Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

4 Éditions

Billet de blog 24 mai 2021

Marche colorée et slow fashion après la fin de l'occupation

Troisième marche colorée à Clermont-Ferrand ce samedi 22, la première marche après la fin de l'occupation de La Comédie qui réouvre. Des résultats insuffisants pour la Culture en danger. Slow Fashion marque les esprits. Une ambiance festive et joyeuse avec l'inquiétude des professionnels de la Culture qui ne baissent pas les bras.

Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Précaires ! © Georges-André Photos

Troisième marche colorée à Clermont-Ferrand ce samedi 22, la première marche après la fin de l'occupation de La Comédie qui réouvre. Des précisions sont données sur le site Culture en danger 63. Une marche toujours plus dansante et joyeuse emmenée par le LipSync Challenge désormais de toutes les sorties et la Slow Fashion pour sa quinzaine équitable. Nous en reparlerons. Admirez ces costumes ! Quelle est cette matière ? Voir plus bas...

Les huit costumes en matières de récupération

Fin de l'occupation de La Comédie - Comment, pourquoi.

Après 60 jours d'occupation en bonne entente avec la direction du théâtre et la mairie de la ville, "On nous a demandé de partir" écrivent-ils et elles dans leur communiqué du 11 mai : cohabitation jugée impossible à l'ouverture par la direction et la mairie  rendant l'occupation passible d'expulsion à bref délais. Ils ont dû se "résoudre à lever l’occupation [...] avec une grande tristesses, seul outil de pression et de visibilité que nous avions pour nous défendre [...] nous avons obtenu comme maigre compensation la salle des fêtes de la Maison du peuple, uniquement quand celle-ci n’est pas déjà occupée, pour faire des réunions. Nous condamnons unanimement les pressions et les expulsions que subissent certains lieux occupés et saluons les directeurs·trices qui se sont positionné·e·s du côté de la lutte et du progrès social. Nous appelons à la poursuite de l’organisation des professionnel·le·s du secteur, tant autour des syndicats de salarié·e·s (CNT Spectacle, CGT Spectacle) qu’autour des syndicats d’employeurs·euses (SYNAVI, Syndicat des Cirques et Compagnies de Création), de la CIP 63 et/ou du Collectif Culture en Danger 63 qui nous regroupe toutes et tous. Nous demandons un lieu pluridisciplinaire artistique sur la ville de Clermont Ferrand, pérenne et autogéré par les artistes..."

Avant le départ de cette marche colorée, nous avons interviewé Gégé, un des occupants particulièrement actif pour faire le point de la situation

Interview Gégé © Georges-André Photos

On vient de quitter le Comédie au bout de 56 jours. C'est assez compliqué de résumer la situation en fait. On est parti parce que le spectacle qui allait se produire et que la Comédie avait besoin de rouvrir. Ça été très compliqué, très compliqué d'avoir une cohabitation avec eux. Finalement, on a réussit à décrocher les clés de la Maison du Peuple pour certains jours par semaine. On est un peu dans la précarité, d'avoir un espace qui est occupé et pour travailler ensemble.
Votre état d'état d'esprit actuel ? C'est assez compliqué. Au bout de 56 jours on est bien fatigué. On a besoin de continuer le mouvement mais être là jour et nuit c'était chronophage pour certains après peut être qu'une occupation rallongée aurait été bien , mais dans le cadre où on est, c'était juste pas possible.
Vous avez obtenu certaines choses ? On a obtenu certaines choses auprès de la comédie. On a obtenu le rallongement des 4 mois supplémentaires concernant les intermittents mais rien par rapport à la réforme du chômage qui arrive le 1er juillet et va toucher les travailleurs saisonniers, les gens dans la restauration, rien pour les discothèques qui ne réouvrent pas aussi, c'est important de le signaler. Ensuite 4 mois supplémentaires ne suffisent pas avec un risque de reconfinement au mois de septembre. Des intermittents comme moi qui travaillent sur des gros festivals type Lollapaloosa à Paris. Nous, nos festivals sont annulés, donc on a déjà une grosse partie de nos heures qui ne sont pas renouvelées encore pour cet été et ça fera le deuxième été.

Pas pour se chauffer © Georges-André Photos


Janvier c'est le basculement ? Basculement dans quoi ? Il y a toujours des gens qui n'ont pas toujours travaillé, qui n'ont pas d'heures, qui vont se retrouver au RSA. Non, là dessus on est pas du tout contents c'est pas suffisant. Un spectacle, ça ne se redémarre pas comme ça, les tournées ne redémarrent pas comme ça avec un risque de reconfinement, il y a beaucoup de de tourneurs, festivals de lieux qui disent qu'il y a un risque d'annulation sachant que les assurances entre autres ne prennent pas la pandémie actuelle dans les charges. C'est un risque de perte financière énorme et encore de précarité supplémentaire pour les travailleurs.
La 3eme marche colorée pour l'assurance chômage ? Exactement le premier mot c'est l'assurance chômage il faut qu'elles saute. On a aussi les revendications d'intermittents mais on a toujours les revendications concernant la santé, les cafés-hôtels-restaurants-discothèques. Il y en a encore d'autres pas faciles à énumérer, mais celles-ci font parties des principales.

Violon sur le caddie pas sur le toit © Georges-André Photos

Les déclarations de Sébastien (avant la marche) et de Gaëlle avec sa verve habituelle (sur la place de la Bourse en fin de marche) sont en vidéo en fin de billet.

De La Comédie à la Pyramide

De La Comédie à la Pyramide © Georges-André Photos

SLOW FASHION

Cette marche est placée sous le signe Slow Fashion. "La marche Slow Fashion s’invite à la marche colorée" est le slogan lancé pour mobiliser. Elle "s’inscrit dans le programme de la Quinzaine du Commerce Equitable : un événement national ayant pour but de sensibiliser au commerce équitable à travers tout type d’événements. La Quinzaine du Commerce Equitable Clermontoise a été organisée cette année par deux personnes Margaux Bernard et Thomas Hitti en service civique au sein de l’association Concordia et du Centre d’Innovation Sociale Clermont-Auvergne (CISCA).

C'est un événement porté par l’association étudiante UniFair, est soutenue par le Crous et l’Université Clermont Auvergne. Elle a pour objectif de dénoncer l’industrie de la mode, la pollution, l’exploitation, le gaspillage qu’elle génère et de sensibiliser à une consommation plus responsable du textile. Pour ce faire, nous avons fait appel à Emilie Chomet, fondatrice de Recy Frog, pour nous aider à imaginer et créer des tenues à partir de déchets du quotidien. Après deux mois et demi de travail, rythmés par des ateliers de création au Café Flax pour les accessoires, Christine Couasnon s’étant investie avec beaucoup d’intérêt dans le projet, et par l’imagination et le travail acharné d’Emilie, sans qui rien de tout ça n’aurait pu être possible, sont nées huit tenues. La rencontre étant le thème de cette quinzaine, nous avons pensé ces tenues pour 4 couples, chacun étant basé sur une matière/thème spécifique : le papier, le plastique, le métal, et les emballages.

Des costumes avec nos matières en récup' © Georges-André Photos

Ces tenues ont été sublimées par les membres du Lip Sync Challenge que vous pourrez voir dans la vidéo "Mega teuf place de la Bourse"... une performance de playback et de danse sur le titre Radioactive d’Imagine Dragon.

Cet évènement sera complété par un marché de textile responsable le 29 mai, Place de la Victoire, afin de montrer les différentes alternatives de consommation de textile qui existent à Clermont Ferrand. Après la dénonciation viennent les solutions."

Pour plus d'informations
Facebook : La Quinzaine du Commerce Equitable clermontoise
Instagram : La Quinzaine Clermontoise.

Performance devant le musée Bargoin

Performance à Bargoin © Georges-André Photos

Spot Dancing in the rain abondamment

Dancing and gyming in the rain abondamment © Georges-André Photos

De la pluie au vent et vogue la galère

De la pluie au vent la bourse nous attend © Georges-André Photos

Mega-teuf pour tous les goûts

Franchement, une ambiance festive de méga-teuf attendait place de la Bourse après ces petites rues de centre-ville où le camion-sono ne passait pas, où la grande banderole "Culture en danger" s'est retrouvée un peu seule et paumée place de la Victoire avant le grand coup de vent qui a failli emporter le vaisseau-amiral des pirates de toutes les sorties même avec avis de tempête. Avec LipSync, un quintette improvisant "chanter encore",  la danse a pris le dessus juste interrompue par Gaëlle, verve et franc parler assuré et c'est pas triste si sérieux. Après quoi la sono a lancé les décibels limités à la place, où l'on dansait, dansait encore, danser enfin.

Mégateuf, performance et violon © Georges-André Photos

Les déclarations

Seb Culture en danger 63 & CGT

Seb avant la marche © Georges-André Photos

Gaëlle Hollocou

Gaëlle exprime et s'exprime © Georges-André Photos

Et puis quelques photos

© Georges-André Photos
© Georges-André Photos
© Georges-André Photos

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Histoire
Sous les tapis des tisseuses, l’écho de la domination coloniale
En 1964, une soixantaine de familles de harkis ont été parquées dans une cité à l’écart de Lodève pour faire tourner ce qui allait devenir l’annexe de la manufacture de la Savonnerie de Paris, et raviver la tradition textile locale. Mais côté coulisses, l’Algérie française y a joué quelques prolongations.
par Prisca Borrel
Journal — Europe
Royaume-Uni : un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti n’ont guère d’idées face à la hausse des prix qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie