Le grand échec de la Nation Française.

Réflexion philosophique de Gabriel Waller

ob-4cb091-m


      L'après-guerre aurait pu être les prémices d'une Nation qui se reconstruit entièrement afin de réparer les injustices et justement pour éviter à nouveau la prolifération du fascisme, du racisme et du totalitarisme qui ont étés vécues auparavant. Malgré des évolutions, majorités d'entre elles, ce sont faites, non pas grâce à la politique représentative, mais par le peuple, avec des manifestations, des blocages, des évènements qui ont toujours débouchés par des blessés et même des morts aux prix de quelques miettes que les syndicats osent se féliciter et créer leur histoire dessus.

La contestation sociale est devenu un emblème pour la France, parce qu'en effet, les différents supposés représentants, ont joués les apprentis alchimistes sans pour autant écouter la vindicte populaire qui grondait et dans ses mêmes temps se faisant filmer dans des grandes groupes industriels comme si, cela faisait partie de leur combat.

La réalité est que les derniers présidents qu'a pu compter la France, n'ont étés ni plus ni moins que des mercenaires libéraux au service du commerce internationale et du libéralisme, oppressant davantage, ce fut productif un temps, jusqu'à ce que le capitalisme commence à démontrer ses faiblesses évidentes. Catastrophique sur le plan social, inégalités profondes, licenciements économiques et abusifs, France Télécom, Free étant les symboles type de ses dérives, pourtant le train-train de la vie quotidienne le manque de temps de s'informer et d'accorder du temps à l'actualité n'a indigné que peu de citoyens, car le mécanisme de la bulle sociale est la suivante : Si une bulle sociale n'est pas affectée en personne, elle ne saurait être solidaire des autres et c'est bien là le malaise.

 

0chwposvlt7mimjklnw7vu2ciao
Le modèle Français en opposition avec les pays baltiques par exemple enferme les citoyens dans un modèle économique et social propre à leur niveau de vie, qui est d'ailleurs radicalement différent des autres et faisant de la discrimination insidieuse dans le même temps, cela n'a fait que diviser le peuple.Sexisme et descrimination ont continuer à salir l'image de chaque différences aussi insipides soient-elles.

Moins de gros mariages, moins de repas de famille, beaucoup de petits détails qui ont enflés au fur et à mesure que le communautarisme  gagnait en pouvoir créant des tensions entre individus de classe différentes et formatant une indifférence totale aux autres. Matérialisant une forme d'apathie difficile à combattre, les solutions sont simples, les individus et leurs égos, c'est une toute autre affaire! Mais il suffit de lancer un débat public pour avoir un peu la paix au sein du gouvernement. Nous savons toujours revendiquer nos différences au point d'oublier que des causes plus essentielles, comme l'humanité peut être un combat rassembleur, n'est-ce donc pas cela le défaut existant dans ces temps ?

 

Gabriel Waller

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.