By Haitham Khatib © Haitham Khatib

RAMALLAH (Ma'an) -- Les forces israéliennes ont interrompu samedi une procession de mariage organisée à un point de contrôle en Cisjordanie pour contester les lois israéliennes qui empêchent les Palestiniens de Cisjordanie de vivre avec leurs conjoints en Israël.

Deux bus sont partis de Jaffa et de Ramallah pour se retrouver de part et d'autre du point de contrôle de Hizma, au nord-est de Jérusalem, pour le mariage de Hazim, d'Abu Dis, et de son épouse, qui est originaire de Nazareth.

Les deux bus ont été arrêtés par les forces israéliennes avant d'atteindre le point de contrôle et les forces israéliennes ont tiré des bombes sonores sur les invités qui avaient commencé à chanter et à danser du côté cisjordanien de Hizma, a déclaré un organisateur à Ma'an.

"Pendant qu'ils dansaient et chantaient pour le marié, les forces d'occupation israéliennes ont commencé à lancer des bombes sonores et à repousser les gens. Elles ont ensuite tiré des gaz lacrymogènes, forçant les gens à s'enfuir", a déclaré l'organisateur Najwan Berekdar.

Plus de 200 personnes ont participé au mariage, dont le fondateur de l'Initiative nationale palestinienne Mustafa Barghouthi et l'auteur palestinien Rima Nazzal Kitana.

Une porte-parole de l'armée israélienne a déclaré que "100 émeutiers du Hizma ont jeté des pierres sur les services de sécurité, qui ont utilisé des moyens de dispersion des émeutes, notamment des gaz lacrymogènes, pour disperser l'émeute".

Le mariage a été organisé par la campagne "Love in the Time of Apartheid", une initiative populaire mise en place par la jeunesse palestinienne pour contester la loi sur la citoyenneté et l'entrée en Israël, qui refuse le statut de résident en Israël aux Palestiniens de Cisjordanie mariés à des Palestiniens israéliens.


"Cette loi israélienne remet en cause l'unité nationale palestinienne et empêche les Palestiniens d'envisager d'épouser un autre Palestinien de l'autre côté", a déclaré M. Berekdar.

"Elle divise les Palestiniens non seulement géographiquement mais aussi nationalement, socialement et culturellement et a un grave effet économique et psychologique sur les familles palestiniennes.

"Nous demandons que les Nations unies et les groupes de la société civile fassent pression sur Israël pour qu'il révoque cette loi raciste, qui interfère avec des choses humaines fondamentales comme le choix d'un futur partenaire de vie", a ajouté M. Berekdar.

La loi sur la citoyenneté et l'entrée en Israël a été promulguée par la Knesset israélienne en 2003, et interdit d'accorder la résidence ou la citoyenneté aux Palestiniens des territoires occupés qui sont mariés à des citoyens palestiniens d'Israël, dit Adalah.

Le site web du ministère israélien des affaires étrangères indique que l'ordonnance temporaire est "axée sur la sécurité" et promulguée après que des personnes aient profité de l'identité israélienne pour perpétrer des "attaques terroristes".

Human Rights Watch a déclaré que "la loi viole les obligations d'Israël en vertu de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, qui s'applique non seulement à la race mais aussi à l'origine nationale ou ethnique".

En 2003, le Comité des Nations unies pour l'élimination de la discrimination raciale a appelé Israël à abroger cette loi.

Traduction via DeepL Translator

handala

 crysmile

We hope to see you soon, my friend

In Paris, and in Bil'in... wink

 Humanité vivra, Humanité vaincra

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.