Mots politiques à collectionner…

Pour ne rien oublier… On peut être « intelligent et inculte », avoir « des araignées dans la tête », et être président ou ministre… Et être rhabillé pour tous les hivers passés et à venir…

Quand Hollande parle de Macron :

« Politiquement, [Emmanuel] n'est rien, il saupoudre une pincée de chaque couleur politique selon les jours, dans un savant dosage. Il ne croit en rien, il n'a aucune conviction. »  

« Ils n'ont rien à faire de l'amitié, ils se sont construits sur les réseaux. Ils ne doivent rien à personne, ils ne s'attachent à personne. Ils sont leur racine réciproque, ils ont tout quitté pour l'autre, coupant avec leur famille de part et d'autre. [...] Le problème c'est qu'ils font croire à l'affectivité, à l'amitié sincère [...]. » 

« S'il est très intelligent, ce n'est pas pour autant un intellectuel, il est plus Patrick Bruel et Eddy Mitchell que le Panthéon. [...] Il n'est pas très cultivé, il a une culture populaire. »

« Quand il a déclaré sa candidature, il n'a même pas pris le soin de m'appeler, il s'est contenté d'un SMS. »

 

Ça date de 2015, et ça n’a pas pris une ride. Quand Taubira parle de Darmanin qui vient de la traiter de « tract ambulant pour le Front national »

« Quand on a tant de toiles d’araignées dans la tête, lorsqu’une personne est absolument incapable de comprendre la société française, de comprendre son histoire, de comprendre sa composition, sa force et sa vitalité, lorsqu’une personne est absolument incapable de s’attacher à un certain nombre de principes fondamentaux qui ont construit, justement, la nation française. Lorsqu’une personne est inculte à ce point ; lorsqu’une personne est à ce point pauvre, indigente moralement, politiquement, culturellement. Lorsqu’une personne est à ce point indifférente aux dégâts considérables que produisent ses paroles, qui sont des insultes, incontestablement, mais qui sont surtout des déchets mêmes de la pensée humaine, moi je n’en attends rien, je n’en attends vraiment rien. »

 

Quand Taubira parle du silence de Macron à propos de la mémoire de l’esclavage…  :

« un silence peut être solennel… Ceci étant dit, il est quand même édifiant de constater que le président de la République n’a rien trouvé à dire sur plus de deux siècles de l’histoire de la France, alors qu’il y a cinq jours, il faisait des gammes sur Napoléon Bonaparte… on a le droit d’avoir les fascinations qu’on veut… »

Ceux qui parlent connaissent bien mieux que nous ceux dont ils causent. Et il faut bien le reconnaître, qu’on l’aime ou pas, qu’on soit d’accord avec elle ou pas, Madame Taubira sait mieux que quiconque ce qu’est la liberté de s’exprimer.

Bientôt la rentrée. Ça va saigner… Ou pas…

Fin de l'été © GTK Fin de l'été © GTK

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.