Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2018

Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

Remarques pertinentes de Fatima Benomar sur le "mouvement" des gilets jaunes .

Un mouvement social, ce n'est pas une masse informe de galérien-nes en colère qui ont décidé, du jour au lendemain, d'accrocher le même gilet jaune à leur pare-brise.

Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme l'écrit aussi Alain Lipietz :

"On aimerait que tous les femmes et les hommes politiques « à la gauche de la gauche » aient le courage de Fatima Ezzahra Benomar".

https://www.facebook.com/fatima.benomar/posts/10158179532553066

Par Fatima Ezzahra Benomar

Un mouvement social, ce n'est pas une masse informe de galérien-nes en colère qui ont décidé, du jour au lendemain, d'accrocher le même gilet jaune à leur pare-brise, un 17 novembre au soleil froid.

Un mouvement social, ce sont des milliers de personnes qui décident, au péril de leur emploi ou de plusieurs jours de salaire, de défendre ensemble un modèle de société, une vision du monde et de l'intérêt général, c'est-à-dire leurs chemins de fer, leurs lignes de train ou de bus, leur bien commun, leurs salaires, leurs conditions de travail, leurs usines, leurs commerces de proximité, leurs hôpitaux de proximité, et éventuellement l'état de leurs poumons.

Quelqu'un-e sait ici ce que pense le "mouvement du 17 novembre" de tout ça, d'un monde où il faut disposer d'une bagnole polluante dans son patrimoine pour aller travailler et faire ses courses ? Quelqu'un-e sait ce que pensaient ses protagonistes des cheminots qui se battaient il y a encore quelques mois sous les huées des grands médias pour que les petites villes soient correctement desservies ? Ou étaient-ils juste entrain de maugréer contre ces saloperies de manifestants-e qui bloquent les rues en leur adressant des coups de klaxons rageux ?

J'ai un scoop: les partis, les syndicats, les assos de quartier, les orgas de jeunesse regorgent de pauvres qui savent très bien de quel côté ils sont de la grande barricade, qui voient plus loin que le prix du diesel, qui savent que le problème, c'est qu'ils travaillent dans les centres villes mais doivent se lever aux aurores et rentrer à pas d'heure dans leur banlieue lointaine où le prix du loyer est abordable, qui ont très bien compris que eux et leurs enfants risquent incessamment sous peu de mourir d'un cancer à force d'inhaler des particules fines.

Le vrai mépris de classe, c'est d'insulter l'intelligence de toutes celles et ceux qui savent pourquoi ils se lèvent le matin pour faire nombre, qui veulent changer le monde et les règles du jeu.

Le 17 novembre est un "mouvement" qui n'en est pas un, qui ne veut rien mouvementer, rien remettre en cause, ni le consumérisme, ni l'individualisme, ni l'opportunisme greenwasher du gouvernement, avec des fashos en tête de manif qui traitaient hier encore les écolos, les syndicats, les grévistes, les défenseurs du code du travail, les collectifs de sans papiers, les femmes et les LGBT d'affreux bobos qui mènent la France à sa perte.

Hashtag #sansmoi.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez