Détonations Explosions, Nuisances sonores depuis le déconfinement

Depuis 2 mois, les riverains sont exténués par les détonations et explosions. Les moyens en place sont clairement insuffisants : manque d'effectifs, manque de véhicules. Les policiers municipaux sont fatigués. Que fait l'Etat ?

Aujourd’hui 14 juillet, il est 12h20 : j’entends dans Lyon une violente explosion. Combien de temps de répit entre les détonations de la veille et ce matin ? 10 heures ! Seulement 10 heures de tranquillité, les précédentes explosions ayant retenti vers 2h du matin plutôt cette nuit. 

Au début du déconfinement, il ne s’agissait que de feux d’artifice. De nombreux riverains ont dû comme moi penser que les gens étaient heureux de sortir enfin ! Mais cela a continué et cela est devenu de pire en pire : mortiers et autres explosifs interdits pour faire de plus en plus de bruit.  Quelques articles de journaux locaux mentionnent ‘des pétards’ début juin tout en rassurant la population que la pluie venant cela cessera. Il y a eu aussi la version racontant qu’il s’agit de techniques de couverture des groupes mafieux pour intervenir avec des armes à feu et se repartager le territoire lyonnais dans certains quartiers de la métropole.

Excédée de ne plus dormir, j’ai alerté fin juin la Mairie de Villeurbanne, la Direction de la santé publique et le Commissariat de Police. Leurs réponses ont été unanimes : “Dès que vous entendez les nuisances, contactez-nous. Nous enverrons des agents.” J’ai informé mes voisins avec une affiche que j’ai collé sur tous les immeubles autour de chez moi, afin qu’un maximum d'habitants puissent signaler les mouvements et aider les forces de l’ordre à rétablir un climat décent. 

La sécurité à Villeurbanne c’est 1 seul Commissariat de Police avec 1 seule patrouille pour intervenir...

Dimanche 12 juillet en soirée, une série d’explosions a retenti sur le parking du Super U au 305 Cours Emile Zola à Villeurbanne, à côté de chez moi. J’ai contacté plusieurs fois la Police Municipale du 225 Cours Emile Zola, Villeurbanne. Quelle surprise de s’entendre répondre : 

“Nous sommes au courant, nous les entendons aussi. Mais nous ne pouvons pas passer : nous n’avons qu’un seul véhicule qui patrouille et là, nous sommes bien occupés, ça chauffe sur Villeurbanne. Appelez le 17, car nous nous pourrons pas intervenir.”

Lundi 13 juillet, les premières explosions se font entendre vers 19h30/20h, toujours sur le parking du Super U. Elles ont été récurrentes (toutes les 20/30 min)  jusqu’à 2h du matin, soit pendant 6h. Vers 23h, j’ai contacté la Police Municipale en expliquant que les patrouilles peuvent venir maintenant, car cela pète depuis des heures. Le policier était lui-même excédé de me répondre : “J’entends bien Madame, mais nous ne pourrons pas venir : nous n’avons qu’un seul véhicule pour patrouiller.” Je lui explique que je vais écrire au Maire pour signaler que la Police manque de moyens : ce policier me répond que je ne suis pas la première et me remercie chaleureusement de comprendre qu'ils n'y peuvent rien.

Et le 17 ? Seule l’automate a répondu à mes 3 appels… Et ce n'est pas le passage unique par soirée d'un hélicoptère qui va faire fuire les délinquants...

Manque d’effectifs ? Manque de véhicules ? Comment est-il possible pour les policiers de travailler dans ces conditions ? En tant que citoyen, cela fait peur de ne pas se sentir protéger et en sécurité. 

Dans d’autres villes, ce même phénomène grandit. Outres les arrêtés préfectoraux pour interdire les achats et utilisations de ce genre d'explosifs, une concertation nationale est-elle envisagée ? Quels moyens vont-ils mettre en place pour que retrouvions tous une vie décente ? Présences actives de patrouilles Vigipirate de nuit ? Augmentation de l'effectif de la Police Municipale ? Mise à disposition de moyens (véhicules) ?

Et si rien n'est fait, doit-on poursuivre l'Etat qui ne nous protège pas en justice ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.