Ce "costard" qui vous parle

Réflexion personnelle sur "la guerre" que prétend aujourd'hui mener Emmanuel Macron contre un "ennemi invisible" dans un souci de cohésion et de leadership, tandis que l' ennemi idéologique ou social était hier visible et désigné (camp contre camp).

« Ce costard » qui vous parle :


L’ennemi de la guerre d’Emmanuel Macron est aujourd’hui « invisible » selon ses mots. Rien n’est plus simple et valorisant que de se désigner aujourd’hui un ennemi « invisible » dans cette « guerre » proclamée par le chef pour se donner le rôle de grand protecteur des intérêts de tout un pays , de ses valeurs entières et de la garantie de sa cohésion sociale.
Pourtant, Emmanuel Macron a toujours tenu un langage de guerre dans notre société. Mais l’ennemi d’hier n’était pas invisible, il était même désigné et jeté à la vindicte sociale, à la plus grande désapprobation, à la méfiance experte des détenteurs du langage et de la vérité fabriqués et servis en plateau. Accusé dans les médias dominants des dominés de l’inhumanité guerrière (les intellectuels autoproclamés ou proclamés par leurs pairs, les décisionnaires appliquants, les experts du soutien aux plus influents…) , l’ennemi visible désigné n’était pas dans le bon camp, ni sur le bon terrain.
Hier, Emmanuel Macron sermonnait ces/ses ennemis de la France : « jojo le gilet jaune », décérébré subversif privé même du droit à une identité légitime pour s’exprimer, « ceux qui déconnent » sur les aides publiques et coûtent « un pognon de dingue » à ses caisses, « les illettrées » qui travaillent à l’usine et n’ont même pas su « se payer un costard » grâce à la valeur travail, ces jeunes oisifs n’ayant pourtant qu’à « traverser la rue » et qui lui manquent de respect ,car avant de « faire une Révolution » il faudrait d’abord « avoir un diplôme » et savoir « se nourrir soi-même », les migrants , sous- espèces d’hommes n’ayant même pas réussi à atteindre la côte , les seuls repêchés par des « kwasa kwasa  qui pêchent peu…. ». 
Ces mots je ne les oublierai JAMAIS.
Qu’a -t-il donc tant réussi dans sa vie Emmanuel Macron pour nous parler avec tant de mépris et désigner les ratés et les profiteurs du mauvais côté ?
Celui qui prétend n’avoir pas d’idéologie n’en a qu’une : créer l’ennemi visible qui sert à protéger tous ses intérêts. Qui sera l’ennemi de demain ?
Cette guerre aujourd’hui, puisqu’il la veut sans cesse, n’est pas une guerre mais un test pour l’humanité, un test pour évaluer le prix et la valeur de notre humanité, coûte que coûte.
L’ennemi c’est l’idéologie d’Emmanuel Macron (et de tous ses pairs avant et avec lui) qui pense régner en maître de nos vies et de nos cerveaux comme en agent-comptable depuis des années.
Qui vous sauve la mise aujourd’hui  et demain? des « jojos », des « illettrées », des « déconneurs » ? ou des caissières, des livreurs, des ouvriers…..
Qui vous sauve la vie aujourd’hui et demain ? leurs « costards », leurs « réussites » ? ou les infirmières, les aides-soignants, les médecins…..
Qui s’occupe de vous ?
Les « riens » vous ont mis en alerte depuis des mois, des années, les « riens » ont manifesté, perdant des mois de leur salaire, de leurs vies, pour vous dire simplement que vous faisiez fausse route.
Qu’ont-ils récolté : la répression des forces de l’ordre et l’humiliation des forces de la communication.
Il faut que la honte et la force changent de camp.
C’est la seule guerre que j’accepterai de mener : vous combattre et combattre votre idéologie.
C’est pour tester mon humanité face à la vôtre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.