La liberté n’a pas de prix

La nôtre, comme celle de Mediapart, le journal, le media…

Mediapart a été critiqué parce que Mediapart a laissé en ligne un billet de blog de Laurent Mucchielli, qui reprend les thèses du Dr Raoult. Merci à Mediapart de l’avoir bien expliqué, moi je n’avais pas compris. Et moi c’est ce que j’attends de mon journal, qu’il m’explique et qu’il m’informe, sur tout ce que je dois savoir pour me faire ma propre opinion. Pas plus et pas moins non plus.
Puis Mediapart a supprimé le billet de blog de M Mucchielli et maintenant Mediapart est critiqué par tous ceux qui soutenaient Mucchielli donc Raoult. Je lis Laurent Mucchielli depuis longtemps, je suis déçue et je n’ai plus confiance. Et la confiance c'est comme les timbres, ça ne colle qu'une fois...

Mediapart est critiqué parce qu’il laisse en ligne des textes puis Mediapart est critiqué parce qu’il retire les textes. Mediapart sera toujours critiqué, et c’est normal d'être critiqué, c'est ça aussi, la démocratie et la liberté. Et Mediapart, sa rédaction, le journal doit rester libre aussi de publier ou de dépublier. Pourquoi tout le monde serait-il libre, sauf la rédaction ?

Les blogs sont un cadeau unique que ce journal nous fait et les blogs sont et seront ce que nous en faisons.
Quand la liberté est totale quelque part, il y a toujours un risque que ceux qui sont moins intègres parce que trop passionnés ou carrément malintentionnés s’approprient l’espace.
Les seules infos fiables sont à trouver sur le journal, les informations données par les journalistes, -que nous avons le droit de critiquer et je ne m’en prive pas- le reste, nos blogs, sont à lire ou pas.
A force de tirer rudement sur la corde et certains ne font plus que ça, le risque sérieux que nous prenons, c’est qu’un jour la rédaction de ce journal en aie marre de se justifier et ferme l’espace blog. Et nous serions alors tous privés de cet espace de liberté. N’importe quel autre journal que Mediapart l’aurait fait depuis longtemps.

La liberté n’a pas de prix. Chérissons-là, protégeons là… Pour elle il faut se battre chaque jour. C’est la seule leçon à tirer de ce nouvel « incident ».

 © GTK © GTK
 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.