Le Premier ministre malien appelle au « sursaut national »

Nommé il y a un mois à peine, le nouveau Premier ministre malien, Moussa Mara, a fait sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée, mardi 29 avril. M. Mara appelle son pays en crise depuis 2012 au « sursaut national », afin de lui rendre « sa fierté et sa dignité ». Un discours fleuve de trois heures, où le chef du gouvernement a promis d’accélérer la politique de réconciliation nationale, jusqu’alors au point mort.

moussa-mara-ministre-urbanisme-yelema-maire.jpg

Une longue déclaration de politique générale

 Après une minute de silence à la mémoire des victimes du conflit malien, le Premier ministre, Moussa Mara, nommé le 05 avril dernier par le président Ibrahim Boubacar Keïta, a lu pendant près de trois heures une déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale, où un débat et un vote de confiance sont prévus pour vendredi.

 « Jamais dans notre histoire récente, les Maliens n'ont eu aussi peu confiance en eux-mêmes et en leur pays. Un sursaut national est plus que nécessaire », a soutenu le Premier ministre. « Du militaire dépenaillé qui fuit devant l'adversaire, au jeune diplômé expert en trafics de tout genre, en passant par l'agent de l'État qui pille les faibles ressources de l'Etat à son seul profit, chacun veut tirer la couverture à lui, quitte à la déchirer, au détriment des plus faibles », a-t-il ajouté.

 Il a aussi énuméré les mesures qu'il entendait mettre en place pour que les Maliens oublient définitivement les étapes par lesquels ils sont passés, à savoir « la honte, la peur, le désespoir, et l'inquiétude concernant l'avenir du pays. » Le Premier ministre rappelle ses engagements : « d'importantes réformes du système et du processus électoral ainsi que des textes régissant l'activité des partis politiques », soulignant que son pays devrait plutôt tendre aujourd'hui vers de « grands et forts » partis politiques.

 

Regain de confiance en l’armée malienne

 À l’heure où 8 300 militaires maliens sont engagés dans le nord, M. Mara souhaite redonner toute son intégrité à l’armée nationale. « Il faut les former, les équiper. »

 « Nous en avons été réduits à implorer l'aide des autres et à les applaudir quand ils nous sauvaient de nous-mêmes » ajoute-t-il, en remerciant « tous les amis du Mali » qui l’ont aidé à neutraliser en partie les groupes islamistes armés qui ont occupé le nord du pays pendant neuf mois en 2012, jusqu’à l’intervention d’une armée internationale, lancée l’an passé, à l’initiative de la France.

 Par ailleurs, le Premier ministre a annoncé que son équipe allait relancer le dialogue avec les groupes armés du Nord. « Pas de solution militaire au problème de la rébellion », a-t-il affirmé. M. Mara souhaite aussi renforcer les institutions, restaurer l'intégrité du territoire et sécuriser les biens et les personnes.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.