L'abominable femme des neiges

Elle a une voix qui décoiffe et un accordéon qui déménage, elle vient d'Amsterdam et sévit à Montpellier. Elle se prénomme Jetty - prononcer "yéti" - et déclenche les avalanches en chantant la Java Blanche.       Photo : Laurent Pascal

Yeti en concertElle a une voix qui décoiffe et un accordéon qui déménage, elle vient d'Amsterdam et sévit à Montpellier. Elle se prénomme Jetty - prononcer "yéti" - et déclenche les avalanches en chantant la Java Blanche.

 

 

 

 

 

 

 

Photo : Laurent Pascal

Yeti en concert / La Java Blanche © Yeti

Mais elle sait aussi faire avec peu de choses de belles chansons douce-amères...

Yeti en concert / Bric-à-brac © Yeti

 

... ou servir au public incrédule d'un bar de Tulle une version déjantée de Those where the days, que ne désavouerait pas Nina Hagen (vers la 9ème minute de cette vidéo).
"Fréhel punk sur swing mutant" selon le site des artistes autoproduits et des labels indépendants indiz.fr qui diffuse ses albums, Yeti a bien d'autres cordes à son arc et de solides complices avec Samuel Hubert (contrebasse), François Fava (saxophones et flûtes) et Luc Pailler (batterie et percussions). Et l'on peut même avoir le plaisir rare de l'entendre chanter en néerlandais... mais pour ça, il faut acheter son dernier album, Tapisserie !
Plus de Yeti ? C'est là, en son et en images : http://lecrideyeti.free.fr/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.