Georges ...

Psychologue en retraite - Photographe - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture et ... citoyen !

Son blog
26 abonnés Vivre debout ! ...
Ses éditions

Ses favoris

  • Quelque chose de rompu entre nous

    Par CECILE CANUT
    Mediapart, comme d’autres, a tenu à nous alerter ces derniers temps sur une catastrophe en cours. Or il ne faut pas l’ignorer, la catastrophe n’est plus à craindre : elle est déjà là, par Alain Hobé.
  • La charge du Défenseur des droits contre l'état d'urgence

    Par Jérôme Hourdeaux

    Jacques Toubon a présenté un bilan de l'état d'urgence. Il alerte sur « l’effet délétère des mesures fondées sur l’état d’urgence » et sur « un climat de suspicion, de méfiance, susceptible de remettre en cause la cohésion sociale ». Il s'oppose également à l'inscription de l'état d'urgence dans la Constitution ainsi qu'au projet de loi de réforme de procédure pénale. « Il va y avoir un choix à faire, et c’est un choix de philosophie politique », estime-t-il.

  • L’état d’urgence prolongé, la procédure pénale durcie

    Par Michel Deléan

    La prolongation de l'état d'urgence pour trois mois supplémentaires et l'adoption de nouvelles mesures sécuritaires dans la procédure pénale ont été présentées ce mercredi au Conseil des ministres. La proposition sur l'usage des armes par les forces de l'ordre a été modifiée.

  • Vers un Etat de police et de suspicion

    Par Paul Alliès
    Jusqu’où iront-ils ? Voilà qu’un nouveau projet de loi de réforme pénale vient d’être transmis au Conseil d’Etat. Débordant le champ ouvert par la révision de la Constitution et la déchéance de nationalité, il est un pas de plus, mais décisif vers l’instauration d’un Etat de police et de suspicion.
  • Charlie Hebdo : que d'erreurs!

    Par eric stemmelen
    Un an après les actes terroristes commis par les frères Kouachi à l’encontre de Charlie Hebdo, suivis de la prise d’otage dramatique de leur complice Coulibaly à l’Hyper-Casher, au-delà de la légitime émotion du peuple français venant de subir la plus grande attaque terroriste depuis la guerre d’Algérie, il est plus que nécessaire d’analyser ce qu’il faut bien appeler au minimum les carences des services du Ministère de l’Intérieur avant que ces crimes soient commis.
  • Les opposants à l'état d'urgence s'organisent

    Par Jérôme Hourdeaux

    Alors que l'exécutif entretient toujours le flou autour du renouvellement de l'état d'urgence, qui doit normalement se terminer le 26 février, la fronde augmente. Plusieurs tribunaux administratifs ont déjà remis en cause des assignations à résidence ou des fermetures d'établissement. Demain doit être lancé un conseil d’urgence citoyenne, destiné à fédérer les opposants.

  • « Contraire à notre histoire, à nos valeurs et à notre droit »

    Le Club Droits Justice et Sécurités (DJS) estime que la constitutionnalisation de l’état d'urgence « est juridiquement inutile » et que l’extension de la déchéance de nationalité est « contraire à notre histoire, à nos valeurs et  à notre droit ». C’est devant le Club DJS que, le 6 février 2012, François Hollande, alors en campagne présidentielle, était venu présenter ses engagements sur la justice.
  • Édition Les invités de Mediapart

    Etat d’urgence : des juges administratifs appellent à la prudence

    Par Les invités de Mediapart
    Aux premières loges pour observer la manière dont l'état d'urgence est mis en oeuvre et contrôlé, un collectif d'une dizaine de juges administratifs s’émeut des atteintes que ces mesures portent aux libertés publiques et aux droits fondamentaux. Soumis au devoir de réserve, ils sont contraints de s'exprimer ici anonymement.
  • Faire face - Réinventer la démocratie

    Par André Bellon
    par André Bellon, Président de l’association pour une Constituante, Françoise Castex, ancienne Députée européenne, Florence Gauthier, historienne, Roland Gori, psychanalyste, Raoul Marc Jennar, essayiste, Richard Martin, directeur du Théâtre Le Toursky à Marseille, Evelyne Sire-Marin, magistrat, ex-présidente du Syndicat de la Magistrature.
  • Nous ne céderons pas !

    Par Pascal Maillard
    Cet appel formule un espoir, quand notre gouvernement et le président, refermant le cercle de l'horizon, ne nous promettent qu'un "jour noir plus triste que les nuits". 70 collectifs, associations et organisations syndicales nous rappellent que "que rien ne doit nous faire sortir de l’Etat de droit et nous priver de nos libertés. L’état d’urgence ne peut devenir un état permanent".