Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2018

Remarques pertinentes de Fatima Benomar sur le "mouvement" des gilets jaunes .

Un mouvement social, ce n'est pas une masse informe de galérien-nes en colère qui ont décidé, du jour au lendemain, d'accrocher le même gilet jaune à leur pare-brise.

Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme l'écrit aussi Alain Lipietz :

"On aimerait que tous les femmes et les hommes politiques « à la gauche de la gauche » aient le courage de Fatima Ezzahra Benomar".

https://www.facebook.com/fatima.benomar/posts/10158179532553066

Par Fatima Ezzahra Benomar

Un mouvement social, ce n'est pas une masse informe de galérien-nes en colère qui ont décidé, du jour au lendemain, d'accrocher le même gilet jaune à leur pare-brise, un 17 novembre au soleil froid.

Un mouvement social, ce sont des milliers de personnes qui décident, au péril de leur emploi ou de plusieurs jours de salaire, de défendre ensemble un modèle de société, une vision du monde et de l'intérêt général, c'est-à-dire leurs chemins de fer, leurs lignes de train ou de bus, leur bien commun, leurs salaires, leurs conditions de travail, leurs usines, leurs commerces de proximité, leurs hôpitaux de proximité, et éventuellement l'état de leurs poumons.

Quelqu'un-e sait ici ce que pense le "mouvement du 17 novembre" de tout ça, d'un monde où il faut disposer d'une bagnole polluante dans son patrimoine pour aller travailler et faire ses courses ? Quelqu'un-e sait ce que pensaient ses protagonistes des cheminots qui se battaient il y a encore quelques mois sous les huées des grands médias pour que les petites villes soient correctement desservies ? Ou étaient-ils juste entrain de maugréer contre ces saloperies de manifestants-e qui bloquent les rues en leur adressant des coups de klaxons rageux ?

J'ai un scoop: les partis, les syndicats, les assos de quartier, les orgas de jeunesse regorgent de pauvres qui savent très bien de quel côté ils sont de la grande barricade, qui voient plus loin que le prix du diesel, qui savent que le problème, c'est qu'ils travaillent dans les centres villes mais doivent se lever aux aurores et rentrer à pas d'heure dans leur banlieue lointaine où le prix du loyer est abordable, qui ont très bien compris que eux et leurs enfants risquent incessamment sous peu de mourir d'un cancer à force d'inhaler des particules fines.

Le vrai mépris de classe, c'est d'insulter l'intelligence de toutes celles et ceux qui savent pourquoi ils se lèvent le matin pour faire nombre, qui veulent changer le monde et les règles du jeu.

Le 17 novembre est un "mouvement" qui n'en est pas un, qui ne veut rien mouvementer, rien remettre en cause, ni le consumérisme, ni l'individualisme, ni l'opportunisme greenwasher du gouvernement, avec des fashos en tête de manif qui traitaient hier encore les écolos, les syndicats, les grévistes, les défenseurs du code du travail, les collectifs de sans papiers, les femmes et les LGBT d'affreux bobos qui mènent la France à sa perte.

Hashtag #sansmoi.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart