Un peu de douceur dans ce monde de brutes

Billet pas tout à fait correct.

D’accord, quand on habite la France profonde, on compte encore moins que les autres. On des citoyens de seconde zone, même si on paye les mêmes impôts et les mêmes taxes que les citadins. Voire davantage, parce que nous, on est obligés de prendre la bagnole pour la moindre démarche, la moindre visite chez le toubib, la moindre course.

Mais il y a (quand même) quelques compensations.

Ainsi, l’autre matin, que vois-je, que découvre-je, émerger en plein milieu du pré juste devant ma maison  ?

Tout un troupeau de zizis, de braquemards, de bistouquettes ... si vous voulez d’autres synonymes, cliquez  sur ce lien.

(comme quoi, la langue verte est particulièrement riche…)

ob-a20cb8-170929-5-r

Une vraie réunion, dis-donc.

Fort intéressée (évidemment, hein) je me dis mais kekcekça ?

Alors j’ai cherché.

Certes il existe des trucs dans ce goût-là, fort poétiquement baptisés « Satyre puant ».

proxy-duckduckgo-com-1

(comme quoi, la langue française est aussi très amusante. Et instructive)

Mais non, c’était pas ça. Mes zizis à moi étaient bien plus jolis et bien plus apétissants

C’était des bébés coulemelles. Ou des lépiotes élevées. Ou Macrolepiota procera, pour les puristes.

Et adulte, ça donne ça

macrolepiota-procera-1

 

Et meme ça :

 

ob-cc6edd-img-4874

C’est facile à reconnaître, le pied est très droit, rigide (il ne se mange pas) et surtout, la collerette glisse toute seule le long de la hampe (ben si ...)

Et c’est un champignons presque aussi délicieux que le cèpe. Presque.

Bon, c'est pas tout ça, reste plus qu'à les préparer pour ce soir.

J'espère que vous autres citadins qui vivez au milieu du béton, z'etes pas trop tristes devant votre plateau télé...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.