ENVIRONNEMENT ET POLLUTIONS : les nouveaux gourous de l'apocalypse.

Un emblème pour la jeunesse ou nouvelle Jeanne d'Arc, pur produit de com' ? Sur fond de "collapsologie", la jeune suédoise Greta Thunberg se sera exprimée devant la représentation nationale en France sur l'urgence climatique. A 16 ans, la jeune suédoise bénéficie d'un engouement médiatique qui interroge.

ENVIRONNEMENT ET POLLUTIONS : les nouveaux gourous de l'apocalypse.

Où et comment la propagande de l'idéologie dominante récupère sur le mode du millénarisme les attentes populaires d'une politique concrète de lutte contre les pollutions.

Un emblème pour la jeunesse ou nouvelle Jeanne d'Arc, pur produit de com' ? Sur fond de "collapsologie", la jeune suédoise Greta Thunberg se sera exprimée devant la représentation nationale en France sur l'urgence climatique.

A 16 ans, la jeune suédoise bénéficie d'un engouement médiatique qui interroge....la Région Normandie lui ayant même attribué le "Prix de la Liberté" ! Il serait mal séant de condamner, à cet âge, un langage jusqu'auboutiste, mais, sur le terrain de la propagande, le dévoiement par la récupération et la dénaturation de l'enjeu écologique, est bel et bien l'objectif visé.

Pourquoi ?

Tout simplement parce l'enjeu environnemental est urgent et réel : l'atmosphère est une déchetterie, nos rivières des égouts, les océans des poubelles, nos assiettes nous empoisonnent..... et que sur ce terrain tentent de prospérer des thèmes millénaristes et malthusiens du type "effondrement des civilisations", "surpopulation", "surconsommation", "décroissance", alors que l'urgence environnementale, et la Jeunesse l'a bien compris, est une des données des décennies à venir.

Quelles finalités aux discours apocalyptiques de "fin du monde" ?

La popularité dans certains milieux de Droite et d'Intellectuels gauchisants des discours sur "l’effondrement", du "ça va péter", n'est qu'une simplification abusive et non scientifique, à des fins de propagande, de la complexité des dynamiques environnementales et de leurs conséquences économiques et sociales, dès lors qu'il faut mettre en oeuvre le principe "pollueurs-payeurs". C'est à dire s'attaquer de plein fouet aux profits par des....décisions concrètes ..... mais pesant sur le rendement de l'argent.

L'objectif politique est de substituer à l'exigence de mesures immédiates, telles que la taxation des carburants maritimes et aériens, l'arrêt de la déforestation au profit des cultures pour l'huile de palme, par exemples, mesures qui frapperaient de plein fouet la rémunération du Capital, un discours sur "l’effondrement", très pénétrant par propagande.... tandis que les nantis n'en croiront pas un mot.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.