Gilles Berdugo
écologiste
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mai 2021

Doit-on devenir végétalien si on est écolo ?

Gilles Berdugo
écologiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le monde dans lequel nous vivons subit des transformations importantes sur de nombreux niveaux. Nous vivons non seulement une prise de conscience écologique, mais également une émergence sociale. Une partie du phénomène global est le fait que nous devenons de plus en plus conscients de l'impact de nos actions sur l'environnement, ce qui inclut également ce que nous mangeons, particulièrement lorsqu'il s'agit de viande et d'autres produits issus d'animaux. En 2018, les Nations Unies ont déclaré que la viande, plus encore que les transports et l'industrie, était devenue "le problème le plus urgent actuel dans le monde".

Pourquoi les produits issus animaux sont des aliments non friendly avec le climat

L'agriculture industrielle est responsable de plus de 50% de la pollution mondiale, des émissions de gaz à effet de serre ainsi que de la pénurie d'eau © Gilles Berdugo

La viande, la volaille, les œufs et les produits laitiers n'arrivent dans nos assiettes qu'après un long processus de traitement. L'agriculture industrielle est responsable de plus de 50% de la pollution mondiale, des émissions de gaz à effet de serre, et de la pénurie d'eau. Plus de 90% de la déforestation de l'Amazone est causée par l'agriculture pour nourrir les animaux. Ceci signifie que l'industrie de produits animaux possède une empreinte carbone importante sur notre planète. Par exemple, l'empreinte carbone d'un hamburger est la suivante :

  • L'irrigation afin de cultiver les productions agricoles destinées à nourrir les animaux.
  • Les émissions de CO2 issues de l'azote de fertilisants utilisés sur les cultures destinées à nourrir les animaux.
  • L'eau requise pour que les animaux puissent boire.
  • Les combustibles fossiles requis pour le processus de fabrication.
  • Les émissions de carbone suite à la transformation de forêts en zones de pâturage.
  • Le méthane libéré suite à la digestion et au fumier des animaux.

Pour 150 hamburgers consommés, environ 600 kilos d'émissions sont générés. Il en est de même pour les produits laitiers, voire même pire.

Pour chaque kilo de fromage produit, environ 14 kilos d'émissions de gaz à effet de serre sont générés. Les fruits de mer contribuent également grandement à la pollution mondiale en raison des flottes de pêche dépendantes des combustibles fossiles émettant 130 millions de tonnes de CO2 par an.

150 hamburgers = 600 kilos d'émissions © Gilles Berdugo

Le flexitarisme

Je me considère flexitarien car je suis un régime basé à 99% sur des plantes, mais si ma grand-mère me propose le gâteau aux carottes, qu'elle a préparé spécialement pour moi, je ne vais PAS m'empêcher d'en manger car il est composé de quelques œufs. En gros, j'essaie de ne pas être de ces végétaliens qui jugent ceux qui mangent de la viande, et ce n'est pas la fin du monde si je mange quelque chose qui n'est pas 100% végétalien. J'ai réussi à m'éloigner autant que possible de la viande et des produits laitiers depuis près de deux ans maintenant. Je m'assure d'acheter des produits non toxiques pour l'environnement, composés de produits animaux ou ayant été testés sur des animaux. Je recherche également des produits de source éthique, avec de préférence des produits locaux, et je m'assure que les employés ne sont pas exploités. Pour moi, ça n'est pas trop compliqué, je n'ai jamais vraiment été un fan de viande, j'ai mis sur le grill quelques Beyond Burgers (délicieux !), et il en est de même avec les produits laitiers. Même Ben & Jerry's font des glaces végétaliennes, elles sont excellentes !

Mais certains AIMENT la viande

Malheureusement ça n'est pas si simple pour un grand nombre de personnes. Nous avons été conditionnés à consommer de la viande et des produits laitiers, il est difficile de rompre ces habitudes. Selon votre goût, un régime végétalien peut être assez restrictif. Il est important faire attention de consommer suffisamment de nutriments comme la vitamine B12, la créatine, la vitamine D3 et autres.

Heureusement, de nombreuses options sont disponibles afin de préserver le système alimentaire dans les limites environnementales, comme réduire la consommation de produits animaux. Le magazine Nature a publié un article dans lequel il promeut le flexitarisme et réduit la consommation de viande, de volaille, de poissons, d'œufs et de produits laitiers à un repas par semaine pour aider à préserver l'environnement. C'est déjà mieux que rien non ? C'est bien plus réaliste et atteignable pour la plupart des gens, et plus de personnes mangeront moins de viande et de produits laitier, mieux c'est.

Un autre moyen de réduire l'impact de notre consommation sur la terre

Mis à part de fait de manger moins (ou pas) de produits animaux, un choix alimentaire quotidien peut être pris, affectant le réchauffement climatique et l'environnement.

Il existe de nombreux moyens réalistes d'apporter un impact positif par notre consommation, par exemple :

  • Réduire la quantité de nourriture jetée en prévoyant les repas et faisant du compost des déchets. Faire son compost maison réduit le besoin de fertilisants synthétiques.
  • Faire ses courses localement réduit l'empreinte carbone de nos repas.
  • Acheter des aliments organiques ayant poussé sans produits chimiques faisant l'utilisation d'eau durable.
  • Si vous mangez de la viande et des produits laitiers, choisissez des produits organiques, des animaux nourris dans les pâturages.
  • Ajoutez des légumes, des fruits et des graines à votre alimentation. Ceci réduira également vos risques de troubles du cœur, diabète et autres problèmes de santé.
  • Achetez des aliments frais. Les produits congelés sont énormément traités et chaque étape de traitement contribue à l'émission de carbone.

Le véganisme deviendra-t-il dominant ?

Le véganisme est déjà devenu courant dans de nombreux pays. De plus en plus de restaurants proposent des options végétariennes et de plus en plus d'entreprises d'alimentation créent des produits à base de plantes. Certains produits ressemblent tellement à de la viande que vous auriez du mal à faire la différence. S'agit-il d'une mode passagère ? Ou cela deviendra-t-il plus populaire encore que le régime omnivore ? Certains végétaliens pensent qu'au cours des deux prochaines décennies, les animaux comme les vaches et les poulets deviendront comme les autres animaux sauvages et ne seront plus considérés comme de la nourriture. Comme le cheval à l'époque considéré comme moyen de transport, redevenu aujourd'hui un animal. Ceux aimant manger de la viande peuvent en débattre, mais il existe une solution pour cela également ! Une augmentation importante de viande artificielle et de viande cultivée en laboratoire, qui commence à paraître, sentir et avoir le goût de la véritable viande. Faites vous plaisir et essayez le Beyond Burger ou le Impossible Burger, vous me remercierez plus tard !

Des conseils pour manger moins de produits animaux

Si vous êtes intéressés à changer votre façon de manger et aider l'environnement, voici quelques conseils :

Commencez par peu et amusez-vous – parlez à votre famille du "Lundi sans viande" et inventez des idées de repas amusantes.

Un changement simple – utilisez un grand champignon plutôt que du bœuf, et utilisez des haricots ou des lentilles plutôt que du bœuf dans un tacos ou un burrito.

Faire de la viande un accompagnement – changez vos repas pour que la viande ne soit pas le clou de la soirée. Par exemple, faites cuire une pomme de terre avec un peu de bacon ou un potiron au beurre de noisette et petit-pois curry (les petit-pois sont remplis de protéine) avec un peu de poulet.

Google est votre ami – si vous recherchez dans Google votre repas préféré et que vous ajoutez "vegan", vous trouverez des centaines de recettes sans viande.

Même si vous supprimez un repas de viande par semaine, vous ferez quelque chose de positif. Non seulement ça aidera la planète, mais également votre santé et votre bien-être pour un monde meilleur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel