La répression en Russie en deux anecdotes

En une décennie, Moscou est méconnaissable en matière des droits de l’homme. Mais fait le bonheur des anecdotes.

 © Pierre Haffner © Pierre Haffner

Les Russes, qui ont de l'humour, comme nous, mais souvent en plus grinçant, raffolent des anecdotes (анекдоты), terme que l'ont pourrait traduire en français par "blagues" ou "traits d'humour", ou plus généralement par quelque chose de plaisant à faire ou à raconter. En voici deux, une courte et une plus longue.

La première. Un jeune russe déambule (ça fait neutre "déambule") portant un maillot avec l'inscription "Navalny 2018". Ce qui peut apparaître comme une provocation dans le contexte actuel. La police l'arrête et lui retire son maillot au commissariat (photo)... On peut se demander ce qui lui serait arrivé s'il arborait  "Poutine 2018" ou bien "Staline forever" sur son maillot !

Sur le pont de Crimée à Moscou, c'est la seconde anecdote, des jeunes filles tiennent des feuilles blanches entre leurs mains. Elles ont été arrêtées... C'est subversif tenir des feuilles blanches dans les mains ? Certaines feuilles, assurément. Dépend de ce qui est inscrit dessus. Mais blanches ? 

Feuille blanche © Russia Today

" La tendre créature tenait entre ses mains une feuille de papier de format A4 aussi blanche que son teint d’adolescente. Sur cette page immaculée, il n’y avait absolument rien d’écrit."

La suite ici : https://blogs.mediapart.fr/pierre-haffner/blog/010717/poutine-censure-les-feuilles-blanches

 

Retrouvez les actualités sur GrandFacho.com et son blog Mediapart

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.