Et la fraternité bordel !

Et si c’était ça qu’ils réclamaient ceux qui manifestent le samedi ? On pourrait tous se mobiliser pour elle puisque c’est une valeur républicaine. On pourrait tous se retrouver dans la rue pour dire aux décideurs qu’on en rêve de la fraternité, que notre société en crève du manque de fraternité ? Vive la Fraternité et vive la France, on pourrait gueuler…

 © GTK © GTK

Et on se fabriquerait des pancartes et on brandirait le drapeau français. Dans tout le pays, partout. Fièrement. Parce que non, le drapeau n’est pas réservé à l’extrême droite et à la droite. Le drapeau c’est celui de la France, il nous appartient à tous.

J’ai lu l’article de Mathilde Goannec sur Mediapart. Et j’ai bien compris dans ce qu’elle relate, que dans les manifs du samedi on trouve tout le monde, mais surtout des gens qui se sentent abandonnés, des gens qui se sentent seuls et qui viennent là pour ne plus l’être. Ou quand il ne reste plus que les manifs pour te sentir exister et pour crier avec d’autres, dans le désert.

Bien sûr qu’il y a aussi des manipulateurs, c’est la spécialités de l’extrême droite et pas que… Filippot a peut-être compris que tous ces gens sont comme lui, des mal aimés qui disent leur immense solitude, alors il en profite.

Les gilets jaunes ne disaient rien d’autres. Ils voulaient que ça change, qu’on les prenne pour quelqu’un. Ils veulent compter. Au lieu de les écouter et de les comprendre, on leur a tiré dessus.

Ça fait peur au pouvoir quand les gueux se lèvent pour dire qu’ils veulent compter. Tout le monde veut compter pour autre chose que du beurre. C’est légitime.

Et si le samedi au lieu de manifester contre Macron, on allait manifester POUR… Pour la fraternité bordel. C’est de cela que nous avons tous besoin. Autrefois, il n’y a pas si longtemps encore, les ouvriers pouvaient se retrouver ensemble, avec leur syndicat. Ensemble. Grugés, mal payés, même pauvres, mais ENSEMBLE. Aujourd’hui pour être ensemble il faut manifester le samedi… Parce qu’il n’y a plus rien d’autre. Le reste est réservé aux nantis, à ceux qui ont les moyens de se réunir pour bouffer, pour fêter, pour vivre…

J’imagine déjà la gueule de Macron s’il y avait des milliers de citoyens dans la rue avec des pancartes aux valeurs de la République et des drapeaux… Des drapeaux de partout d’ailleurs, pourquoi pas… Une nuée de drapeaux du monde…

Moi j’ai mis ceux du moment qui me tiennent à cœur, -Haïti, Afghanistan et Palestine- chacun pourrait y brandir les siens… Le drapeau de la Commune, c'est pour l'ami Vingtras et aussi pour nous tous.

ceci est un grossier montage, un rêve, une utopie © GTK ceci est un grossier montage, un rêve, une utopie © GTK

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.