Notre société vaut mieux que ça…

Le racisme et les violences faites aux femmes et aux enfant sont intolérables et indignes de notre République. Merci à Adèle et à Nadège de dire ces choses que nous avons besoin d’entendre pour changer notre société. Cette vidéo devrait être projetée dans toutes les écoles, dans toutes les administrations et dans toutes les assemblées…

« Nous voulons passer dans une autre ère de notre société. Il ne s’agit pas juste de morale. Il s’agit de politique. Parce que ces choses-là, sont des faits politiques. On a construit cette société, dans laquelle on a discriminé les gens, en fonctions soit de leur couleurs, soit de leur genre et à l’intersection de ces deux choses là cette société produit de la violence. Il faut déconstruire ces lignes qui structurent la société, parce qu’elles génèrent de la violence. Pour moi les deux choses se réunissent. -la lutte contre le racisme et la lutte contre les violences sexuelles.

Ce sont des faits politiques et non pas des faits naturels signifie qu’on peut agir dessus. Si nous avons participé à la manifestation samedi, ce n’est pas seulement parce que nous pensons que c’est juste, c’est parce qu’on pense que c’est faisable… <Politiquement c’est faisable de sortir de cette société. Il faut acter politiquement ce que nous avons sous les yeux, de la violence que nous avons sous les yeux et qu’on commence à se dire que ce n’est pas tolérable de voir l’image d’un homme qui est dans une tente, qui n’a plus rien, qui est réfugié, qui est malmené, sorti comme ça de sa tente par quelqu’un qui va se revendiquer des forces de l’ordre ; à qui on va jeter son duvet et les dernières choses qui lui restent pour lui permettre de survivre dans l’hiver et qu’après on va envoyer sa tente à la broyeuse...    C’est intolérable en fait. Si on accepte ces images, mais où est-ce qu’on en est ? » Adèle Haenel sur Mediapart

Adèle Haenel: " Ces violences sexuelles, racistes, ce sont des faits politiques " © Mediapart

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.