Et maintenant la Justice…

Déjà la coupe débordait, mais là, ce n’est plus une coupe, c’est un déluge de dégoût…

Ils n’assument rien. Ils ne valent pas mieux que la troupe de l’énervé de droite et c’est minable. Comment ai-je pu imaginer ne serait-ce qu’une seconde que je pouvais faire confiance à des gens comme ceux-là. J’en ai déjà parlé de ma naïveté, que je revendique. La naïveté ce n’est pas tous ces adjectifs qu’on lui accole pour la définir. Pour moi la naïveté c’est être ouvert à tout ce qui est nouveau, sans a priori. La naïveté c’est imaginer que les autres sont comme moi, pas pires. Et moi-même si je suis loin, très loin d’être parfaite, je ne suis quand même pas si mal que ça. Jamais je n’ai été mise en examen, ni même soupçonnée de quelque délit que ce soit. Jamais je n‘ai volé – si une fois, dans un champ de vignes, j’ai volé quelques feuilles et deux raisins pour décorer une table d’une belle fête, c’était pour mon boulot. Je n’ai jamais violé ni tué personne… J’ai raconté des bêtises souvent, même ici et ailleurs aussi, je m’en suis déjà excusée, mais au moment d’écrire j’y croyais…

Mais là, c’est du mensonge, et pire, en bandes organisées (oui oui au pluriel). Et tout de même, c’est le ministre de la justice. Une première sous la Vème République. Et non, même mis en examen par les juges, pour prise illégale d’intérêt, il va rester en place. Je le pensais plus droit, plus franc du collier et surtout plus fort que ça dans ses convictions. Et le PR qui le défend, contre les juges, les vrais. Apparemment, il déteste les juges autant que les détestait Sarkozy et ça c’est inexcusable.

La justice de mon pays n’a pas toujours été irréprochable et elle ne l‘est toujours pas. On n’a pas oublié qu’un seul d’entre tous les juges a refusé le serment d’allégeance à Pétain, le juge Paul Didier. Il faut imaginer cette salle du palais de justice, le 2 septembre 1941. Ces magistrats qui lèvent la main, les uns après les autres, à l’appel de leur nom. « Je le jure », « Je le jure »... Tous abjurent. Tous, sauf un. Deux jours plus tard, il est suspendu en attendant sa révocation.  On n ‘a pas oublié. Depuis la justice avait fait beaucoup de chemin, c’est Portelli qui l’a écrit dans son livre « Juger ». Et nous l’avons constaté, dans plusieurs jugements, les Juges, rendent la Justice en France, et nous pouvons être fiers de leur indépendance.

La mise en examen et le maintien malgré tout à son poste du Garde des Sceaux est un coup tellement dur pour notre démocratie et pour nos libertés.

Vive la Justice en France, vive la démocratie, et vive l’été pourri…

 © GTK © GTK

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.