Gabrielle Teissier K
Citoyenne, du monde, de gauche, athée, en résistance contre tous les racismes
Abonné·e de Mediapart

2066 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2021

J'ai rêvé d'un salaud

Et j’ai mal dormi. Merci Elise Lucet.

Gabrielle Teissier K
Citoyenne, du monde, de gauche, athée, en résistance contre tous les racismes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après tant d’années, enfin elle raconte et bien sûr que nous la croyons. Nous les croyons toutes celles qui témoignent. Parce qu’il n’y a aucune raison objective de ne pas croire. Aucune.

Elle avait 16 ans et lui 34. A la fin de son témoignage je me suis dit qu’en plus il doit se dire qu’elle est ingrate, qu’elles sont ingrates toutes ces filles parce qu’il leur a fait la faveur de les remarquer et qu’elles, au lieu de le remercier et de se laisser faire, elles partent en courant.

Lire et voir ici

Extrait

oOo

« A partir du moment où on quitte le studio, on est tout le temps tous les deux. Il me pose beaucoup de questions : savoir si les jeunes sont touchés par sa cause, par sa personne. Je suis ultra-intimidée, c'est quand même la première personne publique que je vois d'aussi près, et il y a une certaine intimité dans un petit-déjeuner. 

L'entretien se termine et puis il me demande comment je rentre dans ma banlieue. Je lui dis 'Je vais prendre le métro, je vais jusqu'au pont de Sèvres'. Et il me propose de me déposer à une bouche de métro. Je monte avec lui, il prend la route pour me déposer sur l'esplanade du Trocadéro. On se dit au revoir. Au moment de lui dire au revoir, il me demande de l'embrasser dans le cou. Et je ne sais pas pourquoi je l'embrasse dans le cou. (...) Je me recule et il redémarre la voiture. Il ne dit rien. Et là, il commence à me dire : 'Est-ce que vous en avez rêvé ? De ce qui est en train de se passer ? Est-ce que vous saviez que ça se passerait comme ça ?'

"Je lui dis 'Non'..."

Je me rappelle ne pas faire de phrase. En fait je lui dis 'Non'. Je lui dis 'Non'. [Il me dit] 'Mais vous aviez envie de quoi ?' Moi : 'Je ne sais pas.' Il s'arrête après, sur un parking à ciel ouvert, on n'est pas dans un souterrain, on est dans un parking aérien. Et là, il sort son sexe. Ça va assez vite, il a défait son pantalon, il a sorti son sexe, il a pris ma main, il m'a demandé si je l'avais déjà fait avec des garçons, si j'avais l'habitude de ce genre de caresses et je lui dis : 'Non'. Je sais qu'à plusieurs reprises, je me remets sur mon siège, j'enlève ma main. Je me rappelle être dans un état d'incompréhension, en fait.

Par contre, je fais le choix tout de suite de le masquer. Parce que forcément, il y a du monde au bout du chemin qui va me dire 'Alors ? C'était comment, Nicolas Hulot ?' Là, je commence déjà à me construire cette carapace que je vais garder pendant trente ans. Aujourd'hui, je parle pour me libérer. Il faut que je sorte de cette voiture. »

oOo

Merci Madame merci à vous d’avoir eu le courage de raconter, de témoigner. Et merci au service public.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin