Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

150 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 juil. 2021

Assignés à résidence

La géographie est tenace. Dans les grandes villes, les parents d’élèves qui souhaitent choisir leur établissement scolaire choisissent parfois de s’installer dans les quartiers des villes-centres. Pour avoir plus de choix et contourner la carte scolaire qui assigne à résidence.

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A Paris, où l’affectation des élèves des collèges en lycées tourne au casse-tête, le rectorat a voulu résoudre le problème par une plate-forme nommée Affelnet. En toute opacité alors que le ministère parle de mixité sociale.

Lundi 28 juin, le couperet est tombé. L’Académie – une institution qui ne fait jamais son mea culpa – a annoncé des « résultats plutôt bons » (alors que 628 élèves n'avaient pas d'affectation au 29 juin), en faisant allusion à la mixité sociale et scolaire. Mais pour amplifier la mixité, l’algorithme a été modifié.

Cette obsession de la mixité angoisse certaines familles. C'est une des réponses de l’Etat aux appréciations de l’OCDE qui désigne la France comme un pays peu exemplaire pour résoudre les inégalités. Des inégalités qui s’amplifient tout au long du parcours scolaire et dans l’enseignement supérieur où l’on veut plus de «diversité sociale». Sciences Po avait brisé le tabou par la discrimination positive en réservant des places pour des élèves issus d’établissements moins cotés. Une idée qui fait son chemin dans les grandes écoles où la question de «points bonus» aux boursiers agite le landerneau académique.

La nouvelle carte scolaire des lycées à Paris. Pour accroître la mixité sociale


A Paris, les établissements qu’on appelle les «lycées d’élite» sont convoités par les parents qui songent au parcours de leurs enfants vers les classes préparatoires. Le recteur de Paris, Christophe Kerrero, répétait qu’il y a «une vie à Paris en dehors du lycée Charlemagne» pour ne pas citer Henri IV et Louis-le-Grand. Certes, les collégiens qui accédaient aux lycées «recherchés» (les trois précédents, plus un certain nombre connu des Parisiens) ont des moyennes très hautes (plus de 15/20), à comparer avec ceux des lycées (qu’on ne nommera pas) qui n’ont quasiment aucun de ces potaches doués. Le recteur (nommé il y a un an) se targue d’avoir cassé une «logique mortifière» de concurrence pour accéder à ces lycées, notamment dans les arrondissements à la frontière entre le centre et l’Est de Paris.

L’algorithme prend en compte la géographie de l’habitat, les résultats scolaires (un peu moins qu’avant), l’introduction d’un quota de boursiers, et un curieux «indice de positionnement social» (IPS) qui fait état d’un profil sociologique des collèges d’origine. Du coup, on a aboutit à un choix restreint, quasiment impératif pour les familles.

Certes, jadis, la majorité des élèves allaient dans le lycée de leurs quartiers mais avec de tels contrastes sociaux dans l’Est parisien, les pouvoirs publics tentent de corriger les données de la géographie.

Que penser de cet indice IPS ? C’est simplement une assignation à résidence. Elle a fait disparaître les quatre anciens districts parisiens (Est, Ouest, Nord, Sud). Désormais, tout collège se voit rattaché à un groupe de cinq lycées situés à moins d’une demi-heure en transports en commun du domicile des parents, avec un ou deux établissements dits « attractifs ». On ne peut sortir du secteur, que si on a un IPS élevé.

Les mieux lotis habitent au centre où… sont les lycées d’élite

Pour le sociologue Pierre Merle, l’IPS mesure «les conditions de réussite d’un élève» qui tient compte du revenu des parents et leurs diplômes, la taille de l’appartement et son équipement d’un ordinateur familial, l’accès au théâtre, tout ce qui donne du bonus.

Dans ce sore, la localisation géographie pèse 74%, les résultats scolaires 22%. «Une réduction problématique» pour Pierre Merle. D’autant qu’il reste des établissements comme Henri IV et Louis-le-Grand qui ne sont pas sectorisés. Pourquoi une telle anomalie si l'on veut la mixité ? Car dans ces lycées, la très grande majorité des élèves viennent de milieux très favorisés. La FCPE, première fédération de parents, située à gauche dénonce l’hypocrisie consistant à favoriser les parents très bien lotis du centre. Certes, les quotas de boursiers vont évoluer : les lycées qui ont beaucoup de boursiers en auront moins et ceux qui n’en ont pas beaucoup vont devoir ouvrir leurs portes.

Les algorithmes ajoutent de l’opacité à l’opération. Ils dédouanent l’Etat avec une certaine lâcheté de ce qui autrefois relevait de la liberté des parents.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis