GRANDFACH-X.COM
Blogueur
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juil. 2017

L'OTAN récupère le passé glorieux des résistants baltes à l'Armée rouge

C’est une page de l’histoire de la Seconde guerre mondiale largement méconnue en Europe occidentale, sur laquelle l’OTAN dresse aujourd’hui un parallèle saisissant avec les forces spéciales des trois pays baltes.

GRANDFACH-X.COM
Blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si l’on s’accorde à situer en 1945 la fin des combats dans la partie occidentale de l’Europe avec l’écrasement de l’Allemagne par les forces alliées, une résistance acharnée à l’occupation soviétique s’est poursuivie dans plusieurs territoires à l’est – notamment en Ukraine de l’ouest et dans les pays baltes -, au moins jusqu’en 1953, date de la mort de Staline.

Partisans lituaniens. Image d'archive.

Pour ne prendre que l’exemple des trois républiques baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie), entre 1944 et 1953 plus de 170 000 habitants de ces pays se servirent des forêts profondes et marécageuses comme d’un refuge naturel et y établirent une base pour la résistance armée contre l’Armée rouge. Quelque 50 000 combattants actifs, dont une majorité ayant servi dans la Waffen-SS, ont ainsi maintenu de nombreuses zones rurales hors du contrôle des autorités soviétiques.

Forest Brothers - Fight for the Baltics © NATO

Dans un documentaire vidéo de 8 minutes mélangeant témoignages, images d'époque et reconstitutions, mis en ligne le 12 juillet sur sa page Youtube, l' « Alliance atlantique » présente les « Frères de la forêt » (ces « partisans » ou « résistants », selon la terminologie utilisée en Europe de l’est ou ouest) comme des héros luttant pour l’indépendance de leurs pays vis-à-vis de l’Union soviétique et bénéficiant d'un large soutien de la population. Adroitement, à l’attention du bastion ex-soviétique membre aujourd'hui de l’OTAN, il est présenté que l'esprit des « Frères de la forêt » anime aujourd'hui les forces spéciales des pays baltes.

Arvitz Eriks Bluzmanis, ancien garde-frontière: « C’est un doux sentiment. De cela, nous ne pouvions pas en parler auparavant. Maintenant, nous sommes libres »

La mise en scène très symbolique d'un groupe des forces spéciales lituaniennes évoluant en forêt ajoute à cette impression de similitude entre les résistants d'hier et ceux d'aujourd'hui, face au même adversaire. "Toute notre histoire dérive de celle des Frères de la forêt", résume un membre du commando. 

« Toute notre histoire dérive des Frères de la forêt » . Capture écran.

La réaction de la diplomatie russe à cette vidéo élogieuse de l’OTAN s’est faite indignée. Dans un message posté sur son compte Facebook, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a qualifié sa publication « d’acte dégoûtant » servant « à déformer l’histoire » et « saper les conclusions du procès de Nuremberg ». Les nationalistes baltes des « Frères de la forêt » sont par ailleurs qualifiés d' « organisation de rescapés fascistes ». Signe d’une forcément inconciliable écriture de l’histoire entre le nationalisme balte et la Russie.

Source : GrandFacho.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie