Derrière la pollution

La beauté du décor… A partir du bus qui roule, le 24 mars, à 17h40.… Le soleil tout rond, je l’ai vu comme ça, la preuve sur le reflet de la vitre du bus… Photos même pas trafiquées… Puristes s’abstenir. Ambiances…

Dans un monde idéal, le chauffeur aurait dit, j’imagine : « Nous allons nous arrêter. Le soleil est en train de se coucher et grâce à la pollution aux particules fines et grâce au sable du Sahara qui est venu jusqu'à nous, nous pouvons admirer le soleil. nous pouvons le regarder en face, tout rond, sans risquer de nous brûler les yeux. C’est magnifique et rare. Alors tant pis si nous arrivons en retard et surtout après 18h.» Sauf que dans un monde idéal, il n’y aurait pas de particules fines et encore moins de couvre-feu, et nous aurions certes pu voir le soleil se coucher, mais les images auraient été plus communes. Celles-ci, foi de moi, sont exceptionnelles…

La sagesse est d'être fou lorsque les circonstances en valent la peine... Jean Cocteau

 © GTK © GTK

 © GTK © GTK

 © GTK © GTK

 © GTK © GTK

 © GTK © GTK

 © GTK © GTK

 © GTK © GTK

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.