Les temps changent ou se répétent-ils?

Message politique et philosophique pour inviter tout à chacun à se reveiller !

N'est-il pas temps ? Reformulation d'un extrait cinématographique pour le peuple du monde. 

 

« Bonsoir Paris. Permettez-moi tout d’abord de vous présenter mes excuses pour ce message. J’aime, comme beaucoup d’entre vous le confort du train-train quotidien, le sentiment de sécurité et la tranquillité que procure ce qui est familier et répétitif. Je les apprécie, comme tout à chacun. 

Mais dans cet esprit de commémoration qui prévoit que les évènements importants du passé, habituellement associés à la mort d’un individu, ou à la fin de quelque horrible manifestation sanguinaires, soit célébrée par de sympathiques cortèges, j’ai pensé que nous pourrions célébrer ce jour qui n'existe pas encore, jour hélas fantasmé, en consacrant un court instant de notre vie quotidienne à nous asseoir et à bavarder un peu. 

Il existe bien sûr des personnes qui ne veulent pas que nous parlions. Je soupçonne qu’en ce moment même, des ordres sont aboyés dans des téléphones et que des hommes armés vont bientôt se mettre en route pour censuré ceux qui se risquerait à remettre en question l’obéissance civile. Pourquoi ? Parce que même si l’on peut substituer la matraque à la conversation, les mots conserveront toujours leur pouvoir. Les mots sont le support de la compréhension et pour ceux qui les écouteront l’énonciation de la vérité. Et la vérité c’est que quelque chose va très mal dans ce pays, n’est ce pas ? 

Cruauté et injustice. Intolérance et oppression, mépris et maltraitance. Et où, auparavant, vous aviez la liberté de faire des objections, de parler comme bon vous semblait, vous avez maintenant des censeurs, des systèmes de surveillance vous contraignants à la conformité et sollicitant votre docilité. 

Comment est-ce arrivé ? Qui est à blâmer ? Bien sûr, il y a ceux qui sont plus responsables que les autres et qui devront en rendre compte mais... Encore dans un souci de vérité, si vous cherchez un coupable, regardez simplement dans un miroir, dans ceux que vous adorez au point d'en perdre tout recul. 

Je sais pourquoi vous l’avez fait. Je sais que vous aviez peur. Qui pourrait se vanter du contraire ! Guerre, terreur, corruption, désinformations. Une myriade de problèmes a contribués à perturber votre jugement et à vous priver de votre bon sens. La peur a pris ce qu’il y a de meilleur en vous. Et dans votre panique vous vous êtes tourné vers sur une vindicte populaire qui s’est fait corrompre et qui s'est fait une affaire personnelle du président de la République, pour faire une fois encore avancer le totalitarisme et le libéralisme, nul n'a perdu cette guerre si ce n’est que ceux qui ont marché dans les rues de France. 

On vous a promis une sanction, on vous a promis une révolution. Tout ce qu’on vous as demandé en échange, c’est votre consentement à voter et à défiler. La journée dernière, démontre qu'ils en sont même à inventer des morts…  

Il y a  un siècle environs, un grand citoyen a voulu ancrer la médiocrité politique et son inhunumanisme dans nos mémoires. Il espérait rappeler au monde qu’impartialité, justice et liberté sont plus que des mots, ce sont des principes. Alors si vous n’avez rien vu, si vous ignorez toujours les crimes de ce gouvernement, je vous suggère de ne pas commémorer cet homme qu'est Auguste Vaillant. 

Mais si vous voyez ce que je vois, si vous ressentez ce que je ressens, si vous désirez ce que je désire, alors rangez vous à mes côtés dans cette hommage , cette réflexion d'agir autrement. 

Si vous étiez hier les réfractaires édentées, demain, vous pourriez être les héros de l'image même qu’on peut se faire de l'humanité et vous serez à votre inévitable fin, que vous avez agit en ne faisant qu'un pour l'intérêt de l'humain et non pas d'une caste de bourgeois qui capitalise sur votre soumission. Vous serez éternel non pas pour l'homme , mais pour l'idée, elle qui dépassera le souvenir de votre existence..

Sachez que ce monde fonctionne beaucoup grâce à la soumission volontaire docile des citoyens, citoyennes que nous sommes, l’état doit trembler et rendre le pouvoir à ceux qui le font exister par leur simple volonté ».   

 

#Operation Free Market 

FIN 

 

D’après le hashtag, il pourrait s'agir d'une initiative Twitter d'un anonyme ou un collectif. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.