Maintenant que la délation est encouragée j'ai une petite idée pour Michelle Alliot-Marie et ses services : récupérer les fichiers clients de la librairie en ligne d'Amazon.fr pour ficher les dangereux gauchistes qui y achètent des livres. On doit bien trouver une loi dérogatoire anti-terroriste qui autorise cela... Après c'est très simple, il suffit de lister toutes les personnes qui ont acheté "L'insurrection qui vient" du Comité invisible. En effet, il s'agit semble-t-il de dangereux révolutionnaires, comme le prouve la fonction d'Amazon "les clients ayant acheté cet article ont également acheté..." (fonction présente également sur la Fnac et autres marchands de livres en ligne).

amazon3.jpg

 

Ainsi, les acheteurs de L'insurrection qui vient connaissent leurs classiques (la page du livre sur Amazon) : ils ont également acheté du Karl Marx (Manifeste du parti communiste), du Foucault (Surveiller et punir), du Bakounine (Dieu et l'Etat) ou du Le Bon (Psychologie des foules) voire du Morin (Introduction à la pensée complexe). Ca c'est la base commune. Les références indispensables. Mais attention, cela ne s'arrête pas là. On n'est pas face à des historiens ou des sociologues tranquillement assis dans leur petit bureau peu chauffé. Non ! L'ultra-gauche on vous dit. Alors nos dangereux lecteurs analysent également le pouvoir (Comprendre le pouvoir de Noam Chomsky, La guerre des classes de François Ruffin) et les mass-médias (On achète bien les cerveaux : la publicité et les médias, de Marie Bénilde). Et enfin, surtout, surtout, ils se préparent à agir : Guérilla kit : ruses et techniques des nouvelles luttes anticapitalistes de Morjane Baba, Le Sabotage d'Emile Pouget, La désobéissance civile de Thoreau, ou Maintenant il faut des armes d'Auguste Blanqui (ce dernier étant largement évoqué par le Comité invisible). sont en bonne place dans les achats croisés avec L'Insurrection qui vient. Vite, vite, ouvrons une librairie à Tarnac sans fichier clients!!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.