Touchez pas à nos gosses !

Qu'est-ce qu'on attend pour mettre le bordel, le oai, le feu, le zbeul ?

Je l’avais vue hier sur Twitter, et j’avoue, je n’en croyais pas mes yeux.

Non, ce n'était pas une fiction. Ils osent tout. Ils n'ont pas tous les droits, mais ils les prennent.

Tout en votant la ridicule et hypocrite « interdiction de la fessée », voilà ce que le pouvoir fait à nos gosses, afin qu’ils soient de futurs chômeurs humiliés, terrifiés et bien obéissants. Qu'ils soient une "classe bien sage", qui retourne à la niche quand on le lui ordonne.

Cette vidéo est parue partout (après avoir flouté les visages de nos gamins, ce qui n’était pas le cas sur la vidéo originale) même dans les journaux aux ordres, et a suscité des « réactions indignées » de nos principaux « représentants », dont on attend toujours qu’ils prennent position, haut et fort. Qu’ils se retrouvent eux aussi à se geler les fesses sur les barrages et dans les manifs. Qu’ils soient du coté de ceux qu’ils prétendent défendre, et même aimer, même si c’est généralement seulement au moment des élections.

Au moins pour la défense de la démocratie, de la liberté d’expression si chère à ces drôles de charlies de pacotille.

Images choquantes de lycéens interpellés par la police à Mantes-la-Jolie © Le Monde

Quand on sait que plusieurs lycéens ont été grièvement blessés, partout en France, que la flicaille « républicaine » a interpellé des gosses de douze ans, on est vachement contents d’avoir « fait barrage au fascisme ».

Partout en France, la police tire au flashball sur les lycéens

Quand le pouvoir est aux abois, c’est aussi la répression qui vient.

Entendu sur France Inter il y a deux jours :

capture-du-2018-12-06-17-13-45

Quand le pouvoir s'attaque à nos enfants, on fait quoi ? On leur balance une gigantesque claque dans le gueule ? On leur donne une fessée, malgré l'interdiction ? 

On sort les fusils ? Ou on rétablit l’Abbaye de Monte-à-Regret ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.