Le management de la tarte à la rhubarbe

Comment réagir face à la correction d'anomalie ?

Messagerie Signal, 14h30 : "Au secours, plus d'électricité à Lissac depuis ce matin ! 3 camionnettes EDF depuis ce matin, et ils ne trouvent tjs pas comment mettre le fil rouge sur le bouton rouge et le fil bleu sur le bouton bleu :'( !"

19h : "Electricité tjs pas rétablie. Adieu mes fruits/viandes congelées, et bienvenue la soirée dans l'obscurité alors que j'ai des invités... EDF Emm**des De France !"

20h, une amie commune : "Les employés d'EDF font un difficile travail, ils interviennent au plus vite. Tu pourras leur offrir une part de tarte à la rhubarbe quand ils auront rétabli la situation."

10h le lendemain : "Electricité toujours pas rétabli, mes produits congelés fichus, je ne pense pas leur offrir une part de tarte !"

...

Eternel dilemne du donneur d'ordre : votre prestataire vous a livré un site internet, il bugge, il répare vite > remercier de l'intervention rapide ou s'indigner de la présence de bug ?

Dans ma vie de chef de projet web, j'ai souvent vu des clients remercier chaudement le devops qui venait de réparer une anomalie, sans se soucier de remonter à l'origine de l'anomalie. Dans ce cas précis, leur attitude était certainement contre-productive. Elle encourageait le devops à ne pas re-penser de fond en combre l'architecture productrice de bugs. A chaque anomalie, il apparaissait comme le sauveur qui rétablissait les choses. 

La bonne attitude est forcément entre les deux : remercier/encourager le prestataire qui est intervenu pour réparer l'anomalie, mais ne pas oublier de demander des comptes sur l'origine de l'anomalie. Au bout d'une certaine fréquence d'anomalies, la réparation au coup par coup n'est plus acceptable. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.