Gérard B
Retraité
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2020

Jean-Pierre Denis : un goût prononcé pour le luxe… et les licenciements

Jean-Pierre Denis, le président du Crédit Mutuel Arkéa semble avoir une appétence particulière pour le luxe, mais aussi pour les licenciements. Explications.

Gérard B
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’histoire commence en 2012, lorsque la famille Capbern Gasqueton cède Château Calon Ségur — troisième grand cru classé de Saint-Estèphe — au Crédit Mutuel Arkéa, pour 170 millions d’euros. L’objectif affiché de ce rachat par Jean-Pierre Denis : la « diversification ».

Mais le patron d’Arkéa aurait très vite pris goût à la vie de château : en parallèle des millions investis afin de moderniser et optimiser l’appareil productif, la bâtisse a également été réaménagée. Résultat : d’après certains, M. Denis y aurait fait installer une suite à son nom.

Château Calon Ségur

« Le président d’Arkéa s’est fait aménager un château, dans lequel il reçoit beaucoup et à titre (très) privé », confie un visiteur du domaine. Après leurs passages, certains élus ont par ailleurs relaté la présence d’un majordome ainsi qu’une étrange interdiction de prendre des photos.

Afin de redonner ses lettres de noblesse à Calon Ségur, Jean-Pierre Denis s’est attaché, en 2013, les services du très réputé Laurent Dufau. Ce dernier a œuvré d’arrache-pied pour (re) faire de Calon Ségur une étoile montante du Médoc. Avec une réussite certaine : « en cinq ans seulement, les premiers effets des efforts consentis se ressentent déjà dans le verre », confiait, en mai 2017, Mathieu Doumenge, journaliste de Terre de Vins.

L’annonce, le 6 janvier, de son départ a donc créé la stupéfaction et devrait faire parler dans le vignoble bordelais. « La communication du groupe bancaire permettra forcément, dans des propos tout en diplomatie, à chacun d’y faire sa propre lecture sans savoir vraiment pourquoi ce départ se fait dans une période de pleine croissance, de notoriété accélérée et d’amour affiché de “la place” (les négociants de Bordeaux) et des consommateurs à l’égard de Calon Ségur », estime Terre de Vins. « La réalité serait plus simple : une incompatibilité durable entre Laurent Dufau et un proche collaborateur serait à l’origine de cette séparation », poursuit le journal.

Si l’identité de ce « proche collaborateur » reste inconnue, tous les regards se tournent vers Jean-Pierre Denis. Le patron d’Arkéa est en effet connu pour n’avoir aucun état d’âme, en témoignent les manœuvres auxquelles ce dernier a eu recours pour promouvoir la sortie d’Arkéa du giron du Crédit Mutuel : manifestations rémunérées, pressions, création d'un syndicat à la solde de la direction, etc.

Avec le départ de Laurent Dufau, la renaissance — pourtant (très) bien partie — du Château Calon Ségur pourrait avoir du plomb dans l’aile. De quoi navrer la famille Capbern Gasqueton qui avait justement préféré céder son domaine à « un investisseur plutôt qu’à un spéculateur ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena