Mon ciel à moi

Change tous les jours de couleur. Le vôtre aussi…

 © GTK © GTK

Et même plusieurs fois par jour si on prend le temps de regarder… Et ça fait du bien de regarder…

Cela permet de prendre de la hauteur.

Parce qu’en bas sur la terre, ils ne nous parlent que de la fin du monde. De leur monde ou de notre monde ?

Le réchauffement climatique, les glaciers qui fondent, l’eau qui va manquer la terre foutue, le virus, la maladie, la mort, les restrictions, le chaos politique qui est déjà là et la révolution à venir.

Qu’ils aillent tous se faire voir.

Ils n’ont pas d’enfants ni de petits enfants ceux qui nous annoncent du matin au soir toutes ces catastrophes à venir. Ils n’ont pas été jeunes non plus pour parler comme ça ou alors ils ont mal vieilli.

Personne ne peut vivre en ayant peur de tout et de tous tout le temps. Basta.

La vie c’est maintenant, c’est aujourd’hui et elle est belle pour les uns et minables pour les autres. Et un jour pour les uns et un autre jour pour les autres. Les politiques doivent s’occuper de faire au mieux pour poser les règles de notre vivre ensemble à tous, pas seulement de leurs castes.  

La vie est souvent ce que nous en faisons. Et ce n’est pas nouveau, c’est comme ça depuis toujours. Nous devons faire des choix, tout le temps. Et choisir c’est renoncer. Et ça aussi, depuis toujours, c’est compliqué. On peut se tromper, on n’est jamais tout à fait sûr. C’est ça vivre. Rien d’autre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.