Brice Laccruche Alihanga - Un pas après l'autre.

Mener un projet politique, équivaut à naviguer par tempête, en ne perdant jamais en point de mire, le bon port.  Dans les remous occasionnés par chaque nouvelle décision, vouloir systématiquement négocier avec chacune des vagues, reviendrait à changer de direction face à chacune de ces dernières, pour finalement aller partout, et nulle part à la fois. Si le président Ali Bongo Ondimba, en tant qu’armateur du navire, fait confiance à Brice Laccruche Alihanga comme responsable de l’expédition, c’est sans aucun doute que ce dernier connait la carte, et les itinéraires adéquats. Quand on pense à la signification du drapeau de notre pays, le vert de la forêt, le jaune du soleil, et le bleu de la mer, ce n’est pas simplement en termes de formule poétique qu’il faut réfléchir, mais bien avoir à l’esprit que le Gabon, signifie d’abord une terre et ses spécificités, un espace aérien et ses développements, une mer et ses débouchés. C’est-à-dire un espace assez vaste et complexe, pour que le chantier qui en assure fonctionnement et développement, implique des efforts constants, déterminants et courageux.

Alors bien sûr, notre société Gabonaise, n’est pas épargnée par un certain reflexe de ce nouveau millénaire, celui apporté par les nouvelles technologies de communications, et particulièrement par les réseaux sociaux. Reflexe qui tend à faire penser à toute une population que tout se change par un « clic ». Si je devais paraphraser le philosophe Descartes en distordant ses propos, je serais tenté de dire pour symboliser notre époque : « Je clique donc je suis… ». Or, n’importe quel individu ayant déjà eu à faire sur le terrain du quotidien, sait que ce genre de changement instantané, ne se trouve que dans les fictions hollywoodiennes.

Le factuel est en effet immensément plus compliqué que le théorique sur le papier. Comme en matière d’Histoire, la politique n’est pas une science qui assemble des blocs similaires et identiques, mais une science qui doit traiter avec l’humain et ses innombrables facettes. De fait, rien ne peut se résumer par des dates, des chiffres ou des lois, mais plutôt par un ensemble de consensus, orientant le navire vers la même direction, la direction du port choisi.

Ce billet court ne prétend pas philosopher plus que de rigueur dans les circonstances actuelles, d’ailleurs, je pourrais facilement être accusé d’être un peu trop « aérien » et de survoler les problèmes, mais il est là pour rappeler, que si on peut refaire le monde en quelques heures entres amis et en sirotant un café, ou tout seul derrière un écran, dans la réalité quotidienne des politiques et de leurs taches, et en particulier de celles entreprises par Brice Laccruche Alihanga, il en est bien sûr tout autre. Il faut alors des hommes capables et déterminés quoiqu’il advienne, à avancer, à assumer, et à construire quoiqu’il en soit.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.