Les trahisons

Il fallait bien l’achever cette envie de gauche unie. Beaucoup la souhaitaient, l’espéraient. Il fallait anéantir cet espoir, à jamais. La droite et même certains à gauche en rêvaient. Et là, c’est Dray qui l’a fait.

Touche pas à mon pote, c’était au siècle dernier.

touche-pas-a-mon-pote-j

On y avait cru à l’époque, à cette possibilité de gauche, de belle gauche, liguée contre toutes les injustices, contre tous les racismes… On voulait le changer ce monde de merde, à gauche. On n’avait pas compris qu’à gauche aussi, comme à droite, certains ne pensaient qu’à leur gueule, à leur place au soleil, pour eux d’abord, pas pour le peuple…

La « gauche » était au pouvoir, enfin, même avec ses parts d’ombre… Mitterrand, Fabius etc. Et on a remis ça en 2012 et on s’est fait avoir, encore une fois, comme des bleus que nous sommes, des niaiseux dont je suis parce qu’on pense toujours que ceux de gauche nous ressemblent forcément.

A cause de cette ultime trahison, j’ai ramassé mes souvenirs et ils sont nombreux et beaux, et pour ne rien oublier je suis allée lire sur Wikipedia. Quelle époque, riche en émotions, et  en tristesses :

Coluche se rend place de la Bastille au concert de SOS Racisme « Mon pote, c'est le pied » le 14 juin 1986, cinq jours avant sa mort ; Daniel Balavoine reçoit au Bourget de la main de Harlem Désir le prix de la chanson anti-racisme pour l’Aziza, le 7 décembre 1985, 1 mois et 7 jours avant son décès. (…)

L'association SOS Racisme connaîtra son apogée jusqu'en août 1987 puis déclinera à partir de novembre 1987 du fait de sa trop grande proximité avec le Parti Socialiste ainsi que les décès de personnalités comme Simone Signoret, Daniel Balavoine et Coluche qui contribuaient à son influence même si elle existe toujours aujourd'hui. (…) lire sur Wikipedia

Dis Grand-mère, pourquoi tu pleures ? 

Ecoute

La chanson de Bashung, pour « Touche pas à mon pote » qui n’a pas pris une ride…

Quand t'as plus rien à fumer
Tu passes les blacks à tabac
Dans un moment d'égarement
Il te vient les sanglots
Séparer les blancs des jaunes
Fouetter généreusement
On n'est jamais à l'abri
D'une piqûre de meringue

Gay luron et guet-apens
Sont sur le même bateau
L'un des deux tombe à l'eau
Z'auront pas d'enfant
Quand ça roule trop mal à Barbès
Denfert, étoile, nation
Qu'est-ce qu'on joue
J'tends l'aut' fesse

Nuit d'Amazonie
Via Cabourg, Bangkok
Tous les hommes sont gris
Tu es tellement so
Arôme d'Arabica
Partout tu fais des trous partout
Tu touches pas à mon pote

Qu'est-ce qui fait courir David
Comment veux-tu qu'on l'attrappe
Rappelle Gégène, j'fais un bide
Juste pour le plaisir
Qui a vendu la mèche
Et la petite moustache avec
À vot' bunker messieurs dames
Salut les Kopecks

Nuit d'Amazonie
Via Cabourg, Bangkok
Tous les hommes sont gris
Tu es tellement so
Arôme d'Arabica
Partout tu fais des trous partout
Tu touches pas à mon pote

Nuit d'Amazonie
Via Cabourg, Bangkok
Tous les hommes sont gris
Tu es tellement so
Arôme d'Arabica
Toulou toutou
Ah

Nuit d'Amazonie
Via Cabourg, Bangkok
Tous les hommes sont gris
Tu es tellement so
Arôme d'Arabica
Toulou toutou

Nuit d'Amazonie
Via Cabourg, Bangkok
Tous les hommes sont gris
Tu es tellement so
Arôme d'Arabica
Toulou toutou

Nuit d'Amazonie
Via Cabourg, Bangkok
Tous les hommes sont gris
Tu es tellement so

Paroliers : Boris Bergman / Alain Bashung

et l'Aziza de Balavoine

Daniel Balavoine - L'Aziza (Clip Officiel) © DanielBalavoineVEVO

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.