Black-out sur le Net en France

 Dans quelques jours, l'Assemblée Nationale va examiner la si mal nommée loi "Création et Internet". De création, il ne sera nulle part question. Mais bien plutôt du déploiement d'une arsenal de mesures techniques aussi coûteuses et inefficaces que dangereuses, sous prétexte de limiter l'échange non autorisé d'oeuvres numériques.

Quadrature_black-out_HADOPI_468x60px.gif

 

Dans quelques jours, l'Assemblée Nationale va examiner la si mal nommée loi "Création et Internet". De création, il ne sera nulle part question. Mais bien plutôt du déploiement d'une arsenal de mesures techniques aussi coûteuses et inefficaces que dangereuses, sous prétexte de limiter l'échange non autorisé d'oeuvres numériques.

 

Taillée sur mesure pour complaire aux grands groupes de distribution de musique et de films, cette loi a pour fer de lance la déjà fameuse "riposte graduée" devant aboutir à la coupure d'accès Internet aux "pirates" récidivistes. On ne reviendra pas ici sur le caractère injuste et disproportionné de cette sanction, rejetée dans son principe par de nombreux pays et par le Parlement Européen. Ni sur les dangers pour les libertés publiques et la vie privée que constituent les mesures proposées. Ni sur les solutions alternatives, exposées notamment sur Mediapart, mais auxquelles font farouchement obstacle les lobbyistes, très présents au Parlement, d'un modèle économique dépassé.

 

Un petit film réalisé par Kassandre production résume bien les enjeux de cette loi. De son côté, la Quadrature du Net a constitué un solide dossier (42 pages, .pdf 2,2 Mo) et sa synthèse en 2 pages, éclairant de façon exhaustive les recoins obscurs de cette loi qu'on essaie de nous vendre comme frappée au coin du bon sens. Enfin, la branche française de l'Internet Society a simulé pour nous les premiers mois de la mise en oeuvre de la loi HADOPI dans une fiction aussi sinistre qu'éclairante.

 

Alors tout serait dit et les jeux déjà faits ? Mais non, ceux qui nous gouvernent ne cessent de faire preuve de "créativité" en matière d'Internet, et avant même que la loi HADOPI soit votée, la ministre de la culture et de la communication s'engage déjà joyeusement sur la voie d'un Internet à la chinoise, avec filtrage et "liste blanche" des sites autorisés par le pouvoir. Voici ce que déclarait Christine Albanel le 17 février dernier devant la commission des loi de l'Assemblée nationale :

"... bien entendu, on ne va pas suspendre l’accès internet d’une commune, d’une université, d’une entreprise, mais il y a d’autres possibilités c'est-à-dire que la haute autorité pourra enjoindre à la collectivité en question de prendre des mesures préventives pour éviter l’utilisation des bornes wifi sans aucun frein ».

Et par exemple :

"...la mise en place d’un portail blanc, c'est-à-dire au fond la possibilité que les bornes ne permettent l’accès qu’à un nombre déterminé de sites de façon à ce qu’elles ne puissent pas a priori servir à pirater et cette liste pourrait être établie en concertation avec toutes les parties de façon à ce qu’elles puissent permettre de répondre aux besoins de la vie quotidienne, sans qu’elle puisse servir de base de lancement du piratage, en quelque sorte. Voilà. »

 

Et voilà. Il n'y a plus qu'un petit pas à franchir avant que les particuliers ne se voient imposer les mêmes mesures, sous prétexte de les mettre à l'abri du piratage de leur connexion wifi. Black-out sur le Net en France...

 

Il y a donc urgence à réagir. La Quadrature du Net propose pour cela quelques outils :

- la jolie bannière, sous différentes formes, qui illustre ce billet ;

- écrire ou téléphoner à votre député, et suivre à la trace et publiquement ses prises de position sur le sujet ; un bel outil a été mis en place pour cela, il s'appelle "mémoire politique", et pourrait d'ailleurs être utilement recyclé dans d'autres domaines ;

- contribuer à la collecte et à la publication des prises de positions des différents acteurs concernés.

 

Et pour vous détendre un peu - ou vous inquiéter pour l'avenir, selon votre tempérament - vous pouvez enfin savourer et faire connaître le bêtisier vidéo des supporter de la loi HADOPI, mais aussi les répliques de ceux qui la combattent, c'est dans le Mediakit. Bonne soirée !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.