gilles.sainati
juriste ayant pour devise Liberté, Egalité, Fraternité,
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 juil. 2011

gilles.sainati
juriste ayant pour devise Liberté, Egalité, Fraternité,
Abonné·e de Mediapart

France été 2011, le démantèlement d'une justice démocratique se poursuit

Il sera utile de revenir en profondeur sur le rapport de la Cour des comptes publié en juillet 2011, qui inflige un diagnostic sans fard à notre premier flic de France, devenu Président de la République. Ce rapport argumenté non seulement confirme les craintes que l'on peut exprimer depuis au moins 2002: la politique mise en oeuvre est un fiasco total, mais surtout ce rapport anéantit l'organigramme savamment dosé par N Sarkozy en matière de recherches et d'études des phénomènes de délinquance.

gilles.sainati
juriste ayant pour devise Liberté, Egalité, Fraternité,
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il sera utile de revenir en profondeur sur le rapport de la Cour des comptes publié en juillet 2011, qui inflige un diagnostic sans fard à notre premier flic de France, devenu Président de la République. Ce rapport argumenté non seulement confirme les craintes que l'on peut exprimer depuis au moins 2002: la politique mise en oeuvre est un fiasco total, mais surtout ce rapport anéantit l'organigramme savamment dosé par N Sarkozy en matière de recherches et d'études des phénomènes de délinquance. Il est vrai que fondre toute la recherche en ce domaine sous un pôle unique sous la férule du ministère de l'intérieur, cela fait penser plutôt à une organisation de type soviétique avec sa nomenklatura :les expert auto proclamés qui nous bassinent sur TF1 et consorts depuis au moins dix ans sur les chiffres de l'insécurité...

Mais ce serait avoir le triomphe facile, alors que sous les divers coups de boutoirs législatifs et bricolages de dernières minutes la Justice continue de se décomposer totalement tant à la fois au niveau des notions fondamentales que dans la pratique quotidienne.

Une Justice quotidienne vouée à l'archipel du Goulag

Ce sous titre peut paraître fort, nous ne sommes pas en Russie soviétique me direz vous. !!!!..

Lorsque l'on reprend un extrait de présentation de l'Archipel du Goulag, qu'y lit on ? par exemple sur Wikipedia : " Les récits détaillés de L'Archipel du Goulag évoquent les incarcérations des " ennemis du peuple", des prostituées, des criminels, de simples citoyens raflés pour répandre la terreur et l'obéissance aveugle devant le nouveau pouvoir. Soljenitsyne décrit des procès bâclés et joués d'avance, le transport des prisonniers,....."

Cela s'appelle en France : Loi sur la sécurité quotidienne, sécurité intérieure, pénalisation des catégories les plus précaires de la population etc..

Le Rapport Ciotti nous explique qu'il faudrait créer encore 20 000 places de prison et va même jusqu'à proposer " des structures pénitentiaires légères , en utilisant d'anciennes emprises militaires, en louant des immeubles privés, en utilisant des structures modulaires légères ".

La prison est devenu l'avenir....

Dans la Russie, cette situation s'expliquait aussi par une totale disparition de toute autonomie judiciaire, ne parlons pas de pouvoir judiciaire.... Le juge le plus courageux ( ou suicidaire ) ne pouvait effectuer un contrôle réel sur les procédures qui lui étaient soumises....

Depuis cet été , en France l'on fera mieux , l'on supprime tout contrôle par les juges du siège du contentieux pénal par le biais de ce que les technocrates nomment la troisième voie ( procédurale): Composition pénale, Reconnaissance Préalable de Culpabilité ...C'est globalement le procureur qui poursuit et juge et établit un barème pénal automatique. Cette procédure est abusivement appelée "le plaider coupable à la française".!!!!

Mais mieux encore: un loi dénommée " répartition des contentieux et allégement de certaines procédures juridictionnelles" aboutit ni plus ni moins a transférer au moins 80 % du contentieux pénal vers des procédures non contradictoires :

- l'ordonnance pénale . Il est ainsi précisé " Le procureur de la République peut décider de recourir à la procédure simplifiée de l'ordonnance pénale pour les délits mentionnés au II lorsqu'il résulte de l'enquête de police judiciaire que les faits reprochés au prévenu sont simples et établis, que les renseignements concernant la personnalité de celui-ci, et notamment ses charges et ses ressources, sont suffisants pour permettre la détermination de la peine, qu'il n'apparaît pas nécessaire, compte tenu de la faible gravité des faits, de prononcer une peine d'emprisonnement ou une peine d'amende d'un montant supérieur à celui fixé par l'article 495-1 du code de procédure pénale". Il s'agit de traiter la quasi totalité des affaires qui ressortent actuellement d'une audience correctionnelle à juge unique...

- La comparution sur Reconnaissance Préalable de Culpabilité est dorénavant généralisée et pourra même intervenir à la suite du traitement de l'affaire par un juge d'instruction....Seules échapperont à cette procédure , les violences volontaires, menaces agressions sexuelles, les délits en matière de presse ou commis par les mineurs, les homicides involontaires ...

Il n'y a donc plus de contrôle du juge du siège ( ni de débat contradictoire avec l'avocat)...Et pour les procédures qui auraient échappées à ce nouvel ordre pénal, il est conseillé aux juges d'opérer par visio conférence... Le délinquant reste en prison c'est plus simple, il est entendu de loin en loin, figure cryptée et impersonnelle de la culpabilité ....

Les pauvres n'ont qu'à bien se tenir...Ils passeront à la moulinette, et puis ces condamnations seront inscrits comme premier terme pour l'application des peines planchers....Ah l'automaticité c'est beau !!!!

Quant aux mineurs , les dispositifs pénaux des majeurs leurs sont appliqués. et les tribunaux pour enfants sont supprimés au profit de tribunaux correctionnels !!!

Des juges du siège transformés en alibi

Il a été exposé les dangers de cette loi intitulée " droits et protection des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques et aux modalités de prise en charge "( http://www.collectifpsychiatrie.fr/). Ce texte est dorénavant applicable au 1 août 2011 et tous les patients en psychiatrie pour des séjours de plus de 15 jours devront être présentés devant le juge des libertés et de la détention, ce dans un délai préfixe de 15 jours. Ce juge ( dont on n'a pas accru le nombre évidemment) devra statuer au vu de trois certificats médicaux de psychiatres.... A-t-il la qualité pour contester ces certificats médicaux? Il devra se débrouiller sans pouvoir d'ailleurs en pratique ordonner une expertise. Certains juges ne verront même pas le patient en face à face mais derrière un écran numérique .... Ce sera donc un contrôle formel qui sera organisé, alors que la loi prévoit, entre autre, la généralisation des soins psychiatriques sans consentement .

Enfin le vote de la loi sur la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale et la justice des mineurs vient clôturer cette défiance vis du professionnel et du juge : deux citoyens en plus dans ce qui restera d'audience correctionnelle et lors de l'audience du Tribunal de l'Application des Peines, création d'une petite Cour d'Assises avec non pas 9 citoyens jurés mais plus que deux citoyens en service civique ....

Certes les juges professionnels resteront majoritaires mais pourquoi alors cette réforme votée en urgence absolue?

La victoire du bon vouloir du prince

Les possibilités de choix procéduraux d'un parquet hiérarchiquement dépendant de l'Exécutif deviennent énormes. Suivant le choix de la qualification pénale, l'oubli ou pas de certaines circonstances aggravantes il pourra choisir pour des mêmes faits:

- l'ordonnance pénale

- la composition pénale

- La Reconnaissance Préalable de culpabilité

- la correctionnelle soit sur citation directe soit sur comparution immédiate ( anciens flagrants délits)

- la petite Cour d'Assise

- La grande Cour d'Assise

Bref cette multiplication procédurale est non seulement illisible mais ouvre tout droit sur l'arbitraire. qu'il soit politique ou ressorte d'un pouvoir élu qui aurait décidé de mener une politique ouvertement discriminatoire...

Il faudrait encore parler des réformes structurelles de l'Etat en cours sous la pression de la RGPP qui via l'implantation d'un système informatique ( Chorus) vont modifier toute la structure organisationnelle des tribunaux et les fondre dans 9 plate-formes inter-directionnelles où seront mélangés les engagement budgétaires des juridictions avec ceux de la Protection Judiciaire de la Jeunesse ( ce qu'il en reste) et de la pénitentiaire. Cette réorganisation supprimera l'autonomie de la majorité des Cours d'Appel, rigidifiant la structure hiérarchique au profit de la Chancellerie. Les pouvoirs de l'exécutif pourraient s'étendre demain sur la dotation budgétaire d'un tribunal en matière de frais de justice...ce qui signera la fin de l'indépendance judiciaire en terme de choix des investigations..( On oblige à l'abandon des investigations trop chères au pénal, supprime les enquêtes sociales au civil etc ...Tout cela sous prétexte d'économies .).

La justice, de plus en plus attribut du pouvoir exécutif, devient le royaume des procédures expéditives.....Ce n'est pas la Russie soviétique mais tout est prêt pour un régime à la hongroise... ( cf Le Monde du dimanche lundi 18 juillet ).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement