La Coupe dévisse.

Quand bien même la prestation des 4 joueurs français de la finale de la Coupe Davis 2017 ait été d'un assez bon niveau, et la victoire de l'équipe de France méritée, il faut relativiser cette performance et se poser des questions sur le niveau réel de ce résultat, mais aussi sur l'avenir de cette compétition, qui ne semble plus motiver les meilleurs joueurs et les sponsors.

Concernant cette finale de la Coupe Davis 2017, si elle a été marquée par trois journées de suspens quant au résultat global du match,  il faut toutefois relativiser la performance de l'équipe de France en 2017, avec ou sans Noah, compte tenu de l'adversité rencontrée, et, hormis le double du samedi, du déséquilibre des forces constaté pour les quatre rencontres de simple. 

Nonobstant les combats physiques, techniques et psychologiques qui ont été remarquables pour les premiers sets des deux matches joués par David Goffin contre Lucas Pouille (7/5) le vendredi, puis Jo-Wilfried Tsonga le dimanche (7/6), le l'aspect émotionnel des quatre simples a été d'un niveau assez bas.

Par contre, le double du samedi, qui aurait d'ailleurs pu basculer au 3ème set en faveur des belges, a été assez prenant, même si le niveau technique a été moyen. Mais ce double a donc été décisif pour l'équipe de France, et la prise de risque de Yannick Noah, qui a préféré Richard Gasquet, en association avec Pierre-Hugues Herbert, à Nicolas Mahut (qui en veut sans doute à Yannick Noah...), semble avoir été judicieux. Ceci malgré l'émotivité chronique de PHH notamment en seconde balle, compensée par une certaine stabilité, pour ce match, de Richard Gasquet.

Mais il faut quand même relativiser la portée de cette victoire à la Pyrrhus (malheureux Steve Darcis !) de l'équipe de France.

Rappelons, pour celle-ci, le parcours de la Coupe Davis 2017 : 

- 1er tour. France - Japon :  absence de Ken Nishikori, 5ème mondial à l'époque. Le numéro 1 de l'équipe japonaise présentée lors de ce 1er tour  est Nishioka, actuel 136ème mondial ATP à ce jour. Victoire France 4-1. 

- 1/4 de finale : France - Grande-Bretagne : absence de Andy Murray, 1er à l'ATP à l'époque. Le numéro 1 de l'équipe de GB est Kyle Edmund, 50ème mondial ATP à ce jour. Victoire France 4-1. 

- 1/2 finale : France -Serbie : absence de Novak Djokovic, ex- récent n° 1 mondial. Le numéro 1 de l'équipe de Serbie est Lajovic, actuel 75ème mondial ATP à ce jour. Victoire France 4-2. 

La finale : vous avez vu les données : Goffin, n° 7 mondial ATP actuel, a surclassé nos joueurs en simple, son coéquipier, le vétéran Steve Darcis, étant blessé et n° 77 ATP à ce jour.

Tout s'est donc joué le samedi au niveau du double. 

Donc, l'équipe de France, même si l'esprit d'équipe apparent et le niveau de jeu des quatre joueurs n'est pas en cause, loin de là (tous les 4 très bons), a eu cette année une réussite insolente.

Quant à Yannick Noah, même s'il semble avoir fait preuve de clairvoyance au niveau du choix de ses joueurs en simple et en double, son impact sur le banc semble, si on en croit les images télé aux changements de côté, avoir été a la marge, contrairement au coach belge. Mais ce n'est peut-être qu'une question de style... Mais il paraissait vraiment "laisser la bride sur le cou" de ses joueurs, sans vraiment les conseiller lorsqu'ils étaient en difficulté. En tous cas, l'émotion et la sensibilité, pour Yannick, semblent toujours présentes....

Mais bravo à l'équipe de France, au moins ils semblent qu'ils aient toujours, eux, l'esprit Coupe Davis. Quant à Yannick Noah, je pense qu'il a de la chance ou du flair, mais, à son crédit, disons qu'il a su composer une équipe de bon niveau, notamment dans la formule du double (même si Mahut semble "avoir les boules"....) Gasquet - Herbert.

Pour mémoire, classement ATP actuel des français : Tsonga 15, Pouille 18, Gasquet 31 et Herbert 81 (ce dernier sans doute n° 4 ou 5 en double, comme Mahut).

Nota : la densité du nombre de joueurs français dans les vingt premiers mondiaux ATP a toujours été une force depuis 6 ou 7 ans. Jusqu'à 5 joueurs entre n°5 et n°20 mondiaux.

 

Il est certain que les dernières victoires passées de l'équipe de France (1991, 1996, 2001) avaient plus de valeur compte tenu de l'adversité de l'époque, notamment contre les USA..

Notons que les absences évoquées plus haut (Nishikori, Murray, Djokovic, et probablement d'autres - Nadal, Federer - hors du tableau de la France, traduisent aussi le désintérêt actuel des meilleurs joueurs du monde pour cette compétition. C'est dommage, mais c'est comme cela... Dollars et sponsors obligent.

On peut d'ailleurs se poser la question, à la lumière de ces désaffections, de la pérennité de la Coupe Davis sous cette forme et avec ce calendrier intercalé entre les principaux tournois, avec une finale en extrême fin de saison, après le Masters.

Une évolution à court-moyen terme semble inexorable, avec peut-être un championnat du monde par équipes concentré sur une ou deux semaines à une période creuse (en reste t'il ?) du calendrier ?

A suivre... En 2018, il y a les J.O. aussi...

 

 

 

 

 

Jeu, set et match.

 

A voir en 2018...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.