Le Festival est ouvert

Mon roadster ronronne tel un gros frelon, normal c’est un 900 Hornet !

J’enfourche ma moto, je baisse la visière de mon casque, enclenche la première avec le sélecteur et tourne la poignée…

Voyage virtuel direction Cannes, pour le célèbre Festival qui devait se tenir du 12 au 23 mai 2020.

Pour descendre de mes montagnes vers la Côte d’Azur, j’ai préparé un parcours qui sent bon les vacances. 507 km de belles routes en moto…

Allez, c’est parti : Annecy, Aix-les-Bains, Chambéry, Grenoble, Gap, Sisteron, Digne-les-Bains, Castellane, Grasse et Cannes. Quel beau voyage, un peu fatigué mais heureux de revoir la grande bleue.

A peine arrivé, je retire ma tenue de motard, cours et plonge tête première dans la mer Méditerranée…
Je ressors, me sèche, passe rapidement à l’hôtel pour me changer. Vite, je vais être en retard pour l’ouverture du Festival, pour la montée des marches…

Ouf, ça y est je suis en place à l’intérieur du Palais des Festivals, bien assis dans mon fauteuil de couleur rouge. La 73ème édition peut commencer…

Plusieurs films sont en compétition cette année, hélas pas que des fictions :

  • Gestion calamiteuse d’une crise sanitaire
  • Un désastre prévisible
  • Morts par milliers
  • On manque de tout
  • Mensonge(s)
  • Les masques sont inutiles
  • Impréparation, improvisation, incohérence et incompétence

Lequel recevra la palme d'or ?

Le prix du meilleur acteur pourrait, dit-on, revenir à quelqu'un de très connu. Mince ! J’ai son nom sur le bout de la langue. Aidez-moi, ses initiales sont E et M.

La projection commence…

Très bon Festival à toutes et tous.
The show must go on ! (Oui, dans mon voyage imaginaire, comme sur la Croisette, on parle anglais aussi.)

Gilles Lapierre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.