savoir lire, écrire, compter 3

Des conditionnements de base nouveaux,des rapports différents entre lecture, écriture et activités quotidiennes ,ne pouvaient être prévus en 1905.

Dessiner ou pianoter, ce ne sont pas les mêmes automatismes à acquérir. Déjà, la machine à écrire avait introduit le pianotage, aujourd'hui bien plus complexe et puissant avec les  programmes informatiques de traitement de texte . Les images , fixes ou animées, illustrant un texte, l'accompagnant, ou même en tenant lieu, ne relèvnt plus de la motreicité fine du type "imagination et production d'idéogrammes, lettres "ornées" , d'autrefois. Et la copie s'opère aujourd'hui , quelle que soit la longueur du texte à copier, en quelques "clics" :on ne copie plus pour mieux se souvenir, comme on le faisait autrefois.

Le commun des mortels continue d'écrire "à la main", et les "Bic" ont encore de beaux jours devant eux . Et, bien sûr, on sait lire ce qui est écrit-dessiné.

Mais la lisibilité des textes pianotés est bien plus grande ,l'écriture en est "personnelle" selon des critères supplémentaires..

L'énorme multiplicité et diversité des signes, codes, signaux, "illustrations", mises en page, "polices", etc...est souvent utilisée a minima, et l'écriture "personnelle" d'aujourd'hui devient rapidement pauvre et machinale. ...Les lectures de ces textes si variés reste souvent du niveau "déchiffrage" , avec de nombreux manques et erreurs :la vitesse a ses vices. La pauvreté de sens des SMS,  l'hermétisme de nombreux sigles, la difficulté de lecture correcte de tant d'étiquettes, de modes d'emploi, de règlements particuliers, etc...entraînent des accidents bien connus.

Les relations entre lire et écrire ont été bouleversées au cours du dernier siècle . On lit et écrit, quantitativement plus que jamais. Mais les lecteurs (et les "écriveurs")attentifs, capables d'observation fine, d'analyse quelque peu rigoureuse ,sont moins nombreux et exigeants aujourd'hui qu'hier. Vitesse et ampleur de diffusion priment.

Le "matériau" des lectures et écritures, la langue, bouge vite, aussi . On essaie de rester "in", et on perd hier et avant-hier , en lecture-écriture comme dans d'autres activités.. Des "formatages" dénoncés, mais aussi subis, voire "intégrés", appauvrissent  , paradoxalement, des activités que leur profusion et leur diversité rendent "riches" en apparence.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.