Répéter les mêmes erreurs (bis)

Je viens d'accéder, via Google, au texte intégral de ce fameux PISA

Première remarque: c'est une usine à gaz. Des dizaines de pages serrées, où s'entassent des considérations de tout ordre. Je doute qu'un ministre de la Jeunesse, de l'Education Nationale et de la Recherche dispose du temps...et même dds compétences ,nécessaires pour lire cela avec le soin qu'exige l'importance du sujet..

Les apparatchiki ont dû passer des soirées.... Et tant mieux, étant donnée la somme et la diversité des difficultés à affronter. J'ai effectué une première lecture des trois pôles écrit, mathématiques, sciences., en focalisant sur la présentation des épreuves. Il s'ait, partout, d'écrit. Les élèves testés sont devant des textes, signes et figures à  "lire", une succession d'"items"(présentation, questions) auxquels ils doivent apporter des réponses écrites. Ces réponses peuvent être des "choix" parmi des réponses standard possibles (QCM), avec "cocher la bonne réponse", des interrogations, des demandes de rédaction .dun clommentaire, d'une opinion personnelle.

Les compétences vis-à-vis de l'écrit sont testées à propos :

-de lectures de textes fragmentaires ou suivis, de figures, schémas, gtaphiques de rypes couramme,t rencontrés dans les médias et les manuels scolaires

- de comparaisons entre textes fournis

-de réorganisation de textes fragmentés

- de rédaction de réponses verbales.

Cela couvre des capacités d'utilisation de la langue, des compétences de "lecture" de"figurations" multiples : dessins, diagrammes, matrices, schémas, figures, cartes,tableaux,formulaires, certificats, textes informatifs, narratifs, descriptifs, argumentatifs, de directives (injonctifs)

L'objectif est de tester ciq processus (ou "aspects"):

trouver une information ; comprendre globalement ; interpréter ,livrer des réflexions (sur les contenus; sur la forme)

remarques:

-"l'écrit", c'est l'ensemble de tous les "systèmes de symboles" qui figurent sur du papier (ou un mur, un panneau, etc...) On n'a pas ici un découpage par "matières", mais par "compétences"

- il s'agit autant de "savoir-faire" que de "savoirs". Ce ne sont pas des "transmissions de savoirs" qui sont testées.

_ j'ai peut-être  manqué les indications de durée des épreuves...qui doivent bien figurer. Je ne sais donc pas quells elles sont; ni si elles sont prescrites par item, par groupe d'items; par batterie complète .de tâches.

- la nière de formulr et présenter les tâches limine les difficultés de comparaison entre élèves de langues maternelles différentes. Et cela opuvre la possibilité d'enquête comparative sur des adolescents "bilingues", par retest après délai suffisant.

- il y a , bien sûr (mais c'était inévitable), des "horreurs". Un exemple:   "GRAFFITI" deux adolescentes finlandaises ont rédigé chacune  : leur opinion à propos de l'interdiction, ou de l'effacement, des "tags" sur les murs de leur Etablissement . Ces textes d'une dizaine de lignes ont, bien sûr, été traduits en français (par qui, comment? ).On demande aux élèves français de lire et "juger" ccs textes , et de rédiger leur jugement.

"en faisant abstraction de votre  propre opinion , dites quel est le meilleur de ces deux textes. Justifiez par référence au meilleur, ou aux deux0"

C'est à mon avis du charabia : donner son opinion "abstraction faite de son opinion". L'idée était : ce n'est pas votre opinion sur les graffiti qui doit guider votre réponse , mais la comparaison entre leurs deux réponses. Et "justifier par référence au meilleur texte...ou aux deux".Ici, on demande, je crois, d'analyser une réponse, et de déceler les écarts avec l'autre ; ou d'analyser les deux, et esquisser un jugement , en regard, d'une  réponse plus complète", plus "justifiée" qui combinerait les deux...

Toutes mes excuses: je viens de découvrir le document , et suis allé voir "les épreuves"...en passant pour l'instant sur ce que dit le document sur les objectifs poursuivis, les méthodes d'élaboration des épreuves, la part que divers pays ont prise à cette élaboration, et soumis un échantillon de leurs élèves aux épreuves ; la diversité des institutions scolaires dans ces pays ; les règles de choix des "échantillons représentatifs" 'nombre de participants, types et implantations des Etablissements , de la classe choisie parmi les "3èmes" ,démarches de dépouillement des résultats, etc...

Beaucoup d"éléments qui tous "pèsent" sur les résultats et les "classements" des pays participants ...et il en est d'autres... Un pays de 20 millions d'habitants, et un pays de 300 millions d'âmes,; un pays "riche" et un "en développement"; un pays de gouvernement  "autoritaire", et un pays "cool"...etc, etc...

-Asuivre....si vous voulez.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.