Transformation de la France, l’opinion patine

La gauche déprime, mais la “Transformation” n’est pas plus enthousiaste. NO COM, agence de COM, commande des enquêtes à l’IFOP sur la «transformation de la France» (pour le JDD et Lagardère). Le commentaire est une NovLangue à fatiguer un soviétologue, mais les chiffres sont intéressants : «la “Transformation” est “en marche”, mais en attente d’un récit».

http://www.ifop.com/media/poll/3926-1-study_file.pdf

L’IFOP est un institut d’opinion sérieux, dont le profit tient à l’objectivité de ses résultats, malgré l’orientation de la commande ou le commentaire journalistique. Le complotisme à l’égard des sondages, qui se réclame parfois de la critique sociologique, se trompe de cible. L’intérêt d’un sondeur est d’être exact. Ainsi, les enquêtes politiques ne sont pas payées cher, c’est un produit vendu à perte pour attirer d’autres commandes, pourvu que le résultat d’une élection soit bien prévu. Par contre, il ne faut jamais lire un sondage dans le journal, mais directement chez le sondeur. Il a en effet obligation de publier la note technique (échantillon, marges…), quasiment le même copié/collé en début de chaque document, mais la suite est très intéressante. Beaucoup de chiffres et de graphiques ne sont pas retenus par les journalistes, redondants, inintéressants, mais aussi, parce qu’ils n’entrent pas dans l’histoire voulue pour l’audience visée. Avec un peu d’astuce, et pas d’argent, un citoyen accède ainsi à une information de première main sur son pays, pourvu qu’il ait aiguisé son regard en coin. La Transformation ment, mais elle ne nous fait pas taire, elle parie que nous ne serons pas entendus, parce que nous serons ennuyeux. Mais il y a un plaisir bien plus fort que d’être rassuré, ou confirmé, c’est de comprendre par soi-même. J’espère que ce billet donnera envie d’aller lire les notes techniques de sondages, sur le site de l’institut, pour se faire un avis imprévu. La liberté de penser est d’abord le travail de se faire une idée.

IFOP, 2017-12-06, tableau de bord de la transformation de la France, un débat qui s’use. © IFOP IFOP, 2017-12-06, tableau de bord de la transformation de la France, un débat qui s’use. © IFOP

Le JDD a payé pour ce graphique, disponible sur le site de l’IFOP, il ne l’a pas publié dans son article du 9 décembre 2017. «Lorsque vous entendez parler de la transformation de la France, quels sont les mots qui traduisent le mieux votre état d’esprit ?». Si on m’avait demandé, j’aurais été très créatif : ectoplasmes, imposteurs, négriers, zouaves, ou peut-être plutôt : bachi-bouzouks. Mon opinion aurait eu peu de poids car tous les sondés n’ayant pas les mêmes références, la population se serait éparpillée sur un vocabulaire trop large pour dégager des tendances. La liste de mots était close, mais étrangement, le commanditaire a accepté de laisser des mots négatifs. Nous sommes peut-être en régime oligarchique, mais encore en état de bon sens. Les résultats sont clairs, les français se foutent de la transformation de la France, ils n’y croient pas plus qu’à une enquête sur le réchauffement de la planète, ou sur le lait en poudre pour bébés. En mai, 30% d’on ne sait qui avait de l’espoir, un effet du printemps ; mais en novembre, il ne reste plus qu’un cinquième de réchauffés. Beaucoup plus étrange, les gens seraient inquiets. Mais qu’ils se taisent ! La peur est infinie et rien ne rassure, sauf la mort. Ne laissez pas vos peurs aux pouvoirs, ils s’en nourrissent pour n’en rien faire. Chers concitoyens, ne craignez rien, Riez ! Par contre, contrairement à la couleur rouge qui inquiète le commanditaire du sondage, je suis rassuré que les français gardent des vertus intellectuelles cardinales : méfiance, scepticisme, lassitude, et incompréhension. Le mauvais esprit est indispensable à la santé mentale.

 

IFOP, 2017-12-06, tableau de bord de la transformation de la France, réformes critiques © IFOP IFOP, 2017-12-06, tableau de bord de la transformation de la France, réformes critiques © IFOP

La Réforme patine. La Transformation dresse la statue du travailleur de l’Avenir, non pas armé d’une faucille ou d’un marteau, mais d’un télécran tactile ! La Transformation est une smart électrique à pneus lisses. Sortie de sa capitale, elle accélère dans la boue du réel, et ça fait zoiiing, zoiiing, en crachant la gadoue à la figure de ceux qui restent derrière. Lagardère peut bien offrir quelques sondages à la Transformation, il a déjà été payé de 2 milliards en 2013, par un certain secrétaire général adjoint de l'Elysée d’alors. «La Transformation est En Marche, mais en attente d’un récit». Par chance, NO COM vend justement «des récits qui transforment». La Transformation est enfermée dans un cercle idéologique d’autopreuve, elle ne voit du réel que ce qui la confirme, elle sait qu’elle a tort et sera le ridicule de l’histoire, comme Andropov, ou Tchernenko, alors elle se console en volant l’argent, qui ne vaudra bientôt plus rien. La gauche peut se rassurer, elle, elle imprime. Impôt sur la fortune, emplois aidés, code du travail ; les sujets sur lesquels elle s’est mobilisée ont été compris. Réforme des universités, taxe d’habitation, baisse des impôts pour les entreprises, il faut encore expliquer, mais globalement, les gens voient bien. Et de droite, et pas de gauche ! 

IFOP, 2017-12-06, tableau de bord de la transformation de la France, et de droite, et pas de gauche © IFOP IFOP, 2017-12-06, tableau de bord de la transformation de la France, et de droite, et pas de gauche © IFOP

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.