limitations de vitesse sécurité rentabilité

L'implantation des radars et les limitations de vitesse : la sécurité ou la rentabilité, le débat pourrait être ouvert

Implantation des radars et limitation de vitesse

 

Les routes françaises ont vu s’implanter bon nombre de radars et ont fait l’objet de mesures restrictives concernant la vitesse (affaire du 90-80km/h).

 

Ces mesures de réglementation et de contrôle ont pour but annoncé de réduire le nombre d’accidents graves ou mortels sur les routes.

 

Ceci appelle plusieurs remarques :

 

  • lorsque la mesure restrictive de limitation de vitesse a été prise, est ce qu’une analyse a été réalisée sur les vitesses des véhicules accidentés ayant provoqué la mort d’une ou plusieurs personnes ? Parce qu’en effet, si le nombre de mort recensés dans l’intervalle 80-90km/h est important, le mesure se justifie. Par contre, si la majorité des morts et blessés graves est constatée pour des vitesses largement supérieures à 90 km/h, le nombre ne baissera pas ; l’écart sera simplement plus grand entre la vitesse limite et celle des accidents.
  • En corollaire de cela, quel est le pourcentage d’infractions aux limitations de vitesses compris entre 0 et 5 km/h, 5 et 10 km/h et au-delà flashés par les radars ? Et quel est en pourcentage le bilan financier du rapport de ces 3 catégories de dépassement ? Concernant le premier intervalle, il ne semble pas qu’il puisse être l’œuvre de dangereux chauffards. Aussi par pédagogie, il serait intéressant que les contrevenants puissent être rappelés à l’ordre au moins la première (ou les deux premières) fois chaque année avant d’être verbalisés ; ceci à moins que ça ne représenta un manque à gagner énorme, mais en ca cas, le rapport financier ne serait-il donc pas prioritaire sur l’aspect formatif des conducteurs ?

 

Il serait intéressant de pouvoir obtenir et analyser ces données chiffrées.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.