une génération indocile

Après "Le tiers instruit" (1991)et la multi-bigarrure des activités et discours de notre temps,je relis "Eclaircissements" de Michel Serres (entretiens avec Bruno Latour, 1992 ) et je reçois un choc.

A ma première lecture, cela ne m'avais pas frappé.Mais la mort de Michel Serres vient me rappeler que nous sommes de la même génération.: celle née "autour de 1930".

Dans des lieux différents, avec des familles différentes, nous avons tous deux vécu la guerre d'Espagne, le Blitzkrieg, l'Occupation, la Libération, Hiroshima...de guerre en guerre, de monceaux de cadavres à d'autres encore plus hauts... Entre les un peu plus vieux, qui y ont été acteurs de toute sorte...et nos cadets, pour lesquels il s'agit d'Histoire.

Et puis, de fil en aiguille, je me suis demandé en quoi un petit Béarnais devenu célèbre et un petit Parisien assez banal pouvaient se ressembler. Tous deux, nous avons étudié de côtés divers, et sommes devenus enseignants. "De côtés divers" : lui ,Ecole Navale, licence maths, puis ENS et agrégation de philosophie ; moi Ecole Normale d'Instituteurs, puis CAEA, puis prof EPS Ville de paris,  prof de judo, p^rof  d'Ecole >Normale d'Instituteurs de l'Essonne, puis prof à l'UFRAPS de ParisX Nanterre.. Deux parcours chaotiques, l'un prestigieux et "intellectuel de haut niveau"; l'autre  de pédago de base, promu par "concours internes", décrochés tout en continuant d'enseigner.

A la fois très pareils et très différents...Lui, éternel étudiant qui n'a cessé de questionner et critiquer avec talent ses études. Moi, éternel écolier-enseignant, et pratiquant de multiples activités (physiques, artistiques, enseignantes) ,et ne  cessant de questionner et critiquer ses pratiques., puis les "théoriser" quelque peu...

La même génération...des parcours très différents..et analogues par leur non-rectitude ...mais la même rage d'essayer de comprendre et expliquer.

Mon "frère" prestigieux nous a quittés. Avec mes petits moyens, et un auditoire restreint, il me faut m'efforcer de faire connaître sa pensée si humaine, si  talentueuse, si utile.

Lisez, faites lire Michel Serres...C'est souvent musant, souvent passionnant, parfois difficile...et nécessaire dans notre monde d'Arlequins à la fois ridicules, trompeurs et meurtriers.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.