Les grandes Revues Parisiennes

Que serait Paris sans ces Grandes Revues Parisiennes : Moulin Rouge, Folies Bergère, Lido, Crazy Horse, Paradis Latin... des noms qui aussitôt prononcés évoquent les nuits parisiennes, les paillettes, le champagne, le strass, les frou-frous et le french cancan... chaque année, on vient de l'autre bout de la France et même de l'autre bout du monde pour découvrir ces spectacles d'un autre temps.

Une tradition qui se perpétue

C'est une réputation qui ne date pas d'hier, mais qui a su évoluer pour rester dans l'air du temps et ne pas se ringardiser... Si les costumes à plumes restent, si les escaliers se descendent avec toujours autant de grâce... les chorégraphies changent ! les jeux de lumières et d'eau se densifient et les mises en scène deviennent de plus en plus complexes.

Ce sont de véritables spectacles dans la pure tradition du music-hall où il n'est pas un instant de répit : on chante, on danse, on virevolte, les costumes changent en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, les artistes ont le sourire aux lèvres, c'est magique et féerique... A chaque scène, sa revue, son dîner-spectacle et son ambiance...

L'origine des revues parisiennes

Ce sont Les Folies Bergère qui sont à l'origine dans les années 1850 de la première revue de music-hall... Le Moulin Rouge suivra en 1889. De nombreux cabarets et music-hall vont ainsi voir le jour et proposer des spectacles à une époque qui se caractérise par une certaine liberté, une touche d'insouciance, beaucoup de joie de vivre.

Dans une période de transition et de relative accalmie, c'est l'effervescence de la création artistique, l'émancipation de la culture populaire, la fantaisie qui prend le dessus sur le classicisme ! Enfin, on s'amuse, dans un grand brassage social et culturel où les barrières tombent !

Mais tout a une fin. cette liberté, cette fantaisie va peu à peu disparaître et ces endroits se professionnaliser ! Les Revues sont devenues des soirées d'exception, au droit d'entrée élevé et pour lesquelles il faut réserver longtemps à l'avance... Heureusement les étincelles dans les yeux sont toujours là !

Les revues aujourd'hui

Si les temps ont changé et ont laissé place à une structuration nettement plus professionnelle, les revues parisiennes ont toujours su se renouveler et bien que projetées dans un autre temps, elle relate tout de même, par la technicité, la production, l'engagement, une modernité certaine, bien loin du kitch de nombre des cabarets. D'ailleurs de grands noms se prêtent au jeu, comme Thierry Mugler au théâtre Comédia qui revoit le genre en cassant les codes. Les cabarets historiques comme le Lido, le Moulin Rouge n'ont de cesse également de se renouveler, d'investir dans la production de leurs spectacles.

Car il faut être clair, prenons par exemple le Moulin Rouge, de sont plus de 650.000 spectateurs qui viennent chaque année et plus de 62 millions de chiffre d'affaire pour le Cabaret ! Avec ce chiffres, assurez vous que les cabarets se font la guerre et parmi leurs armes, la nouveauté et l'audace sont sans aucun doute les notions les plus importantes. Les touristes prennent un hôtel à Paris, vont voir la tour Eiffel, Montmartre et un spectacle de Cabaret, cela fait partie du coffret visite en somme ! c'est pourquoi ces revues parisiennes que sont le Lido, le Crazy Horse, le Moulin Rouge, le Comédia se battent sans relâche pour présenter des spectacles toujours plus .... parisiens !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.