2022 c'est loin...

Les neiges printanières fondent, les oiseaux profitent gaiement de leur dernier weekend de calme, les pâturages semblent d’un vert plus cru ce printemps, le ciel plus pur, la nature respire mieux…

Il est 17 h 00 et une fois de plus par cette belle journée ensoleillée, j’allume mon ordinateur portable. Une fois de plus, je vais écrire quelques lignes pour exprimer, je ne sais à qui, mes idées, mes convictions, mes opinions.
Est-ce utile ? Est-ce nécessaire ? Qui lira ma publication du jour ? Peu m’importe, c’est décidé je vais pianoter sur le clavier de mon ordinateur car 2022 c’est loin…

Oui, faudrait-il que j’attende « sagement » les prochaines élections présidentielles, pour m’exprimer par l’intermédiaire de deux bulletins de vote ? Au premier tour, pour donner ma voix de citoyen à mon (ma) candidat (e) « préféré(ée) » ? Le second pour écarter à tout prix l’un des qualifiés ?

Quel intérêt démocratique ? Est-ce suffisant d’entendre : « a voté » tous les cinq ans ? Je ne le pense pas et ce quinquennat réveille en moi, malgré mes 57 ans, une fougue, une soif de véritable démocratie, dans laquelle je pourrais, à mon simple niveau de citoyen, faire changer le cours des choses dans un laps de temps plus court.

Le débat politique va-t-il devenir plus qualitatif, plus mature en quelque sorte ?
A deux jours de la réouverture des écoles, j’aspire à ce que la classe politique nationale entre enfin en « grande section », soit plus sérieuse…

Depuis de trop nombreuses années, le spectacle que les politiques m’offrent, ce grand barnum électoral, ce grand show cathodique n’est pas au niveau de mes attentes de citoyen.
Suis-je le seul ? Sûrement pas, l’abstention forte n’en est que le reflet. Je suis comme épuisé, désappointé par le bas niveau qualitatif des débats politiques proposés.

Certes, le «macronisme» ne me convient pas, je n’ai pas confiance en «mon» Président, mais les opposants actuels me donnent-ils de l’espoir à avoir dans les mois à venir, dans les années futures une France davantage humaniste, davantage apaisée ?
Ai-je actuellement sur cette scène politico-médiatique, une femme ou un homme politique, qui incarnerait mes aspirations ?
Je recherche depuis plusieurs présidentielles cette femme, cet homme.

Non, je dois être réaliste, je n’en vois pas !

2022 c’est loin...

Gilles Lapierre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.