Vive la Palestine

Ce qui arrive à Jérusalem – Al Aqsa, SheikhJarrah - n’arrive pas de manière soudaine et il est important de toujours comprendre les choses dans leur contexte. Inès Abdel Razek

palestine-dame-drapeau

Ce qui arrive à Jérusalem – Al Aqsa, SheikhJarrah - n’arrive pas de manière soudaine et il est important de toujours comprendre les choses dans leur contexte. 

Les mots et le discours sont importants. Ce ne sont pas des « heurts », « tensions », il ne s’agit pas de « deux camps » qui s’affrontent. Il s’agit bien de répression de forces israéliennes ultra-armées (qui protègent les colons) et attaquent des fidèles et manifestants non armés…

Les Palestiniens naissent inférieurs en droits aux Juifs (Israéliens et non-israéliens). Dépossédés et discriminés par 1 système sophistiqué et bureaucratisé. Il ne s'agit pas d'un "conflit" mais d'un régime Apartheid. Lire le rapport de HRW

Les Palestiniens sont donc en colère et le resteront. Vous voyez des images lorsqu’il y a un buzz médiatique et lorsque les Palestiniens font face aux attaques de la Police surarmée sur l’esplanade depuis ce week-end, mais moins les images sans violence de la résistance continue.

Jérusalem est totalement annexée (depuis 1980). Le but affiché publiquement par Israël est clair : maintenir une ville à 70% juive et progressivement pousser dehors les Palestiniens pour les remplacer par une population juive et ceci à travers plusieurs mécanismes.

Les Palestiniens sont sous le contrôle des Israéliens mais avec un statut de « résident », précaire. Plus de 14,000 ont vu leur « permis de résidence » retiré.

Expropriations de terres en instrumentalisant l’archéologie, les arguments sécuritaires ; des lois discriminatoires et ethno-nationalistes sur la propriété

Sheik Jarrah est un baromètre : on ne peut pas condamner les politiques israéliennes là-bas tout en acceptant les pratiques israéliennes de consolidation territoriale et de transfert de population qui se sont déployées depuis (avant) 1948.

Le but d'Israël est de fragmenter, diviser les Palestiniens pour mieux régner. L'acceptation de la « séparation » (ligne verte, 1 côté Israël, 1 côté Palestine) n’est pas immuable. Les Palestiniens ont manifesté à Haïfa, Nazareth, Ramallah. et des voix s'élèvent pour un seul Etat

Il ne s’agit pas d’1 problème religieux, Juif vs. Musulmans, mais bien d’un problème politique & colonial. Israël depuis sa création, veut 1 Etat où seul les Juifs ont des droits nationaux, collectifs. Les Palestiniens – chrétiens & musulmans - sont traités comme inférieurs dans la loi &dans la pratique.

Inès Abdel Razek est directrice du plaidoyer pour le Palestine Institute for Public Diplomacy, une organisation non gouvernementale palestinienne de plaidoyer et diplomatie citoyenne, sur son compte Twitter.

Elle a aussi répondu aux questions de Mediapart. (abonnés)

extrait : Malheureusement, tant que les Américains et les Européens estiment qu’il s’agit d’un conflit mettant aux prises deux parties rivales de force et responsabilité équivalentes, qui devraient régler un contentieux, on n’avancera pas. C’est un déni de la réalité et des rapports de force. Nous sommes face à des enjeux coloniaux, une situation d’apartheid. On demande aux colonisateurs et aux colonisés de se mettre autour d’une table pour trouver un accord. Tant que ce paradigme persistera, nous ne pourrons avancer vers la justice et la paix. 

Le dessin du jour de Plantu

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.