Gabas
Abonné·e de Mediapart

751 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 oct. 2021

HARCÈLEMENT SEXUEL - LA RATP PERSISTE !

RÉPRESSION SYNDICALE CHEZ "ÎLE-DE-FRANCE MOBILITÉS", 23 OCTOBRE - La RATP persiste à vouloir licencier Ahmed Berrahal, malgré l’opposition de l’inspection du travail... Mesdames et messieurs Borne, Castex, Darmanin, Djebbari, Dupont-Morretti, Guillouard, Hidalgo, Macron, Moreno, Pécresse, etc. nous doivent des explications, et le devoir la presse est de les interpeler publiquement via ses "Unes".

Gabas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notons en préambule le silence coupable sur ces turpitudes criminelles − mises à jour il y a bientôt un an − de ce qu'il est convenu d'appeler "la gauche" politique institutionnelle, dont le PS parisien d'Anne Hidalgo, ses partenaires municipaux et le groupe francilien  "Ensemble, Île-de-France", contact ici.

QUI NE DIT MOT CONSENT, marque de fabrique du patriarcat...

---

https://www.revolutionpermanente.fr/La-RATP-persiste-a-vouloir-licencier-Ahmed-Berrahal-malgre-l-opposition-de-l-inspection-du-travail

"

Alors que l'inspection du travail s'était opposée, fin août, au licenciement d'Ahmed Berrahal, la RATP persiste et signe dans son acharnement contre le syndicaliste CGT. Prête à user de tous les moyens pour se défaire d'une voix qui dérange, elle vient en effet de déposer un recours au ministère du travail.

Flora Carpentier et Coline Isabel, samedi 23 octobre

Crédits Photo : Julien Gate, rassemblement contre le harcèlement sexuel à la RATP le 20 octobre 2021

La direction de la RATP refuse de lâcher celui qui continue de dénoncer les violences sexistes et sexuelles. En effet, la procédure de révocation d’Ahmed Berrahal a débuté lorsque le syndicaliste CGT et référent harcèlement a fait remonter à sa hiérarchie la main courante d’une salariée pour agression sexuelle. Après plusieurs mois de lutte et une large campagne de solidarité au sein de la RATP et au-delà, en août dernier l’inspection du travail se prononçait également en faveur du syndicaliste, estimant qu’il faisait l’objet d’un « traitement différencié discriminatoire ». Au terme d’un rapport de 9 pages qui contredisait en tout point l’enquête de la RATP - conduite par un cabinet d’avocats réputé aux honoraires qu’on peut facilement évaluer à plus de 50.000 euros - l’inspection du travail s’opposait ainsi fermement au licenciement de cette figure de la grève contre la réforme des retraites. La RATP disposait alors de deux mois pour faire recours de cette décision de l’inspection du travail. Ce qu’elle a fait, sans surprise pour Ahmed Berrahal : « Ça ne m’étonne pas d’eux, ils restent bornés à m’accuser, sans aucune preuve, de harcèlement moral contre un chef accusé lui-même d’agression sexuelle. C’est le monde à l’envers ! Mais on sait que je les dérange par rapport à tous les sujets que je dénonce, que ce soit sur le harcèlement sexuel ou le manque de mesures face au Covid19 ». Le voilà donc obligé de se présenter, de nouveau, devant les services du ministère du travail le 23 novembre prochain, afin de pouvoir se défendre contre ces fausses accusations.

Bâillonner une voix qui dérange

Pour Ahmed, cette nouvelle attaque est la suite logique de la répression qu’il subit depuis des années, une énième tentative de la direction de la RATP de faire taire un syndicaliste qui les gêne. « Je viens aussi de recevoir le jugement des Prud’hommes par rapport à une sanction précédente que j’avais eu pour des contrôles de bus défectueux, et ils me donnent raison sur toute la ligne ! » nous explique-t-il. Le jugement prud’homal qu’Ahmed vient de recevoir, et que nous avons pu consulter, statue en effet que « monsieur Berrahal a agi dans le cadre de l’exercice de son mandat ». Renforcé par cette dernière victoire, Ahmed ne se laisse pas abattre par la menace de révocation qui risque de le poursuivre encore un moment, au vu de la durée de la procédure. En effet, si le ministère du travail a quatre mois pour se prononcer sur son licenciement, il restera encore une dernière cartouche à la RATP en cas de refus : le recours au Tribunal Administratif.

Alors mieux vaut garder la tête haute : « La réalité c’est que la RATP m’attaque pour tous les combats que je mène en tant que syndicaliste, et c’est sûr qu’elle ira jusqu’au bout parce qu’elle ne veut plus que j’ouvre ma bouche publiquement », nous déclare-t-il. « Mais je ne vais pas baisser la tête, je continuerai à défendre les agents de la RATP que ça leur plaise ou non ! Je reçois énormément de soutien de mes collègues et des salariées de la RATP que j’ai défendues face à des faits de harcèlement sexuel ou autre, et même en dehors de la RATP… donc tout ça me donne de la force. Le combat contre le harcèlement sexuel est notre combat à tous, c’est un combat pour la dignité. Car ces femmes auraient pu être nos filles, nos femmes, nos soeurs… donc à chaque fois que je vois l’une d’entre elle oser prendre la parole et dénoncer publiquement ce qu’elle a subi, c’est une grande fierté et une victoire pour nous tous ! »

Levée d’omerta contre le harcèlement sexuel à la RATP

Quoi qu’en dise la direction de la RATP, qui prétend prendre le sujet à bras le corps, la lutte contre le harcèlement sexiste et sexuel au sein de l’entreprise reste un rude combat pour les agentes qui en font les frais. En témoigne le rassemblement qui avait lieu le 20 octobre aux Prud’hommes de Paris, à l’appel de Solidaires RATP, pour défendre Mélissa, une agente victime de harcèlement sexuel puis de pressions managériales pour l’avoir dénoncé. Une occasion pour Ahmed de rappeler que Mélissa n’était pas un cas isolé, montrant qu’il est récurrent que ceux qui lancent l’alerte sur le harcèlement soit eux-mêmes réprimés par la direction de la RATP.

https://twitter.com/berrahalAhmed93...

« Il va falloir que les machinistes et l’ensemble des agents de la RATP se mobilisent contre cet acharnement. Ils m’ont élu pour que je puisse les défendre, en tant que représentant du personnel, face au harcèlement qu’ils subissent au quotidien dans l’entreprise, quand on voit le nombre de sanctions et de licenciements qu’il y a pour un oui pour un non. Donc aujourd’hui il faut se mobiliser ensemble pour dire stop à tout ça et se préparer à ce qui va arriver : l’ouverture à la concurrence et tout ce qui va avec ! »

"

---

8 mars 2021 - SIN MIEDO, SANS PEUR

8 mars, Journée internationale des droits des femmes - Le 8 mars 2020 à Guadalaraja (Mexique), 35 mille femmes sont sorties pour rompre le silence et prendre les rues pour exiger la sécurité et la liberté. 8 mars 2021 : grève des femmes et manifestations partout sur la planète.

#8M - Guadalajara - Canción "Sin miedo" de Vivir Quintana #JuntasSomoMásFuertes © Sofia Leal Zurita

Paroles en castillan et en français dans CE BILLET

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau