« Mignons »

Le film adapté du scénario du même film au féminin dont l’héroïne principale fut primée aux Cesar 2021…

Amy Amy

Vous ne connaissez pas ce film, « Mignons ». Normal, il ne sortira jamais, sur aucun écran.

Jamais on ne montrera que pour devenir un homme libre, un petit garçon de 11 ans sera obligé de se joindre à un groupe de petits garçons de son âge pour faire trembler de désir les filles qui les regardent…

Non les petits garçons eux, veulent devenir docteur, ingénieur ou pompier, ça oui. De vrais héros. C’est ça qui les fera grandir, c’est ça qui leur donnera envie de devenir grands et donc de bien travailler en classe.

Le petites filles elles, n’ont qu’un désir, c’est de se faire aimer, c’est aguicher, c’est de se transformer en bombes sexuelles pour que les garçons s’intéressent à elles. Des petites bombes avec des dents de lait en pleines pauses qu’elles croient sexy…

Je ne connais pas la réalisatrice de Mignonnes, et je ne sais pas bien ce qu’elle a voulu montrer. Moi je pense que les petites filles aussi veulent devenir docteur, ingénieur, pilote ou pompière... Et pour ça elles travaillent bien à l'école.

Je me souviens avoir entendu un père "immigré" me dire que son épouse voulait travailler. Lui ne voulait pas. Il avait peur pour sa femme et aussi pour ses filles parce qu'en France les femmes étaient émancipées et qu'un jour ses filles finiront sur un trottoir. C'était il y a longtemps et ce père pensait vraiment ce qu'il disait. Il était persuadé que les femmes européennes étaient des putes parce qu'elles étaient libres de faire tout ce qu'elles veulent. Je lui ai expliqué longuement qu'il avait tort de penser ça, que moi par exemple qui l'écoutait, j'étais en train de travailler. Que le travail ça permettait de gagner son pain mais aussi de faire un métier qu'on a choisi. Comme les hommes.  Lui n'avait pas choisi, il faisait ce qu'on lui demandait de faire. Et il gagnait bien assez pour faire vivre toute sa famille m’a-t-il répondu avant de repartir comme il était venu, profondément désespéré et perdu. Je ne sais pas si sa femme avait finalement réussi à travailler... Je l'espère.

Et j'ai retrouvé ce cliché de merde dans ce film alors même que c'est une femme qui l'a réalisé.

Non être libre, ce n'est pas faire n'importe quoi avec son corps pour plaire aux garçons. On en est encore là ? 

Être libre c'est d'abord choisir... Tout choisir, y compris ce qu'on veut faire de sa vie. Et si on veut danser on danse. Et si on choisit de se prostituer, on peut, à condition de le choisir ( et elles sont les plus nombreuses, celles qui ne choisissent pas...).

« Dans un beau plan final libérateur, la jeune fille renoue avec son insouciance. Mignonnes est criant de réalisme, beau et délicat » a écrit Marine Langlois pour FranceTV culture.

Maïmouna Doucouré, réalisatrice du film explique sur ce même media que son film est et je cite « profondément féministe ».

Et moi je me dis que je ne comprends décidément rien au féminisme.

Fathia Youssouf, alias Amy dans le film, a mérité et obtenu le Cesar du meilleur espoir féminin (même l'espoir reste masculin :-) Elle avait 11 ans quand elle a été recrutée (sur FB) pour le rôle. Non à 11 ans on n'est pas une jeune fille. A onze ans on est une petite fille ou un petit garçon.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.