Georges Yoram Federmann
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2022

Eksassaute (1)

La première leçon à retenir, c’est qu’un cataclysme ou une catastrophe naturelle ou industrielle s’acharne de préférence sur ceux qui n’ont rien, ou pas grand chose. L' occasion de favoriser la gentrification des zones sinistrées .

Georges Yoram Federmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Eksassaute (1)

Je suis arrivé à Rouen le 27 septembre dernier au soir.

Didier Durmarque (2), professeur de philosophie au Lycée Corneille, m’avait invité, pour toute la matinée du 28, à intervenir dans ses classes de Terminale sur la «  Modernité de la Shoah ».

Au petit matin du 28 septembre, l’explosion d’une partie de l’usine Lubrizol (3) , classée « Sevezo Haut » (4), a annulé ce projet.

Un pesant nuage noir s’est posé sur la ville comme un ruban figé et menaçant,  comme si cette masse compacte observait le comportement des hommes fixés au sol, de manière reptilienne, tel un énorme cobra se tortillant langoureusement prêt à fondre sur nous.

Comme si, tout d’un coup, toute activité était devenue absurde du fait de l’irruption dans nos vies, de matières potentiellement toxiques, insaisissables, envahissantes et obsédantes.

Peu de passants dans les rues. Pas d’affolement mais une atmosphère solennelle et un silence religieux. Un silence….d’avant la mort  mais encore (sur)vivant.

Comme si chacun accomplissait jusqu’au bout un rituel bien orchestré.

.

Nous prenons comme prévu le métro à 7H, pour aller au lycée, tels Don Quichotte et Sancho Panza, « semer la bonne parole » pédagogique mais, devant l’odeur âcre qui s’impose à nos sens , à la sortie de la bouche de métro, comme un barrage invisible et infranchissable  mais si tentateur, nous rebroussons  chemin.

Pas de sirène d’alerte encore mais nous apprenons par SMS que tous les établissements scolaires sont fermés.

Nous rebroussons chemin pour regagner le domicile de Didier, situé au Centre Ville, là où Jeanne d’ Arc a été…brûlée,  et la question du confinement se pose immédiatement.

Nous nous cloitrons.

Mon ami me conseille de rester à son domicile jusqu’au feu vert absolu donné par les autorités préfectorales.

Aucune indication sur la dangerosité.

Informations en boucles stériles et ronronnantes à la télé.

Pompiers aux premières loges, sans masque  au début, comme si la fonction et l’uniforme immunisaient.

Je pense à Tchernobyl et Fukusima.

Après avoir consulté mon épouse, spécialiste des catastrophes et qui écoute la radio en boucle,je décide de braver le nuage et de prendre le premier train pour Lisieux, où j’arrive avec un jour d’avance.

Pour ne pas risquer d’être bloqué un temps indéfini à Rouen.

J’arrive en gare de Lisieux qui semble désaffectée et en travaux comme si elle avait été dévastée par l’usure du temps.

Nous sommes au pied de la Basilique.

Je chantonne Eksassaute de MC Solaar (1).

Et je pense à mes amis confinés à Rouen et aux enfants qui s’amusent de ne pas être à l’école mais qui doivent rester à la maison.

Les réseaux sociaux font déjà leur œuvre d’alerte désordonnée.

Et une des questions qui va se poser rapidement va être celle « du droit au retrait » pour mon ami enseignant, dès le lundi suivant.

Et celle cruciale de quitter la ville pour s’en éloigner le plus possible.

Et je pense à la fuite de Freud de Vienne pour Londres.

Il passera par Kehl le 5 juin 1938 ( une plaque a été apposée à la gare de Kehl par le Dr Knebusch- 5) pour  mourir à Londres le 23 septembre 1939, le jour du Yom Kippour.

Sa famille est progressivement arrachée aux griffes des nazis sauf «  les 4 « vieilles femmes » , comme il appelle ses sœurs, qui mourront dans des camps.

Je pense à l’ouragan Katarina qui s’est abattu sur la Louisiane le 29 août 2005.

«  La première leçon à retenir, c’est qu’un cataclysme s’acharne de préférence sur ceux qui n’ont rien, ou pas grand chose. En témoignent les images, diffusées en boucle à l’époque, de ces milliers de survivants qui, faute de posséder une voiture, et donc incapables d’évacuer la ville par leurs propres moyens, s’entassent au stade du Superdome et au Convention Center dans des conditions épouvantables. «  La loi martiale était proclamée, à tous les carrefours il y avait des policiers et des militaires qui pointaient leurs armes sur nous, mais personne pour nous aider.(…). Un de mes jeunes voisins s’est introduit dans un magasin abandonné pour se procurer des vêtements secs et il a été abattu, comme un chien. On n’a jamais su combien les forces de l’ordre avaient fait de victimes ». Déclaration de Mr Alfred Marshall, 60 ans, un syndicaliste noir membre de Stand with Dignity, un collectif de défense des travailleurs précaires ( 6).

14 ans plus tard, à Rouen, «  cette atmosphère anxiogène a déjà fait fuir  «  les gens qui le pouvaient ». Ceux « des beaux quartiers » rouennais, dotés d’un capital financier et d’un « niveau d’information assez élevé » pour quitter la ville. »( 7).

« La tempête du siècle a créé l’occasion du siècle », a-t-on pu dire à La Nouvelle Orléans après Katrina, pour se débarrasser d’environ 100 000 habitants parmi les plus pauvres qui ne sont jamais revenus.

C’est ce type de constat qui me désole et qui confirme l’inégalité des chances même face aux catastrophes naturelles ou industrielles.

Selon que tu seras puissant ou misérable…

Georges Yoram Federmann

7 octobre 19

( 1)https://www.youtube.com/watch?v=ish8vVuNJ60

(2) http://didier.durmarque.com/

(3) https://newscenter.lubrizol.com/news-releases/news-release-details/fire-lubrizol-rouen-france-site

(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Directive_Seveso

L’ Alsace compterait 37 sites « Sevezo Haut »

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/37-sites-seveso-alsace-classes-seuil-haut-site-lubrizol-rouen-1728387.html

( 5)

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bahnhof_Kehl_Tafel_Sigmund_Freud_5_Juni_1938.jpg

( 6) Olivier Cyran, Comment tuer une ville, Le Monde Diplomatique , Décembre 2018, page 12.

( 7) Anaïs Moran, On me dit que mes résultats d’analyses sont inaccessibles , Libération, 2 octobre 2019

C’est l’occasion de rendre hommage à Olivier Cyran que j’ai connu quand il était à Charlie Hebdo.

Il a quitté le journal satyrique volontairement pour gagner en indépendance et écrire pour CQFD et Le Monde Diplomatique.

Les citations qui suivent sont tirées de son article donné au Monde Diplomatique.

«  J’ai un message pour les pillards : nos troupes savent comment tirer et tuer. Elles sont parfaitement disposées à passer à l’acte et j’espère bien qu’elles le feront. »

Kathleen Blanco, gouverneuse démocrate de Louisiane de 2004 à 2008, 1 er septembre 2005.

«  On a finalement réussi à nettoyer les logements sociaux de La Nouvelle Orléans. On n’y arrivait pas  par nous-mêmes, mais Dieu l’a fait pour nous. »

Richard H. Baker, élu républicain de la Louisiane à la chambre des représentants de 1987 à 2008, The Washington Post, 10 septembre 2005.

«  L’ ouragan Katrina est la meilleure chose qui soit jamais arrivée au système éducatif de La Nouvelle Orléans. »

Arne Duncan, ministre de l’éducation de 2009 à 2015 dans l’administration de M. Barack Obama, The Washington Post, 30 janvier 2010.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon