Gaye
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2021

Cop 26: Environnement: et DIEU dans tout ça?

Le moment n’est-il pas enfin venu pour le monde de remettre en cause les postulats, poser le bon diagnostic afin de trouver les vraies solutions?

Gaye
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

COP 26  ENVIRONNEMENT: ET DIEU DANS TOUT ÇA?
Les Cop se succèdent et se ressemblent avec comme principaux dénominateurs communs : un monde qui continue de se chercher sur les questions environnementales, des prédictions alarmantes souvent erronées et des engagements financiers mirobolants non tenus. La Cop 26 qui se déroule actuellement à Glasgow ne déroge pas à ces constats. Ce sommet sera certainement comme tous ceux qui l'ont précédé un échec malgré  les discours rassurants des participants. Un éternel recommencement. Une impasse permanente.
Quoi de plus logique. Jusqu’ ici la problématique environnementale a été gérée sous les seuls prismes scientifiques et géopolitiques, dans le cadre d'une unique dualité entre l'homme et l'environnement. Sans prise en compte d'une troisième partie,  la plus essentielle du reste: DIEU.
Les rapports qui lient l’Humain à la Nature ont jusqu’ici insisté sur les responsabilités et les devoirs de l’homme sans  évoquer les droits de ce dernier en matière environnementale dans un contexte international pourtant caractérisé par une situation de pauvreté de plus en plus critique avec comme corollaire un contexte d’insécurité très préoccupant. 
Aussi, la pensée  environnementale actuelle est uniquement focalisée à ce jour sur le rapport entre l’Homme et la Nature, sans tenir compte  d’autres paramètres économiques et de domination géopolitique entre nations  qui ont un impact certain sur la surexploitation des ressources mondiales dans les pays en développement. 
Le moment n’est-il pas enfin venu pour le monde de remettre en cause les postulats, poser le bon diagnostic afin de trouver les vraies solutions? Les causes des nuisances climatiques  (je préfère cette expression  à celle du dérèglement climatique) ne sont-elles pas à rechercher ailleurs ?

A travers ces quelques lignes,  nous souhaitons contribuer à la réflexion sur la problématique de l’environnement en montrant en quoi à notre  avis, la responsabilité économique des pauvres humains que nous sommes sur les changements climatique n’est pas  établie.
En décidant d’écrire ces quelques lignes sur ce sujet d’enjeu stratégique majeur, certains diront vital pour l’humanité, je me servirai autant que possible du  bon sens et de l’esprit critique. 
En effet sur beaucoup de sujets qui ont traversé la vie de l’humanité, le fait que les problématiques n’aient toujours pas été posées de manière rigoureuse a naturellement biaisé parfois les solutions. Des analyses essentiellement basées sur des paradigmes   intellectuels, élitiste, parfois sur des anticipations erronées. Je demeure convaincu que la problématique liée à l’environnement fait partie de ces errements dont l’humanité toute entière continue de subir les conséquences.
La terre est le théâtre de phénomènes de plus en plus inquiétants qui ont pour noms réchauffement  climatique, inondation pluviale, tsunami, dérèglement  climatique, fonte de glaciers, tempête, désertification, tremblement de terre, intempérie etc..
Le cyclone de Bhola  (12 novembre 1970, Asie), le plus meurtrier de l'histoire de l’humanité avec  ses 400 000 victimes semble avoir été un des détonateurs qui ont précipité la prise de conscience environnementale universelle.
 
La terre ainsi que l’univers ont été créés il y a des milliards d’années selon un fonctionnement programmatique qui n’a rien laissé au hasard. Les planètes qui gravitent autour du soleil, la répartition spatiale harmonieuse des ressources du sous-sol (pétrole, gaz, manganèse, chrome, cuivre etc…) et à la surface terrestre (fleuves, mers, végétation, climat) doit assurément intriguer l’homme, qui ne cerne toujours pas, malgré des siècles de progrès techniques et scientifiques,  les critères à l’origine d’une telle répartition ; encore moins pourquoi ces différentes ressources ont été déterminées avec mesure (alternance entre sècheresse et inondation, raréfaction saisonnière des ressources halieutiques, cantonnement de nos plans de production agricole à des moments prédéterminés de l’année etc.. ). Le poids de la terre, sa création programmatique en 6 jours et ses énormes capacités de stockage, doivent amener tout esprit épris de raisonnement à admettre son caractère parfaitement apte à faire face à nos besoins de subsistance. Si l’on raisonne en termes de masse, le globe terrestre, avec ses 6.10²4 tonnes semble avoir été plus difficile à créer que l’homme ; même avec un poids moyen de 100 kg par habitant, la population mondiale estimée à 7 milliards d’habitants ne représenterait qu’une partie extrêmement infime de la masse terrestre. Du reste,  en incorporant à la démarche notre relativement insignifiante production industrielle que beaucoup de scientifiques mondiaux accusent a tort d’être a l’origine des dérèglements climatiques, l’on s’aperçoit que les capacités de reproduction et de stockage de la terre sont sans commune mesure avec les besoins de la création. Ce raisonnement qui se focalise fondamentalement sur notre seul berceau naturel terrestre n’intègre même pas notre atmosphère, qui est par essence infinie.

Le physicien François Gervais (université François-Rabelais de Tours), a montré dans une publication que l'influence humaine sur le réchauffement en cours est minime et que ce dernier est le fait de cycles naturels.

Aussi, deux lauréats du  prix Nobel à savoir Ivar Giaever et Kary Mullis ont exprimé  leur réserve sur les liens de cause à effet entre le C02 produit par les humains et le réchauffement climatique.

Il convient de rappeler aux tenants du discours sur la responsabilité de l’homme sur la dégradation des écosystèmes que la terre ainsi que l’univers fonctionnent sur la base d’une logique de système avec ses propres objectifs, ses mécanismes d’autocontrôle et d’autorégulation et naturellement ses pouvoirs de sanction à chaque fois que ses équilibres et son harmonie sont rompus. Parmi les équilibres indispensables au fonctionnement du système figurent quelques exemples : l’eau du fleuve et celle de la mer qui ne se mélangent pas ; les éléments de la création produits, tous,  en couple,  l’alternance de la nuit et du jour, les montagnes  positionnées à des endroits vulnérables de la terre pour les stabiliser, les créations biologiques (animaux, humains ou végétaux) qui obéissent à des normes et logiques bien définies dont les vocations premières semblent être la régénération, la conservation de l’identité et le respect de cycles naturels programmés.
Or, force est de constater que l’homme remet en cause fondamentalement le fonctionnement du système par les organes génétiquement modifiés (OGM), l’altération de diverses créations (cueillette prématurée de fruits et légumes, croisement d’animaux), la pratique d’actes contre nature (homosexualité), le libertinage sexuel, la corruption engendrant des déséquilibres fondamentaux dans l’allocation judicieuse des ressources au niveau planétaire et la perte d’éthique.
Cette rupture dans l’harmonie crée des désordres nuisibles aux progrès économiques et sociaux de l’humanité. Et les phénomènes naturels nous le rappellent à chaque fois.
Toutes nos difficultés en matière environnementale proviennent à mon avis, plus de ces dysfonctionnements dans la cohérence du système, que d’un surplus de gaz carbonique rejeté dans l’atmosphère dont l’étendue infinie permet l’absorption sans difficultés de notre CO2. L’atmosphère est parfaitement ordonnée pour que nos maigres fumées la détruisent. La gestion du cycle de l’eau, de la végétation et des cultures obéissent à un ordre qui échappe à l’humanité. L’expansion permanente de l’Univers témoigne d’une force invisible qui détient les paramètres de gestion des cieux et de la terre.
Il convient de revisiter l’histoire de notre humanité pour se rendre compte que nos difficultés environnementales contemporaines ont été expérimentées par d’autres générations avant nous. Ce fut le cas du premier déluge que l’humanité a connu à l’époque de Noé, de la disparition de divers peuples dans l’histoire : les Thamūd, les Aad et la communauté de Loth pour ne citer que ceux là, par des phénomènes climatiques violents.
Il est grand temps que l’humanité change de paradigme dans sa façon d’appréhender les phénomènes environnementaux. Les données d’analyses et les hypothèses retenues semblent biaisées depuis le départ et il n’est pas superflu de s’interroger sur les vraies motivations qui ont amené un petit groupe de scientifiques et quelques leaders d’opinions mondiaux à « embarquer » l’humanité dans un combat vain, perdu d’avance, et fortement mobilisateur d’énergie. Pourtant que de défis immédiats à relever notamment face aux risques de mortalité maternelle et infantile.

Les stratégies impulsées par le monde dit développé pour juguler les problematiques environnementales constituent  l'expression la plus absolue de la vanité  humaine.

En dépit du caractère peu fiable de nos outils de gestion prévisionnelle, le monde, à travers Climate Action Tracker (CAT), un organisme regroupant quatre centres de recherche, s’est obstiné de prédire un réchauffement de 2,4 degrés d'ici à 2100. Très certainement, des arrière-pensée géopolitiques pourraient expliquer les prises de position constantes et incompréhensibles sur les questions environnementales. En effet, la perte d’influence des pays du nord, consécutive a un vieillissement inéluctable de population, à une perte de compétitivité et au déplacement progressif du centre de gravité industriel mondial du nord vers les pays émergents génère naturellement des réticences. Du reste, la question environnementale a été agitée pour la première fois en 1972, dans un contexte marqué par de profondes mutations en chine et au moment où les observateurs sérieux anticipaient des phénomènes de délocalisation industriels avec ses conséquences sur l’emploi. Future puissance économique planétaire, la Chine s’apprêtait à allumer le feu de son décollage économique irrésistible. Freiner l’élan industriel de ces pays en les amenant à prendre des engagements en matière de réduction de CO2 devient une arme géopolitique. Tout autant inciter les pays pauvres à ne pas couper une ressource naturelle, les forêts, hypothèque leur capacité à trouver des ressources financières internes nécessaires à leur développement et à se lancer vers l’émergence.
Pendant ce temps les efforts de compensation financière annoncés ne sont que des vœux pieux difficilement réalisables. Un jeu de dupe sans doute.

Au moment où selon la dernière évaluation de l’ONU, les engagements de réduction des émissions actuelles de gaz à effet de serre de près de 200 pays conduiraient à un réchauffement « catastrophique » de 2,7°C., il y a de quoi s’interroger sur la pertinence de tels engagements surtout en l’absence d’organisme de contrôles internationaux et de mécanismes de sanction.

Les engagements financiers liés à  la création d’un fonds de compensation de 100 milliards de dollars à partir de 2020 semble tout aussi illusoire dans le contexte de crise mondiale et sanitaire actuel et au regard du peu de respect des engagements pris à Green Eagles.

Entendons nous bien. Loin de nous  l'idée de nier l'existence de nuisance climatique. Mais nous exprimons nos plus grosses réserves sur  les causes explicatives avancées comme étant à leur origine. CES CAUSES NE SONT CERTAINEMENT  PAS D'ORDRE ÉCONOMIQUE  MAIS ETHIQUE ET DE BONNE GOUVERNANCE. Dans le principe global , nous sommes d'accord que dans la mesure où la terre nous a été laissée à titre d'usufruit, nous devons tout faire pour l'entretenir et non la protéger (terme assez condescendant utilisé par les Experts). Cette posture cependant ne saurait entraîner un rationnement quelconque des ressources terrestres en direction des êtres  humains qui sont, il faut rappeler la raison d'être essentielle de toute la création. Surtout si ce rationnement qui accentue à pauvreté, provient d'hypothèses et de liens de causes à effets scientifiques éronnés.  Pourquoi interdire l'exploitation  de ressources fossiles et la coupe de bois  alors que DIEU  les a dotées pour le bien être de l'humanité ! Réfléchissons un peu. La terre a été créée avec de puissantes capacités de régénération; par voie de conséquence,  à notre avis, tant que nous respecterons l éthique et la solidarité, et entretiendrons bien notre berceau terrestre, tout bien consommé par nécessité sera remplacé. Cependant nous humains, gagnerions à tout faire pour éviter le gaspillage sous toutes ses formes.

Quelques nations et  entreprises en sont arrivées, dans le cadre d'un élan mondial de suivi  aveuglé des Experts internationaux, à prendre,  dans une perspective  2035 ou 2040,   des engagements peu réalistes d'arrêt  de tel  procédé de production ou de telles activités soit disant polluantes, pourtant utile à l'emploi et à la croissance, uniquement pour s'inscrire  dans la mouvance. Et évidemment  pour espérer  bénéficier d'hypothètiques indemnisations.

Ne devrions nous pas enfin faire notre propre introspection en tant qu’humains et faire preuve de plus de modestie et de sens de la mesure dans l’appréciation des questions environnementales ; arrêtons ces initiatives empreintes de vanité et de naïveté et évitons de perdre du temps sur des enjeux incontrôlables; apprenons à être réalistes et pragmatiques. Concentrons-nous sur des enjeux réalisables et utiles à l’humanité comme par exemple la lutte contre la mortalité maternelle et infantile.  Focalisons nos énergies sur la croissance vertueuse et la solidarité.
Magaye GAYE
Economiste International

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak