mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Plus que quelques jours pour profiter notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart sam. 27 août 2016 27/8/2016 Édition du matin

Méthode Coué

 En ce moment, ils essaient de relancer la bonne vielle méthode Coué. Expliquer aux gens qu’il suffit de se convaincre soi-même pour y croire. Et que l’auto-suggestion, qu’on le veuille ou non, il n’y a que ça de bon. Que ça peut empêcher de sombrer et de n’avoir plus aucun espoir en l’humanité. Qu’il n’y a que ça de vrai. Alors je m’y essaie.  A l’heure où l’on exécute un présumé innocent, jugé coupable certes, mais après la rétraction de 7 témoins sur 9 et en l’absence de preuves matérielles, la méthode Coué, je ne vois plus autre chose.

 

 © GdS © GdS
En ce moment, ils essaient de relancer la bonne vielle méthode Coué. Expliquer aux gens qu’il suffit de se convaincre soi-même pour y croire. Et que l’auto-suggestion, qu’on le veuille ou non, il n’y a que ça de bon. Que ça peut empêcher de sombrer et de n’avoir plus aucun espoir en l’humanité. Qu’il n’y a que ça de vrai. Alors je m’y essaie.

 

A l’heure où l’on exécute un présumé innocent, jugé coupable certes, mais après la rétraction de 7 témoins sur 9 et en l’absence de preuves matérielles, la méthode Coué, je ne vois plus autre chose.

A l’heure où on dérembourse presque tous les médicaments et qu’en même temps on augmente la TVA sur les mutuelles.

A l’heure où l’on en vient à prétendre repousser encore l’âge de la retraite alors que tous les jeunes et les plus de 55 ans pointent déjà à Pôle Emploi.

Alors qu’en plus on en vient à prendre pour modèle l’Allemagne, alors que les Allemands, certes, partent plus tard à taux plein… mais n’ont que 35 ans de cotisations pour avoir le droit d’y prétendre.

A l’heure où l’on organise des combats de gosses, comme de chiens, à la fois « pour les occuper et qu’ils ne traînent pas dans les rues » et aussi pour se faire un peu-beaucoup d’argent sur leur dos, comme s’ils étaient un nouveau PMU.

 © GdS © GdS
A l’heure où le bouclier fiscal a été prolongé d’un an avant application mais où toutes les autres mesures, pesant sur les plus modestes, sont appliquables immédiatement.

A l’heure où les vieillards se font piller au su et au vu de tout le monde, pouvoirs publics compris, mais où l’on prétend la bouche en cœur que l’on se préoccupe du grand âge.

A l’heure où l’on continue de se prétendre exemplaire alors qu’on a été pris plein de fois les doigts dans tous les pots de confitures qui ont été rangées sur l’étagère du haut de tant de placards pendant des années.

A l’heure où l’on prête assistance aux peuples dont les sous-sols recèlent des richesses et où l’on laisse crever les autres, la gueule ouverte.

A l’heure où l’on considère que les Roms ne sont pas des Européens comme les autres et que eux, on a le droit le les reconduire à la frontière.

A l’heure où des salarié/es de grandes chaînes alimentaires se font licencier pour avoir pioché dans les bennes à ordures où étaient jetées les denrées censées être périmées.

A l’heure où l’on fait cadeau sur cadeau aux banquiers et aux grands patrons mais où les gens sont de plus en plus nombreux à être sous le seuil de pauvreté.

A l’heure où l’on divise par trois ou quatre les subventions aux associations d’aide aux plus démunis sans avoir même commencé à imaginer un plan B.

A l’heure où l’hiver ne va plus tarder et la liste des morts de la rue s’allonger et s’accélérer.

A l’heure où les patrons-voyous ont toujours pignon sur rue et profitent toujours de l’aide des CRS pour déloger les grévistes.

A l’heure où les séquelles ou morts dues aux produits toxiques, algues vertes, irradiations ou autres « autorisations de mises sur le marché » ne sont pas plus contrôlées que celles dues en leur temps à l’amiante, au Distilbène, ou au talc Morhange.

A l’heure où l’on ne sait plus ce que deviennent les Japonais irradiés, les victimes de tremblements de terre ou de tsunamis d’ici ou d’ailleurs, ni les peuples interdits de s’exprimer sous peine d’être emprisonnés, simplement parce qu’’un obsédé sexuel tient la « une » de l’actualité ou qu’Untel ou Unetelle aura sorti telle ou telle « petite phrase », ou encore parce que Carla attend un bébé….

 © GdS © GdS

 

Alors oui, je veux bien essayer la méthode Coué. Hier, j’ai fait des photos avec mon portable dans mon quartier. Et je choisis d’illustrer ce billet avec ces photos, assez nulles, floues et peu romantiques à souhait, disant juste qu’un jour ou l’autre, la vie finit par gagner. Même entre les pavés des trottoirs. Même parmi la pisse de chien. Même quand on a envie de gerber à cause de ce qu’on aura entendu au J.T. Même quand on n’arrive plus à y croire.

 

Non, Troy Davis, tu ne seras pas mort pour rien. Un jour, la peine de mort sera abolie dans tous les Etats et dans le monde entier. C’est à toi qu’on le devra. Et c’est à toi, bien sûr aussi, que je dédie ce billet.

 

 © GdS © GdS

Et comme disent les journalistes en bouclant leur sujet, « c’est tout ce qu’on pouvait dire aujourd’hui » sur la méthode Coué.

 

 

N.B.: Tous les mots en gras sont des liens sur lesquels il suffit de cliquer....

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Le placebo à l'oeuvre dans notre vie... ou la vie ne serait qu'un mirage dans lequel on croit, tel qu'on se le suggère.

Coué nous dit : l'inconscient (imagination, etc.) commande. Par exemple je me vois avoir le diabète, je l'aurai certainement (effet nosebo). Si on croit quelque chose, cela devient vrai, cela se réalise. Des savants nous disent la même chose. Écoutez par exemple une conférence de Jacqueline Bousquet, chercheur du CNRS très controversée. Ce qu'elle dit ? Vous êtes ce que vous croyez. Ce que vous croyez est vrai même si c'est faux.  Nous ne dépendons que de ce que nous croyons.  Changer c'est croire quelque chose de nouveau. Nous dépendons de ce que nous croyons. Ses conclusions sont parfois très étranges...

http://www.arsitra.org/yacs/articles/view.php/1124/conference-de-jacqueline-bousquet

 

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) valable jusqu'au 4 septembre et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Grain de Sel

http://www.decitre.fr/livres/quand-les-pylones-auront-des-feuilles-9791093554150.html

Le blog

suivi par 175 abonnés

Quand les pylônes auront des feuilles...