Le virus, une vraie chance pour tous les méchants…

Pendant, malgré et grâce à la pandémie, les saloperies continuent… Partout et aussi en Palestine.

drapeau-palestinien

Autrefois ils devaient faire diversion. Sortir des polémiques à n’en plus finir sur le foulard des élèves musulmanes par exemple. C’était très à la mode du temps de l’énervé de droite qui connaîtra aujourd’hui un nouveau verdict dans une de ses nombreuses affaires en cours… Même lui doit se réjouir qu’une de ses affaires soit jugée en ce moment. On n’en parlera pas beaucoup aux infos. Pas le temps. Depuis un an, le virus occupe tous les media, 24h sur 24. Quel temps reste-t-il pour les autres sujets d’information ? Les vrais sujets, ceux qui informent ? Si on n‘est pas abonné à Mediapart, on ne sait pas grand-chose. A cause du virus, il faut aussi penser à amuser la galerie pour que les spectateurs ne sombrent pas dans la dépression, on va pas les assommer avec des mauvaises nouvelles, surtout si elles viennent du Proche Orient. En plus tout le monde sait qu’Israël est championne en matière de vaccination et de lutte contre la pandémie, ça oui on nous le répète. Les meilleurs !

En un mot comme en mille, une année -on va vers deux années- faste pour ceux qui oppriment, qui tuent, qui volent, qui mentent…

Et puis surprise européenne, il y en a qui réagissent… A l'initiative de plusieurs anciens responsables israéliens (merci), 442 députés et sénateurs d'une vingtaine de pays d'Europe ont signé une lettre dans laquelle ils appellent à se mobiliser contre la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés… Parce que « Malgré la pandémie de coronavirus, l'année dernière a enregistré le plus grand nombre de démolitions de maisons et structures palestiniennes en quatre ans ».

On va tous les faire passer pour des islamo gauchistes ? En France, le fidèle porte-parole du parti au pouvoir en Israël, ne chôme pas.

Vive la Palestine pour que vive Israël, en paix.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.